Ce qu’enseigner veut dire

in Garth Greenwell, Cleanness, New York, Farrar, Straus and Giroux 2020,. chapter 1.

Ce quil y a de pire en ce qui concerne l’enseignement, c’est que nos actions ou n’ont aucun effet ou des effets au-delà de toute intention, et non seulement actes mais aussi nos échecs à agir, les gestes et les mots retenus, tout ce que nous aurions pu faire et avons échoué à faire; et plus que cela encore, que les conséquences font écho par-delà les années et le silence, nous nous ne pouvons vraiment savoir ce que nous avons fait.

Traduction: Ch. Rabier

Thanks to Ben Purkert for the gift

Orléans, mai 2020

Une université en France en 2020. À côté de la “continuité pédagogique”, entre deux séances d’examens numériques, on essaie de faire en sorte que nos étudiant-e-s aient à manger. Bravo à toutes les personnes qui se mobilisent pour ces distributions.

C’est déjà tellement compliqué pour nos étudiant·es de passer des examens, d’écrire des mémoires dans ces conditions, quelquefois après avoir été enfermé·es pendant deux mois dans une petite chambre de CROUS. Ils et elles ne devraient pas en plus à avoir à se demander comment avoir de quoi manger. On n’imagine pas la précarité des étudiant-e-s qui ont perdu leur boulot à cause du coronavirus et qui se retrouvent sans ressources. Dans quel monde on vit pour que leur survie alimentaire soit assurée par des initiatives personnelles?

 

Tony Allen still plays Afrobeat

  • Tony Allen “Strictly Afrobeat”, par la Revue sonore, 2008

Il était quelque chose comme 18 heures, ce jour de juin était chaud et Tony Allen était sur le festival des Nuits Métisses à Auxerre.
L’équipe de La Revue Sonore en mission spéciale pour Marsatac a fait une petite incursion microphonique dans la loge du maître de l’Afrobeat, histoire d’échanger quelques mots avec ce musicien peu bavard, qui préfère nettement laisser parler sa batterie. Mais qui cependant nous accorda ce jour-là du temps et des mots pour évoquer le rêve de sa vie : “jouer de la batterie comme personne !!” et nous replonger dans le Lagos musical des années 50/60.
Batteur du “Black Président” Fela Kuti durant les 70s, Tony Allen est le maître du groove. Continuer la lecture

Marseille villes confinées

(c) Ch. Rabier

 

Marseille, ville confinée

Connue pour ses portraits en couleur au format carré, Yohanne Lamoulère travaille pour la presse nationale et internationale. Le quotidien Libération l’a invitée à couvrir la crise sanitaire dans sa ville, en noir et blanc et au format rectangulaire, un défi pour cette portraitiste confrontée à une ville vidée de ses habitants.

Cosmos

En passant

La réanimation, pour Marie, c’est sa vie, c’est sa passion

Un long chemin de déception… Voici comment je vois mon parcours de médecin hospitalier depuis plusieurs années.

Le bonheur des études

J’ai fait des études de médecine d’une seule traite, sans redoubler, en étant fascinée par tout ce que j’apprenais. J’ai rencontré des médecins extraordinaires qui m’ont enseigné leur savoir, leur savoir-être. Ils m’ont donné l’envie de rester à l’hôpital. J’ai fait une spécialité hospitalière par choix avec l’envie de rendre service.

Une vie de femme

Après un internat, épuisant mais motivant, j’ai été chef de clinique. Puis on m’a annoncé que je n’aurais pas de poste car on ne voulait pas de femme PH, praticien hospitalier, dans le service. Oui, les congés maternité c’est sournois, ça met tout le monde dans la merde… Mes quatre-vingts gardes annuelles, ce n’était pas assez.

Je suis partie passer deux ans à l’étranger. J’ai appris d’autres choses, je me suis passionnée encore plus pour ma spécialité… Et finalement un PUPH, professeur des universités praticien hospitalier, de mon CHU, centre hospitalier universitaire, m’a demandé de revenir, en me promettant que j’aurais une place qui me correspondrait.

Avaler des couleuvres

Je suis revenue en perdant plus de la moitié de mon salaire. Et j’ai retrouvé un CHU encore plus dysfonctionnel qu’avant. Une guerre larvée entre le chef de l’unité et le chef du département. Conflit de loyauté. J’étais loyale au PUPH, chef de mon département, qui me faisait participer à des projets de recherche. Du coup mon chef d’unité a commencé à pourrir mon planning. Gardes et astreintes ingérables, aucun respect de mes desiderata pourtant peu nombreux.

Un jour on m’a annoncé que j’allais dans un autre service car il y avait eu des départs. Pas le choix, désignée d’office en mon absence. J’ai quitté le service. Je suis devenue remplaçante, je n’ai plus eu la passion de ce que je faisais, une réanimation qui ne se fait qu’en CHU, plus de greffes, plus d’assistances cardiaques, plus de recherche clinique, mais plus autant de pression. Alors j’ai entendu ma ministre et ses conseillers.

En apnée permanente

J’ai repris un poste de PH en périphérie. Dans une bonne équipe. Mais la lutte permanente — pour avoir des lits pour sortir les patients, avoir des médicaments pour soigner, avoir des produits sanguins — me tue à petit feu. Vous pensez que c’est avec le covid qu’on est en difficulté, mais nous, c’est presque tous les jours qu’on a du mal à transférer nos patients qui ont besoins de chirurgie cardiaque ou de neurochirurgie en urgence. Notre CHU est débordé par la situation. Il est quasiment impossible de joindre un service sans utiliser le numéro de portable d’un copain ou d’un ancien interne. Restrictions budgétaires à tous les étages, il n’y a plus personne pour répondre au standard.

Pendant la crise du covid, les médecins ont quelque peu repris la main et l’organisation a été beaucoup plus fluide, notamment avec un groupe régional WhatsApp qui nous a permis de gérer les disponibilités des lits, les renforts…

Un hôpital de managers

Mais cette crise, à peine terminée, revient l’administration au grand galop pour nous faire faire des économies. On pinaille pour nous délivrer les médicaments. On nous demande si vraiment la plaquette, qu’on demande à 3 heures du matin, c’est bien nécessaire ! Ou si on peut décaler la transfusion à 12 heures le lendemain, parce qu’on en a qu’une et que ce serait mieux de la garder pour la maternité au cas où… Bien sûr, en réanimation à 3 heures du matin, on prescrit des plaquettes pour s’amuser mais en fait ça peut attendre, d’ailleurs probablement que si on attend assez le patient sera mort et on en aura pas eu besoin… Parce que si on l’utilise soit on fait venir une autre plaquette du CHU ce qui coûte un transport de nuit, soit s’il y a une hémorragie de la délivrance on en a plus et une jeune mère risque de mourir.

De colère en résignation

J’ai fait médecine pour sauver des gens, pour soulager les douleurs, apaiser les patients et leurs familles, soigner du mieux possible. On m’a appris à très bien le faire, avec un niveau d’exigence très élevé.

Cela fait moins de 10 ans que j’ai fini mon internat et mes semaines s’enchaînent de colère en résignation. Je ne supporte plus de voir une dissection aortique mourir sous mes yeux après avoir passé six heures à essayer de lui trouver un bloc. Je ne supporte plus de soigner un paludisme à la quinine parce qu’on a pas d’artésunate. Je ne supporte plus de demander de l’urokinase au pharmacien comme si ma propre vie en dépendait… La réanimation c’est ma vie, ma passion, je ne sais pas quoi faire d’autre, mais j’ai peur de ne pas pouvoir continuer comme ça.

Source : Marie de la réa (intertitres et mise en forme : Le Partageux)

Lien:

Compassionate leave

  • by Ingrid de Kock, Unlocked: Poems for critical times (Part One), Daverick Citizen, 30 mars 2020

Almost everyone’s on leave,
gone away

to the countryside
in threadbare trucks

to pay respects
in rooms and huts

to watch and pray for dying ones
shrunken under sheets,

to vigils through the night
in closed-off streets

where grandmothers prepare
small and smaller funeral feasts

after truncated prayers
chanted by tired priests

over cardboard caskets
in the deathwatch heat.

Gone to taxi ranks and stations
to wait for information

from billboards, radios,
word of mouth and trumpets in the sky

where ubiquitous hadedas,
unlike Auden’s mute impervious birds

blast their high shofars
over each infected space.

Gosiame carries newborn brother Umpile while standing outside their family house in Johannesburg after President Cyril Ramaphosa declared a National State of Disaster as a result of the Covid-19 pandemic. (Photo: EPA-EFE / Kim Ludbrook) L

From Seasonal Fires: New and Selected poems, Umuzi, 2006 DM/ MC/ ML

Suggestion de Myriam Houssay-Holzzschuch