Violences étatiques faites aux femmes

 

7 mars 2020. Une marche nocturne des droits des femmes est organisée au départ de la Place des fêtes, jusqu’à la Place de la République. Rapidement, elle réunit plusieurs milliers de manifestantes, équipées de pancartes, très inspirées des gestes d’Aïssa Maiga, d’Adèle Haenel et de Virginie Despentes. (Photos: Mathilde Larrère)

Dans cette joyeuse ambiance survoltée, des chants se sont élevés :

 

À l’approche de la symbolique place de la République, les brigades de politicers choisissent de charger des manifestantes nombreuses, bruyantes, déterminées, et pacifistes.

Continuer la lecture

#8mars J-1 — Recherche : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

Compte-rendu d’un conseil de Laboratoire. Deux heures où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Tribune. C’était la semaine dernière. C’était avant les Césars. C’était avant Despentes. J’étais au conseil de labo, il a commencé à 10 heures. À midi, le sujet de la discussion n’avait pas changé : on parlait budget. La fac risquait de revenir sur son soutien financier annuel pour la salle blanche. Le surplus que le laboratoire avait, grâce aux impôts prélevés des nombreux projets qu’il accueille, et qu’il souhaitait redistribuer parmi ses membres, était sous menace. Il était question qu’il serve à combler le trou, ce nouveau trou qui vient tout juste d’apparaître à la suite des changements administratifs à l’université. Car il faut entretenir la salle blanche. «C’est grâce à la salle blanche qu’on a pu attirer untel ici, avec son ERC, ça aide énormément le labo», a dit le directeur. Deux heures à parler budget, à tenir de tels propos, où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Des situations d’urgence et de stress comme celles-ci sont devenues courantes dans le quotidien des laboratoires de recherche, des situations de maltraitance professionnelle. Une vingtaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels administratifs autour d’une table pour deux heures et le seul sujet abordé : du pognon. Je n’ai pas vu la fin de la réunion. Je suis atteinte de malaises vagaux ces derniers temps, souvent au labo, souvent les matins avant d’y aller. J’ai été retournée dans tous les sens par des toubibs et ils n’ont rien trouvé : c’est psychologique, ils me disent. Ça dure depuis quand ? Depuis le mois de novembre. Mais ça fait plus longtemps que ça que je subis. Ça fait plus longtemps que je cherche à retrouver le plaisir de la recherche, que je cherche à trouver un chemin au milieu de toutes ces pressions, ces «urgences» et de ces discours qui m’atteignent avec une violence que j’ai mis du temps à nommer. Oui, ici aussi, ça fait mal. Ça fait très mal, et depuis longtemps. Je me suis levée et je suis partie, malade. Je ne me sentais pas bien. J’étais cassée, mais je ne me suis pas cassée. Je me suis tout simplement excusée et je suis partie.

«Je ne comprends pas pourquoi ça te fait ça, m’a dit le lendemain une copine chef d’entreprise. Moi, ça fait des années que je vis comme ça, qu’est-ce que ça peut te faire, un peu de pression ? Moi, ça ne me donne pas de malaise.» Vous savez, je comprends bien ce qui attire dans le pouvoir et en particulier dans l’argent. Il représente beaucoup de choses, socialement. Il est joli, coloré, il se compte facilement, et avec lui on peut se comparer aux autres. Je suis très fière de pouvoir regarder les banquiers, des vrais, en face, de leur demander des sous, et de les avoir. J’estime même avoir un petit talent pour ça : je gère, je négocie, et je sais compter mille fois mieux qu’eux. Mais ça, ce n’est pas de la recherche, ça n’a rien à voir. Ça, c’est un petit jeu pervers de pouvoir qui excite, auquel on peut s’adonner avec les types qui aiment bien se masturber devant des images et des projections morbides d’où on sort avec quelques milliers de plus et on imagine ce que l’on va faire avec. Mais ce n’est pas ce que je fais au boulot, ça n’a rien à voir. Ce n’est pas ce qu’un chercheur est supposé faire, ce n’est pas la même sensation.

Le pouvoir, dans la recherche, n’a pas tellement de sens. En recherche, on veut savoir. On veut apprendre, questionner. Je ne veux pas parler d’argent avec mes collègues, je veux parler d’atomes, de photons, et de ce que nous ne connaissons pas encore. C’est vraiment très différent de l’argent, tout ça. Mais bizarrement, quelque chose s’est passé, car à chaque fois, il revient. Et là, à ce dernier conseil, on ne parlait que d’argent, que des stratégies pour en avoir, pour s’en sortir, qui prélever, où en demander… et j’ai commencé à me sentir cassée. Cassée, je n’arrivais pas à me lever et à me casser comme Adèle Haenel, je n’arrivais pas à dire à tous de faire de même. Leur dire de me suivre, d’abandonner la réunion, d’envoyer la fac et l’ERC se faire foutre, de casser une banque, de casser les chaises, de nous mettre à faire ce que nous sommes censés faire et, si vous voulez parler argent, à faire ce que nous sommes payés pour faire : casser les idées reçues, casser les codes, casser la médiocrité, chercher des nouvelles idées, étudier, lire! Lire toutes ces belles tribunes qui pullulent, écrites par des chercheurs et des penseurs compétents, créatifs, impliqués, nous régaler avec l’effervescence des discussions. Prendre le temps de réfléchir. Arrêter. Changer. Casser le temps tel qu’on nous le compte. Mais je n’ai rien fait de cela. Je me suis laissée vautrer dans la boue, rouler dans le caca, envahir partout par ces vagues d’«inévitables» desquelles on veut à tout prix se sauver sa peau, alors que je me sentais partir par la bonde, et mon malaise venait de la lutte avec moi-même pour essayer de rester. Je suis partie de la salle, tête basse.

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/06/recherche-quand-est-ce-qu-on-se-leve-et-qu-on-se-barre_1780683

Lors d’une manifestation de chercheurs contre la future réforme de l’enseignement supérieur et la précarisation qu’ils subissent, jeudi à Bordeaux. Photo Valentino Belloni. Hans Lucas

Une semaine après, je relève un peu la tête. Je lis Despentes. Je revois Haenel. Je pense à ces derniers mois, à cette tribune signée de 200 chercheurs exceptionnels qui s’autoproclament «la communauté scientifique», qui pensent que la taille de leur… médaille suffit pour nous faire avaler un texte digne d’un élève de CM2, qui ne sait que hurler : je veux du pognon ! Il est où mon argent de poche ? Je pense à ces dernières années, au long, lent et sûr parcours de nous tous vers l’acceptation de ce système violent, abusif, de compétition infructueuse, injuste et injustifiée. Je vois sa force, en regardant les césars, en regardant autour de moi les collègues qui s’arrachent pour un projet, pour un article publié. Elle impressionne, l’attraction de l’argent, la séduction du pouvoir, la force de la domination et surtout : la difficulté de la détruire. Et je me demande : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

#8mars J-2 — Le temps de travail des maîtresses de conférences

Études, analyses, témoignages établissent régulièrement, depuis longtemps, le sexisme à l’endroit des personnels féminins dans l’enseignement supérieur et la recherche. Plafonds de verre, salaire différents à statuts équivalents, retards de carrière, qui pèsent à leur tour sur les retraite, sont connus, mais ne sont pas devenus une prioirité nationale, en dépit de l’urgence qu’il y a à traiter, par l’exemple, l’inégalité sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les réformes en cours, imposées par le MESRI et le Ministère de l’Économie et des Finances depuis dix ans, non seulement ne proposent aucune solution aux inégalités de revenus, mais font peser sur les femmes des conditions de travail de plus en plus difficiles, qui confinent désormais à de la maltraitance.

Nous republions ici deux textes, en prélude à la manifestation de demain.

  1. «Le travail des universitaires sous tension : les femmes maîtresses de conférences», entretien avec Sophie Devineau, mars 2020
  2. Une tribune de Pérola Milman, directrice de recherches au CNRS, parue dans Libération du 6 mars 2020

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-3 — La mémoire de Brigitte Laîné en héritage

En passant

La promotion 2020 de l’Institut national du Patrimoine a choisi de porter le nom de Brigitte Lainé

« On choisit un autre métier si on ne veut pas d’ennuis », 
Philippe Grand dans “Entretien avec Brigitte Lainé et Philippe Grand”, Vacarme, numéro 13, 15 septembre 2000

Brigitte Lainé (1942-2018) a exercé son métier de conservatrice du patrimoine en étant passionnément dévouée à son travail. Elle appartient ainsi à la multitude de professionnels ayant entièrement et humblement consacré leur labeur à l’étude et à la valorisation du patrimoine. Cependant, elle tient une place toute particulière dans ce corps professionnel que nous venons d’intégrer. Le choix d’honorer sa mémoire a été motivé par l’exemple de son courage pour concourir à la manifestation de la vérité et sa considération du rôle et des devoirs attachés au métier de conservateur. Si elle tient cette place particulière, ce n’est pas parce qu’elle a théorisé ces devoirs mais parce qu’elle les a pratiqués et éprouvés en mettant en danger sa carrière professionnelle.

Diplômée de l’Ecole nationale des chartes en 1966 avec une thèse portant sur La vie économique et sociale à Collioure de 1360 à 1490, elle choisit d’embrasser la carrière d’archiviste. Son parcours professionnel emprunte la voie classique des services d’archives départementales : d’abord celui de la Vendée entre 1966 et 1972, puis celui de la Seine-Maritime entre 1972 et 1977, et enfin celui de la Seine, devenu par la suite les Archives de Paris. Sa passion pour les archives l’amena à faire preuve, tout au long de sa carrière, d’une grande disponibilité et d’un grand sens du dévouement envers les lecteurs. Son attachement aux Archives de Paris se poursuivit même pendant sa retraite, au cours de laquelle elle continua de fréquenter encore régulièrement le service. Étant également attachée aux autres formes du patrimoine et à l’architecture, elle publia plusieurs travaux scientifiques, particulièrement sur la ville de Saint-Denis. Mais son travail quotidien de traitement des fonds d’archives l’a conduit à être l’une des protagonistes d’une des plus importantes mises en accusation du travail d’un historien en quête de vérité sur un événement de l’histoire contemporaine.

L’affaire implique Jean-Luc Einaudi (1951-2014), historien travaillant sur la manifestation algérienne du 17 octobre 1961 et sur sa qualification de massacre au vu de sa répression mortelle par la Préfecture de police de Paris, dans le contexte extrêmement violent de la guerre d’Algérie. Entre 1991, où il publie son ouvrage La Bataille de Paris, et 1998, il formule plusieurs demandes de dérogation pour obtenir l’accès aux registres d’information du parquet en charge de l’affaire. Ces documents, incommunicables jusqu’en 2021 en raison du délai de 60 ans applicable depuis la loi du 3 janvier 1979, lui fourniraient les preuves nécessaires à son argumentation. Cette année 1998, Maurice Papon, préfet de Paris à l’époque de l’événement, décide d’attaquer Jean-Luc Einaudi en diffamation après qu’un article publié dans Le Monde révèle sa responsabilité dans le massacre. Le procès s’ouvre en février 1999 alors que l’historien n’a toujours pas pu avoir accès aux documents, ces demandes ayant été systématiquement rejetées.

Agrandissement de l’affiche du documentaire « Ici on noie les Algériens », de Yasmina Adi. (DR)

Continuer la lecture

Sankara, la liberté et la lutte – À propos d’une signature et d’un engagement politique et féministe

 

« L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Seule la lutte libère »
Thomas Sankara, Discours à l’ONU, 4 octobre 1984

Depuis le début de la grève, j’ai adopté dans ma signature une citation de Thomas Sankara, qui a suscité quelques interrogations, étonnements et perfidies1. Je souhaite revenir sur les raisons qui ont présidé à ce choix, afin que celles et ceux qui avaient manifesté une curiosité ou une inquiétude puissent bénéficier des réponses que j’ai eu l’occasion de faire en privé. Et ainsi objecter publiquement aux remarques infondées, sinon maladroites ou malveillantes, dont mon épitaphe signature a fait l’objet.


Photo: Frédérique Lagny, Ordre et désordre – Manifeste#2,  gracieusement mise à disposition pour l’affiche de Fabriquer l’Afrique, EHESS Marseille, 2015

La citation, même si la référence que j’en donne est bien le discours à l’ONU de 1984, est une remémoration de citation. Je m’explique : elle donne à entendre les mots prononcés par les héritiers et des héritières de la révolution burkinabè de 1984, ces hommes et ces femmes qui ont mobilisé les maximes de Thomas Sankara dans leur révolte contre Blaise Compaoré en 2014-2015. Ces hommes et ses femmes, membres d’organisations de quartier, du Balai citoyen ou du Mouvement en rouge,— comme ici à la min 10’18 du film Djama mourouti la La Colère du peuple de Frédérique Lagny (2016) — ont fait entendre la voix du président assassiné à 37 ans, pour justifier leur marche contre la modification de la Constitution burkinabè, notamment son article 37 instituant un Sénat, et autorisant ainsi Blaise Compaoré de prolonger son mandat présidentiel.  

La mémoire de Thomas Sankara était également présente par la vibrante hagiographie cinémagraphique qu’en a proposé Christophe Cuppelin deux ans auparavant. Avant d’imaginer une forme aux couleurs du drapeau rouge-jaune-vert, le cinéaste suisse avait patiemment collecté des archives sonores et visuelles pendant plus de quinze ans. Capitaine Thomas Sankara (2014), qui retrace le parcours du chef d’État assasiné, utilise des écrans colorés pour séquencer le film , sur lesquels un machine à écrire reporte les lettres des mots d’ordre que le grand homme a prononcées. Les sentences, ainsi mises en images, invitent à mieux saisir le caractère, sinon prosélyte, du moins très engagé du soldat et du père de famille envers ses concitoyen·nes :c’est un des moyens quil se donne pour extirper son peuple de la pauvreté, de la dépendance financière étrangère et du sexisme.

Continuer la lecture

  1. Sur Thomas Sankara, outre la page Wikipedia, on peut consulter avec intérêt ses textes, notamment dans l’édition de Bruno Jaffré, Thomas Sankara, La liberté contre le destin, Paris, Éditions Syllepse, 2017; la notice de Saïd Bouamama, « Thomas Sankara », p. 271-288, in Figures de la révolution africaine. De Kenyatta à Sankara, sous la direction de Bouamama Saïd. La Découverte, 2017. []

Compte à rebours #8mars J-5 – Marielle Franco, in memoriam

En passant

Marielle Franco, campagne municipale, Rio de Janeiro, 6 septembre 2016

Marielle Franco a été assassinée pendant la campagne des élections municipales, le 14 mars 2018. Le 12 mars 2019, le parquet fait arrêter deux policiers mis en cause, tandis que les charges de l’implication personnelle du Président Jarir Bolsonaro s’accumulent.

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-6 — Maiga ouvre le bal, Haenel et Despentes se lèvent et se cassent, et nous avec

En passant

Libération, 1e mars 2020

TRIBUNE. Je vais commencer comme ça : soyez rassurés, les puissants, les boss, les chefs, les gros bonnets : ça fait mal. On a beau le savoir, on a beau vous connaître, on a beau l’avoir pris des dizaines de fois votre gros pouvoir en travers de la gueule, ça fait toujours aussi mal. Tout ce week-end à vous écouter geindre et chialer, vous plaindre de ce qu’on vous oblige à passer vos lois à coups de 49.3 et qu’on ne vous laisse pas célébrer Polanski tranquilles et que ça vous gâche la fête mais derrière vos jérémiades, ne vous en faites pas : on vous entend jouir de ce que vous êtes les vrais patrons, les gros caïds, et le message passe cinq sur cinq : cette notion de consentement, vous ne comptez pas la laisser passer. Où serait le fun d’appartenir au clan des puissants s’il fallait tenir compte du consentement des dominés ? Et je ne suis certainement pas la seule à avoir envie de chialer de rage et d’impuissance depuis votre belle démonstration de force, certainement pas la seule à me sentir salie par le spectacle de votre orgie d’impunité.

Adèle Haenel a quitté la cérémonie des césars, vendredi salle Pleyel, à l’annonce de la récompense décernée à Roman Polanski. Photo Nasser Berzane. ABACA

Il n’y a rien de surprenant à ce que l’académie des césars élise Roman Polanski meilleur réalisateur de l’année 2020. C’est grotesque, c’est insultant, c’est ignoble, mais ce n’est pas surprenant. Quand tu confies un budget de plus de 25 millions à un mec pour faire un téléfilm, le message est dans le budget. Si la lutte contre la montée de l’antisémitisme intéressait le cinéma français, ça se verrait. Par contre, la voix des opprimés qui prennent en charge le récit de leur calvaire, on a compris que ça vous soûlait. Alors quand vous avez entendu parler de cette subtile comparaison entre la problématique d’un cinéaste chahuté par une centaine de féministes devant trois salles de cinéma et Dreyfus, victime de l’antisémitisme français de la fin du siècle dernier, vous avez sauté sur l’occasion. Vingt-cinq millions pour ce parallèle. Superbe. On applaudit les investisseurs, puisque pour rassembler un tel budget il a fallu que tout le monde joue le jeu : Gaumont Distribution, les crédits d’impôts, France 2, France 3, OCS, Canal +, la RAI… la main à la poche, et généreux, pour une fois. Vous serrez les rangs, vous défendez l’un des vôtres. Les plus puissants entendent défendre leurs prérogatives : ça fait partie de votre élégance, le viol est même ce qui fonde votre style. La loi vous couvre, les tribunaux sont votre domaine, les médias vous appartiennent. Et c’est exactement à cela que ça sert, la puissance de vos grosses fortunes : avoir le contrôle des corps déclarés subalternes. Les corps qui se taisent, qui ne racontent pas l’histoire de leur point de vue. Le temps est venu pour les plus riches de faire passer ce beau message : le respect qu’on leur doit s’étendra désormais jusqu’à leurs bites tachées du sang et de la merde des enfants qu’ils violent. Que ça soit à l’Assemblée nationale ou dans la culture – marre de se cacher, de simuler la gêne. Vous exigez le respect entier et constant. Ça vaut pour le viol, ça vaut pour les exactions de votre police, ça vaut pour les césars, ça vaut pour votre réforme des retraites. C’est votre politique : exiger le silence des victimes. Ça fait partie du territoire, et s’il faut nous transmettre le message par la terreur vous ne voyez pas où est le problème. Votre jouissance morbide, avant tout. Et vous ne tolérez autour de vous que les valets les plus dociles. Il n’y a rien de surprenant à ce que vous ayez couronné Polanski : c’est toujours l’argent qu’on célèbre, dans ces cérémonies, le cinéma on s’en fout. Le public on s’en fout. C’est votre propre puissance de frappe monétaire que vous venez aduler. C’est le gros budget que vous lui avez octroyé en signe de soutien que vous saluez – à travers lui c’est votre puissance qu’on doit respecter.

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-8 — Fariba Adelkhah hospitalisée

En passant

Dépêche AFP

Iran: la chercheuse française Adelkhah de retour en prison après son hospitalisation

Téhéran, Iran | AFP | samedi 29/02/2020 – 18:48 UTC | 392 words

Fariba Adelkhah, une universitaire franco-iranienne détenue en Iran depuis juin, a retrouvé sa cellule de prison après avoir été hospitalisée, a indiqué samedi son avocat, disant continuer à craindre pour sa santé, et une éventuelle contamination au nouveau coronavirus.

Mme Adelkhah est revenue dans « la section pour femmes de la prison d’Evine », mais « continue de se plaindre de graves douleurs aux reins », a déclaré son avocat, Me Saïd Dehghan, qui a demandé son envoi dans un hôpital équipé de matériel radiographique.

Ces soucis de santé sont la conséquence de la grève de la faim menée par cette anthropologue renommée de fin décembre à mi-février, avait-il précisé antérieurement.

Alors que l’Iran recensait samedi 593 cas de contamination au nouveau coronavirus, dont 43 décès, Me Dehghan s’est cependant dit « inquiet d’une infection éventuelle » de Mme Adelkhah lors d’un passage à l’hôpital.

Son compagnon, l’universitaire français Roland Marchal, détenu comme elle depuis juin par la République islamique, « est malade et en mauvais état, mentalement et physiquement », a-t-il affirmé, alors que la première audience du procès de Mme Adelkhah et M. Marchal est fixée au 3 mars.

3 mars: manifestations de soutiens à Fariba et Roland
Pour les soutenir plus que jamais, retrouvons nous mardi 3 mars
  • à Paris, devant SciencesPo, 27 rue St Guillaume, de 12h15 à 12h30
  • à Strasbourg, Place Kléber, à 12h
  • à Genève, Maison de la Paix, de 12h10 à 12h20

Il a indiqué avoir « recommandé d’annuler les visites conjugales entre les époux de peur d’une propagation du virus dans la prison, ce qui a été accepté par le chef de l’Organisation pénitentiaire ».

Une autre détenue, l’Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, a dit craindre d’avoir été contaminée par le nouveau coronavirus à la prison d’Evine, selon sa famille.

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-9 — Femmes en feu

En passant

« Nous sommes venues pour présenter la vitalité de notre vision du monde : dire qu’elle est politique, mais aussi inventive… et aimante. Qu’elle laisse la place aux gens. Voilà ce que nous sommes venues dire ».
Adele Haenel, venue présenter avec l’équipe de Portrait d’une jeune fille en feu, réalisée par Céline Sciamma, à la cérémonie des César, 28 février 2020

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-10 — Marthe Gautier, la trisomie 21 et l’ordre des signatures

Comité d’Ethique de l’Inserm

Avis du Comité d’éthique de l’Inserm
relatif à la saisine d’un collectif de chercheurs
concernant la contribution de Marthe Gautier dans la découverte de la trisomie 21

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Comité d’éthique de l’Inserm à la saisine concernant la contribution de Marthe Gautier dans la découverte de la trisomie 21 ainsi qu’en Annexe le rappel des recommandations pour la signature des articles scientifiques dans le domaine des sciences de la vie et de la santé, élaborées par un groupe de travail d’Aviesan (l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé).

Marthe Gautier, décorée de la légion d’honneur en 2014 à 89 ans

Il y a cinquante ans déjà, Marthe Gautier était cosignataire avec Jérôme Lejeune et Raymond Turpin d’une communication à l’Académie des sciences (les chromosomes humains en culture de tissus, 1959), établissant la présence d’un chromosome surnuméraire dans un syndrome individualisé par Langdon Down en 1866.

C’était la première aberration chromosomique autosomique reconnue dans les cellules de l’espèce humaine ; elle reçut en 1960 le nom de trisomie 21.

Après une brillante réussite à l’Internat des Hôpitaux de Paris (deux filles sur 80 nommés) et un séjour d’une année à Boston, Marthe Gaultier décroche son doctorat en médecine en 1955, avant de devenir chef de clinique à l’hôpital Trousseau, en septembre 1956.

Sur proposition du Professeur Robert Debré, Marthe Gautier a été bénéficiaire auparavant d’une bourse pour un séjour d’une année à Harvard. Le mécène, vient de perdre un enfant des conséquences du rhumatisme articulaire aigu (RAA), et fonde la toute nouvelle «Société d’études et de soins pour enfants atteints de RAA et de cardiopathie congénitale».

En septembre 1955, après un voyage en bateau de presque une semaine en compagnie d’un collègue, Jean Aicardi, boursier Fulbright, pédiatre et futur neurologue, Dr Marthe Gautier prend ses marques à Boston. L’objectif est d’apprendre la cardiologie infantile de manière à développer cette spécialité à son retour en France ; les apprentissages sont organisés en conséquence.

Durant ce séjour et de manière complémentaire, Marthe Gautier se voit proposer un emploi dans le laboratoire de culture cellulaire ; bientôt les techniques développées n’auront plus de secret pour elle.

À son retour en France l’année suivante, son nouveau « patron », le professeur Raymond Turpin, préoccupé depuis les années trente de comprendre la genèse d’états malformatifs, lui confie la responsabilité de développer des cultures cellulaires. Un laboratoire artisanal prend naissance ; les techniques apprises aux États Unis, sont méthodiquement adaptées au contexte de travail et mises au point en vue de permettre le dénombrement des chromosomes. Et bientôt Marthe Gautier constatera que les cellules de « mongoliens » ont 47 chromosomes, alors que les témoins en ont 46.

Marthe Gautier dans son laboratoire de Bicêtre en 1970. Coll. Marthe Gautier

Le laboratoire ne dispose pas de photo microscope ; Jérôme Lejeune, jeune chercheur au CNRS et élève du Professeur Raymond Turpin, comprend l’intérêt des cultures cellulaires et de cette découverte ; il se fait confier les préparations (les lames) pour en faire réaliser des photos. Ces photos lui serviront de support dans les congrès et ses interventions médiatiques.

La première communication à l’Académie des sciences associe (avec des erreurs) le nom de Marthe Gautier en deuxième position. Par la suite cette découverte sera associée à Jérôme Lejeune, devenu Professeur de génétique, porte-parole efficace de cette recherche française.

Marthe Gautier n’avait pas le projet « d’exploiter  » ce chromosome surnuméraire, sa vie professionnelle se construisant en clinique pédiatrique cardiologique. Ce n’est que bien plus tard que sa situation de découvreuse « oubliée » sera régulièrement rappelée, en particulier dans le milieu pédiatrique.

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-11 — Violences sexuelles

En passant

Violences sexuelles dans l’ESR : il n’y a pas de neutralité !

L’Association Française de Sociologie a diffusé en date du 11 février 2020 un communiqué intitulé «  Mise en place d’un groupe de travail sur les violences sexistes, sexuelles et de genre  » https://afs-socio.fr/creation-dun-groupe-de-travail-sur-les-violences-sexistes-sexuelles-et-de-genre/. Ce communiqué est inédit. Il marque un tournant dans notre profession en nous invitant à agir collectivement face aux situations de violences sexuelles sur nos lieux de travail (dans nos congrès mais aussi dans nos laboratoires, nos départements, nos séminaires, etc.). Cette prise de position, qui fait suite à des années de mobilisation du CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche), est salutaire. Elle doit aboutir à une véritable prise de conscience collective qui seule permettra d’en finir avec de tels agissements.

La prise de position de l’AFS est aussi l’occasion pour nous, enseignant·es et/ou chercheur·es en sciences sociales, de lancer un appel à notre communauté professionnelle : chacun·e de nous doit apprendre à réagir face aux dénonciations de violences sexuelles ! En effet, trop souvent encore, quand des collègues ou des étudiant·es osent en parler, les réactions immédiates protègent le mis-en-cause et renforcent la violence subie par la personne dénonçant les violences.

Ainsi, lorsqu’est évoquée, au détour d’un séminaire ou d’une pause-café, une « affaire » de violences sexuelles dans notre communauté professionnelle, on entend encore trop souvent :

  • « C’est compliqué, il vaut mieux rester neutre ».

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-12 — Katherine Jackson vient de mourir

En passant

Elle a contribué par son œuvre scientifique à dépasser les frontières de race, de genre et de classe à la NASA

En 2015, le président Barack Obama lui a décerné la Presidential Medal of Freedom, soulignant que « Katherine G. Johnson a refusé d’être limitée aux attentes que la société plaçait sur son genre et sa race, tout en étendant les limites que pouvait atteindre l’humanité ».

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search