Concours CNRS 2019 : réintégration dans leur statut de fonctionnaire de lauréates et lauréat du concours CNRS (36/02) en 2019

Academia précise ce soir, après la publication de cette demande de soutien en milieu de journée, plusieurs points, nécessaires de porter à l’attention des nouveaux lecteurs et lectrices de ce blog, qui trouve ses origines dans la scrutation des concours de recrutement dans la fonction publique de l’enseignement supérieur et de la recherche, et qui assure le suivi des recrutements en sections 17 et 72 du CNU.

Nous suivons depuis plusieurs années les déclassements du CNRS. Ce fut notamment le cas en 20171, en 2018, en 2019. Dès 2017, la section 36 du CoNRS a alors fait l’objet d’une grande attention de la communauté, au point de faire oublier que plusieurs personnes, hommes et surtout femmes, ont été déclassé·e·s à l’admission pour les concours de CR et DR. C’est le cas de Maxime Menuet, en section 37, qui vient de faire annuler le concours 2019 – dans son cas, c’est bien son seul déclassement qui est en cause, le CNRS choisissant — par sécurité ? — de ne nommer personne en section 37 cette année-là2. Le candidat malheureux qui, après avoir été déclassé en 2017 et en 2018, n’avait pas été admis en 2018, avait introduit un recours devant le tribunal administratif. Après avoir subi des pressions des dirigeants du CNRS pour ne pas se représenter, il avait jugé que c’était bien la totalité de la procédure entachée par le comportement de la direction de l’INSHS, choisissant courageusement la voie contentieuse pour faire valoir ses droits, qui sont aussi ceux de tous et toutes les candidat·es soumis aux décisions discrétionnaires, sinon arbitraires, de la direction de l’INSHS. L’annulation du concours a mécaniquement conduit à l’insupportable situation que subissent les 5 candidat·es, dont l’une d’entre elleux avait été déclassée à l’admission en 2018, avant d’être admise en 2019. Puis appris que son recrutement, ainsi que celui de 4 autres collègues, avait été purement et simplement annulé.

Extrait du jugement du Tribunal administratif de Paris, 7 octobre 2020, publié dans « Le concours de la section 36 de 2019 annulé par la justice administrative », The Sound of Science, 27 octobre 2020

Chercheurs, chercheuses nommé·e·s au 1er octobre 2019, titularisé·es au 1er octobre 2020, les 5 candidat·es ont eu connaissance du recours par téléphone un samedi, par la direction de l’INSHS qui les informait de l’annulation de leur nomination. Depuis ce jour sombre, le CNRS ne leur a proposé qu’un CDI ne leur donnant pas les mêmes droits que ceux qu’ils et elles avaient acquis. En particulier, Antoine Petit, pdg du CNRS, et François-Joseph Ruggiu, directeur de l’INSHS dont les méthodes sont incriminées dans le jugement prononcé, comme l’a rappelé Martin Clavey, n’ont pas introduit d’amendement à la LPR pour leur réintégration par voie législative, seul moyen de retrouver leur poste de chargé·e de recherche.

Sans aucun soutien d’une administration et d’un directeur— qui ne semble pas vouloir tirer, pour lui-même, les conclusions qui s’imposent pourtant — les 5 candidat·es sont en contact étroit avec les syndicats, à l’instar du SNCS. Iels ont néanmoins besoin de tout notre soutien dans cette procédure réparatrice : iels nous le demandent. Pour que d’autres torts ne soient pas causés aux futurs candidat·es, nous nous associons au bureau de l’ANCMSP dans son adresse : il faut que les procédures de recrutement du CNRS et particulièrement de l’INSHS soient entièrement revues pour sécuriser les candidat·es contre les erreurs relevant de la seule institution.

Credit: Carol Von Canon, 2006
— Psa 37:1,2 Fret not thyself because of evildoers, neither be thou envious against the workers of iniquity. For they shall soon be cut down like the grass, and wither as the green herb.


Chères et chers collègues,

Vous en avez peut-être entendu parler mais cinq de nos collègues chargés de recherche de la section 36 au CNRS se trouvent actuellement dans une situation invraisemblable et kafkaïenne. Du jour au lendemain, alors qu’ils avaient été nommés depuis plus d’un an, ils se sont vus destituer de leur statut de fonctionnaire public par un jugement du tribunal administratif de Paris le 21 octobre dernier, alors qu’ils n’ont aucune part de responsabilité dans les faits qui ont été jugés. Continuer la lecture

  1. Voir les très nombreuses motions et analyses rassemblées pour ce concours sur Academia. []
  2. Voir le Bulletin officiel du CNRS, n°9, septembre 2019, entre les pages 41 et 42. []

7 novembre 2020. Victoire de Kamala Harris et de Joe Biden à la Maison Blanche (et Bernie Sanders au Sénat)

Remember the long path…

Marche des femmes, Paris, 21 janvier 2017 – Photos : Serge d’Ignazio

1. Gloria Steinem, Women’s March 2017, Washington DC

Continuer la lecture

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride #8 — Renée Rochefort

Renée Rochefort(1924-2012) est une spécialiste de géographie sociale. Elle obtient l’agrégation en 1949 et soutient sa thèse Le Travail en Sicile en 1961. Nommée MCF en 1963, puis professeure à Lyon-II.
Ses recherches portent sur le travail et les travailleurs en Sicile, dans une perspective géographique, économique et sociologique qui lui permet d’envisager les rapports du travail avec la politique et la technique, la forme de la société rurale … et le régime agraire latifundiaire.
À l’Université de Lyon, Renée Rochefort inscrit leurs recherches dans une perspective de géographie sociale.Elle théorise le «renversement de l’ordre des facteurs»,
«penser d’abord la société, ensuite l’espace».

Référence : Renée Rochefort – Wikipedia

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #7 — Zora Neale Hurston (1891-1960)

Zora Neale Hurston (1891-1960). Romancière, réalisatrice de film documentaire, de pièces de théâtre et d’essai, elle est la première anthropologue afro-américaine dont le travail a porté sur le folklore de la Floride et des rites de Jamaïque et d’Haïti.
Elle étudie à Howard University, grande université noire,  à partir de 1918, avant d’obtenir une bourse d’études pour Barnard College, à Columbia University, où elle devient la première étudiante noire. Zora Neale Hurston y obtient son BA en anthropologie en 1928, sous la direction de Franz Boas, en compagnie de Margaret Mead et Ruth Benedict.
Ses premières recherches dans le Sud des Etats-Unis reçoivent le soutien d’une riche mécène Charlotte Osgood Mason (« Hoodoo in America« , Journal of American Folklore(1931), Mules and Men (1935)). Elle contribue par ses entretiens à l’enquête d’Alan Lomax auprès des bluesmen du Sud.
Elle survit à la Grande dépression et étend ses recherches aux rituels de Jamaïque et de HaIti, grâce à un financement Guggenheim et au Federal Writers’ Project. Elle publie aussi des nouvelles, des romans et des pièces de théâtre sur la condition noire, participant ainsi du mouvement littéraire qu’on appelle Harlem Renaissance.
En 1973, soit 13 ans après sa mort d’une crise cardiaque dans un certain dénuement, la romancière Alice Walker and la collègue de Hurston Charlotte D. Hunt décident de faire inscrire sur sa tombe l’épitaphe
«ZORA NEALE HURSTON / A GENIUS OF THE SOUTH / NOVELIST FOLKLORIST / ANTHROPOLOGIST /1901-1960»
Ses archives, sauvées de la destruction, sont déposées à University of Florida et à la Library of Congress1.
Avec Margaret Mead et Ruth Benedict, Zora Neale Hurston a offert une contribution majeure aux concepts de sexe, de race et de genre dans la première moitié du 20e siècle.
  1. loc.gov/folklife/guide []

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #6 — Buchi Emecheta (1944-2017)

  • par Frédéric Darne et Christelle Rabier

Buchi Emecheta

 

Buchi Emecheta (1944-2017), romancière et théoricienne du genre nigériane. Après une enfance à Lagos, Emecheta obtient une bourse d’études pour aller étudier à Londres en 1962 avec son mari, dont elle divorce rapidement, à 22 ans avec 5 enfants.

Dans l’autobiographie qu’elle publie en 1984, Head Above Water (La tête au-dessus de l’eau), elle écrit

«Pour ce qui touche à ma survie il y a quelque vingt années en Angleterre, quand j’avais tout juste vingt ans, traînant quatre bébés frigorifiés et enrhumés et enceinte. du cinquième — tient du miracle».

En 1972, Buchi Emecheta obtient un B. Sc (Hons.) en sociologie en 1972, et poursuit par une thèse de littérature soutenue en 1991.

Emecheta publie des textes sur sa condition d’Africaine noire à Londres et sur la condition noire et la condition féminine. Après Second-class citizen (1974), elle publie de nombreux romans, contribue à des revues comme The Black Scholar, avant d’enseigner dans de nombreuses universitaires nigériennes, britanniques et états-uniennes.

Dans «Reading Buchi Emecheta: Contests for women’s experience in women’s studies» , Donna Harraway souligne l’importance de l’expérience analysée par Emecheta pour saisir les discriminations subies et souligne la contribution majeure de B. Emecheta aux Black & women studies.

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #5 — Marguerite Porete (vers 1280-1310)

  • par Sylvain Piron

Héroïne méconnue de la liberté intellectuelle, Marguerite Porete (vers 1280-1310) fut condamnée comme hérétique et brûlée à Paris, en place de Grève, le 1er juin 1310, pour avoir écrit un ouvrage qui enseigne l’anéantissement de l’âme en Dieu.

Il n’existe d’elle aucune image et l’on ne connaît à peu près rien de sa vie. Sans doute issue d’une famille modeste des environs de Valenciennes, elle n’a pas appris le latin et s’est forgée toute seule une culture théologique, au fil de rencontres et des sermons qu’elle entend.

Entrée jeune au béguinage, elle écrit en vernaculaire le Miroir des simples âmes qui expose dans une langue poétique ses propres expériences mystiques et montre comment atteindre Dieu sans passer par l’Église et ses sacrements.

Après une première condamnation de son livre, elle s’enfuit en Champagne. Repérée, conduite à Paris, elle est détenue un an et demi par l’inquisiteur de France. Refusant de lui répondre, elle choisit le silence comme seule défense.

Son livre a survécu à cette condamnation. Traduit en anglais, latin, italien, il a constitué une source d’inspiration majeure des courants mystiques, du XIVe au XVIIe siècle.

Pour en savoir plus :

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #4 — Hélène Metzger-Brulh (1899-1944)

Historienne de la chimie. Née à Chatou, en banlieue parisienne, elle s’est vue interdire de faire des études, ce qu’elle contourne en obtenant en 1912 un brevet supérieur d’études en cristallographie.
Veuve quelques mois après son mariage, elle consacre sa pension de veuve de guerre aux études, qui la conduisent à décrocher un doctorat sur l’ « Émergence de la science de la cristallographie » en 1918.
Dans les années 1920 et 1930, vivant de son patrimoine, elle publie 7 monographies, entretient une abondante correspondance avec des figures de la philosophie des sciences (comme Sarton ou Meyerson) et représente un pilier du séminaire d’histoire des sciences de l’EPHE. Juive, marginalisée par ses collègues historiens après les lois antisémites de Vichy (oct. 1940), elle finit par

quitter Paris, refuse de se cacher, séjourne à Lyon avant d’être déportée puis assassinée en mars 1944 à Auschwitz.
L’œuvre d’H’élène Metzger comme sa correspondance dénote la force de caractère qu’il a fallu à cette femme pour résister les humiliations sexistes dont elle a fait l’objet. Et garder intacte chez elle le plaisir d’échanger et de débattre de philosophie des sciences en dépit de l’adversité politique.
Pour en savoir plus :

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #3 — Élisabeth de Bohème, princesse Palatine (1618-1680)

C’est sûrement pour sa célèbre correspondance avec René Descartes qu’on retient aujourd’hui le nom d’Élisabeth de Bohème, princesse Palatine (1618-1680). Elle mérite tellement plus que cette simple mention !…

… c’est par exemple oublier l’éducation très riche qu’elle reçut: plusieurs langues (grec, latin, français, anglais, allemand…) au point qu’elle était surnommée « La Grecque ». Mais aussi logique, mathématique, philosophie, sciences physiques. Peinture, musique et dance…
… La correspondance qu’elle eut avec Descartes témoigne d’un esprit brillant et critique. Au point que le philosophe lui dédia ses Principiae philosophiae.

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #2 — Jane Addams (1860-1935)

  • par Josquin Debaz

Après l’obtention d’un diplôme à Rockford, la santé de l’Américaine Jane Addams ne lui permet pas de poursuivre ses études. Pour autant, elle n’entend pas s’assujettir à une vie d’épouse et de mère, et privilégie ses idéaux d’aide aux plus pauvres et de démocratie.

Elle fonde avec Ellen Gates Starr la Hull house en 1889 à Chicago, en important le concept de centre d’œuvres sociales : une institution d’échanges, d’entraide et d’éducation, où les participants de diverses communautés et classes sociales peuvent tirer des bénéfices mutuels, en suivant trois principes éthiques :
« apprendre par l’exemple, être coopératif, et vivre en toute démocratie, sont des moyens égalitaires ou démocratiques, de nouer des liens en s’affranchissant du rang social. »
Pragmatiste, sa pensée est influencée par Dewey et Mead (avec qui elle collaborera), et marque l’école de sociologie de Chicago. Ses travaux sur la réforme sociale mêlent de façon indissociable la démocratie, la justice sociale et la paix.
En 1910 elle est la première femme à obtenir un titre honoris causa de l’Université Yale (Master of Arts). En 1920, elle cofonde l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). Militante du pacifisme, elle est la première américaine à recevoir le Nobel de la paix en 1931.
Féministe, elle milite pour le droit de vote et appelle les femmes exercer leur citoyenneté en investissant les affaires municipales. Elle estime que le pouvoir des femmes prend sa source dans « la responsabilité, l’attention (care) et l’obligation ».

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride – #1 — Viviane Isambert-Jamati (1924-2019)

Aujourdd’hui débute un éphéméride Twitter directement inspiré de @366portraits consacrés aux femmes en mathématiques et sciences de la nature.

#1 — Viviane Isambert-Jamati (1924-2019). Étudiante en philosophie, elle rejoint très tôt la résistance, notamment comme agente du réseau Périclès. Recrutée au CNRS en 1947 elle intègre le tout premier laboratoire de sociologie du CNRS : le Centre d’tuÉdes Sociologiques.

Elle suit notamment les enseignements de Maurice Halbwachs et de Georges Friedman. Ses premiers travaux portent sur le travail, et notamment sur le travail féminin. Ses interrogations la portent alors à s’intéresser à la soumission au patronat ainsi qu’à l’éducation à cette soumission. De là s’ouvrent ses recherches sur l’éducation. Elle soutient sa thèse d’Etat en 1969, qui sera publiée en 1970 sous le titre Crises de la société, crises de l’enseignement : sociologie de l’enseignement secondaire français.

Elle rejoint alors l’université Paris V – René Descartes et son UER de sciences de l’éducation en 1970. Elle y crée une équipe de recherche en sociologie de l’éducation, qui sera rapidement associée au CNRS (intégrée plus tard au

Elle devient professeure de sciences de l’éducation en 1976 après avoir soutenu sa thèse d’État en sociologie, intitulée » Les Objectifs de l’enseignement secondaire français depuis cent ans ». En prend sa retraite universitaire en 1990, tout en continuant à suivre les évolutions de son domaine et à participer à la vie académique. Pour en savoir plus, lire l’entretien publié en 2007 dans Travail, Genre, Sociétés) ainsi que la notice biographique rédigée par Lucie Tanguy pour le Dictionnaire des Créatrices (éditions des Femmes).
Premier portrait esquissé par Olivier Martin.

Pour contribuer, préciser votre nom, la date choisie, et la femme dont vous souhaitez faire le portrait dans le document collaboratif 366 femmes en sciences humaines et sociales.