L’évaluation en temps de crise sanitaire

La fin du semestre approchant, les équipes pédagogiques dans les universités sont amenées à se reposer les questions épineuses sur l’évaluation en période de confinement. Bien sûr, les contrôles continus ont maintenu cette question dans les esprits, mais l’organisation des examens soulève des problèmes d’une toute autre ampleur. Si ces questions doivent être posées, certains messages envoyés par des équipes pédagogique soulignent l’urgence de rappeler quelques points légaux qui doivent encadrer nos décisions et peut-être de proposer quelques éléments de réflexion. #ResistESR

L’évaluation : une obligation ou une option ?

En premier lieu, puisque notre métier d’universitaires consiste à élaborer des savoirs et en assurer la diffusion, il faut rappeler que l’évaluation devrait se subordonner à cette mission : évaluer pour enseigner et non l’inverse. Ceci est vrai de l’évaluation formative, bien sûr, mais aussi de l’évaluation assertive – l’un des problèmes actuels étant que sont entrés dans une année de formation des étudiantes et étudiants qui n’ont, suite au premier confinement et à une évaluation rendue presque impossible, pas assimilé les prérequis leur permettant de continuer leurs études dans de bonnes conditions intellectuelles. Il me semble qu’il aurait souvent été préférable de se contenter d’évaluation formative et de laisser le choix aux étudiantes et étudiants de redoubler ou de passer à l’année suivante : au moins nous n’aurions pas donné la fausse impression que nous étions en mesure de leur assurer qu’ils avaient légitimement validé leur année. Dans ces conditions, la question se pose à nouveau d’évaluer, ou de neutraliser.

La question de la fraude

Dans un monde idéal, il suffirait de d’informer les étudiantes et étudiants des conditions dans lesquelles se placer pour les examens et les laisser composer assez librement. Il resterait encore à s’occuper de celles et ceux qui n’ont pas d’espace de travail ou pas d’outil de télécommunication adapté, ce qui ne serait certes pas une mince affaire. Mais notre monde n’est pas idéal, et il est impossible de ne pas prendre en compte que la fraude aux examens universitaires est courante et constitue un problème sérieux.

https://www.flickr.com/photos/galeoc/28282968063/in/photolist-K6gB3p-2FCoti-MEbZFd-qumNk1-58SrYM-Kscige-yypc2s-R5e1QZ-JKRzra-77GD9e-KxHPKt-MzTsvY-TCN29a-epPnwM-WkUVJr-2jmmoe-FJ95xs-Kkuw9B-zs2vpb-HKMTgf-HPK4Kx-7VXKA1-dPn7rJ-JLyV6v-xQte8T-4xMVze-3aSPsc-f8w8Z-ceATeh-6mffr7-FcCkD2-NxXvwd-C4k5Rc-EZAbXk-iExFdj-vGeCf-5igcd7-bJ9dD6-4d5QmE-Duun6r-Nr1tar-rxUtVK-NrJtwV-CPF4wp-JTgH2D-zcWsbz-qyRbzb-oPPdhd-qG81kU-iajywd

Young succulents, from Skolnik Co, 2016

Continuer la lecture

#Poésie du #dimanche pour continuer de vivre

  • par Amélie Hart-Hutasse, 1er novembre 2020
Aujourd’hui : rien.
J’essaye de ne pas penser
tout le temps
aux disparues
aux absents
et d’accueillir le brouillard
comme un manteau d’oubli.
Et demain ?
Des feuilles seront
tombées à terre
et moi
encore debout.

Les femmes ne sont pas sélectionnées dans la course à la publication en temps de Covid. Un preprint

En passant

Pas de tickets pour les femmes dans la course COVID-19 ? Une étude sur les soumissions de manuscrits et les évaluations dans 2347 revues publiées par Elsevier durant la pandémie

Au cours des derniers mois de la pandémie COVID-19, le taux de soumission aux revues scientifiques a augmenté de façon anormale (par exemple, plus de 90% dans les revues de santé et de médecine Elsevier). Étant donné que la plupart des universitaires ont été obligé∙es de travailler chez elleux, les femmes ont pu voir leur productivité scientifique pénalisée, alors qu’elles assuraient le suivi de l’enseignement des enfants, les soins à leur apporter, et d’autres tâches relevant du care. Pour tester cette hypothèse, nous avons examiné les manuscrits soumis et les activités d’évaluation par les pairs pour toutes les revues Elsevier entre février et mai 2018-2020, y compris des données sur près de 6 millions d’universitaires. Les résultats établissent que les femmes ont soumis proportionnellement moins de manuscrits que les hommes pendant les mois de blocage de COVID-19. Ce déficit a été particulièrement prononcé chez les femmes à un stade plus avancé de leur carrière. La différence selon le genre est moins prononcée pour ce qui touche aux propositions d’évaluation (peer-review), en dehors de la santé et de la médecine, où les femmes étaient également moins enclines à accepter d’évaluer les articles somis. Nos conclusions indiquent que la pandémie a déjà avantagé les hommes de manière cumulative.1

https://www.flickr.com/photos/kecko/24434785490/in/photolist-DedEr1-2jspEiM-envkrH-RGWDXk-RGWE1g-2enoZbu-2enoZgu-5u18Ud-2enoZcS-2e5sv7D-2e5sv8F-2enoZfs-ekYK1J-2e5svae-2hXHx1m-KFX84b-8o7b9j-8LJehm-8WhdVi-pLPGGv-4tshrT-v574A-efoEAE-v58NZ-7HfLAN-2iAYJTH-2iiJSDg-J718f8-jR1PuL-2iwoPKo-2hkKGYn-YkPaeW-SR6sMo-2hkHRns-UZL8gt-2gnWCi9-civqTC-nvxU8N-5xh7AV-9Ax1ex-Zfug2i-ezhCoo-dwmcyj-2AuGsp-2aZScd-FnB4sy-YNxwb-FKQbj4-6MWCeJ-xxTM8j

Parity Church, Thal, Suisse (c) Kecko, 2018

  • Lien : Squazzoni, Flaminio and Bravo, Giangiacomo and Grimaldo, Francisco and Garcıa-Costa, Daniel and Farjam, Mike and Mehmani, Bahar, No Tickets for Women in the COVID-19 Race? A Study on Manuscript Submissions and Reviews in 2347 Elsevier Journals during the Pandemic (October 16, 2020). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3712813
  1. Résumé traduit avec l’aide  www.DeepL.com/Translator (version gratuite). []

Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

Ce qu’enseigner veut dire

in Garth Greenwell, Cleanness, New York, Farrar, Straus and Giroux 2020,. chapter 1.

Ce quil y a de pire en ce qui concerne l’enseignement, c’est que nos actions ou n’ont aucun effet ou des effets au-delà de toute intention, et non seulement actes mais aussi nos échecs à agir, les gestes et les mots retenus, tout ce que nous aurions pu faire et avons échoué à faire; et plus que cela encore, que les conséquences font écho par-delà les années et le silence, nous nous ne pouvons vraiment savoir ce que nous avons fait.

Traduction: Ch. Rabier

Thanks to Ben Purkert for the gift

Orléans, mai 2020

Une université en France en 2020. À côté de la « continuité pédagogique », entre deux séances d’examens numériques, on essaie de faire en sorte que nos étudiant-e-s aient à manger. Bravo à toutes les personnes qui se mobilisent pour ces distributions.

C’est déjà tellement compliqué pour nos étudiant·es de passer des examens, d’écrire des mémoires dans ces conditions, quelquefois après avoir été enfermé·es pendant deux mois dans une petite chambre de CROUS. Ils et elles ne devraient pas en plus à avoir à se demander comment avoir de quoi manger. On n’imagine pas la précarité des étudiant-e-s qui ont perdu leur boulot à cause du coronavirus et qui se retrouvent sans ressources. Dans quel monde on vit pour que leur survie alimentaire soit assurée par des initiatives personnelles?

 

Tony Allen still plays Afrobeat

  • Tony Allen “Strictly Afrobeat”, par la Revue sonore, 2008

Il était quelque chose comme 18 heures, ce jour de juin était chaud et Tony Allen était sur le festival des Nuits Métisses à Auxerre.
L’équipe de La Revue Sonore en mission spéciale pour Marsatac a fait une petite incursion microphonique dans la loge du maître de l’Afrobeat, histoire d’échanger quelques mots avec ce musicien peu bavard, qui préfère nettement laisser parler sa batterie. Mais qui cependant nous accorda ce jour-là du temps et des mots pour évoquer le rêve de sa vie : « jouer de la batterie comme personne !! » et nous replonger dans le Lagos musical des années 50/60.
Batteur du « Black Président » Fela Kuti durant les 70s, Tony Allen est le maître du groove. Continuer la lecture