Soutenances de thèse : publiques ou privées ? À propos des écoles doctorales des universités de Bordeaux et Paris-Saclay

Un grand flou demeure quant aux conditions de soutenance des thèses en cette période d’épidémie de Covid-19. Dans la lignée de l’article 4 de l’ordonnance du 27 mars 2020 sur les concours et examens, l’arrêté du 21 avril 2020 — qui aura pris son temps pour arriver… — pose quatre principes, concernant la soutenance :

  1. ° La soutenance de thèse peut s’effectuer intégralement à distance, « par tout moyen de télécommunication permettant l’identification des membres du jury et du doctorant et leur participation effective », ce qui est une dérogation aux règles existantes, qui prévoyaient la présence physique de deux personnes au moins, le président du jury et le doctorant (arrêté du 25 mai 2016) ;
  2. ° L’accord du doctorant à la soutenance à distance n’est pas exigé ; le président d’université a seulement besoin de l’accord du directeur de thèse pour donner l’autorisation de soutenir à distance ;
  3. ° « Les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats » ;
  4. ° « La confidentialité des délibérations du jury doit être garantie ».

One lighthouse on Lake St Clair, by David Soussan, 2014

De grandes différences risquent d’émerger entre les établissements de soutenance, et il semble important de réunir les informations à ce sujet. Nous publions, à titre d’exemple, les modalités des soutenances de thèses en visioconférences prévues par le Collège des huits écoles doctorales de l’université de Bordeaux, suite à une délibération du conseil du collège des écoles doctorales du 8 avril dernier. Ces modalités de soutenance posent problème, sur un point au moins : il y est prévu que «pour des raisons techniques liées à la gestion des connexions, il n’est pas possible d’associer un public invité à assister à ces soutenances». Une telle règle est illégale : elle était illégale avant l’entrée en vigueur de l’arrêté du 21 avril 2020, dans la mesure où l’ordonnance du 27 mars 2020 autorise seulement les établissements à «adapter la composition et les règles de quorum» des jurys, non à revenir sur le principe de publicité des soutenances ; et elle est illégale depuis l’entrée en vigueur de l’arrêté du 21 avril 2020, dans la mesure où celui-ci prévoit, on l’a vu, que «les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats». La publicité, autrement dit, ne peut pas être écartée par principe, comme le fait l’université de Bordeaux.

Ceci dit, on observera la prouesse légistique accomplie par la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, dans son arrêté du 21 avril 2020 : « s’efforcer », ce n’est pas bien précis, et cela relève de l’obligation de moyen, non de résultat. Bref, c’est très peu contraignant. Mais ça n’autorise pas, pour autant, à ne faire aucun effort pour organiser la publicité des soutenances.

A contrario les prescriptions de l’Université Paris-Saclay sont plus satisfaisantes.

  1. On y privilégie les reports de soutenance ;
  2. Le respect du caractère public de la soutenance est assuré, avec une salle virtuelle de soutenance ouverte au public. Pour assurer le caractère public de la soutenance, le lien vers la salle virtuelle de soutenance, destiné au public, est diffusé sur l’annonce de thèse, sur la page web de l’université dédiée aux annonces de soutenance, éventuellement par le laboratoire ou par le doctorant ou la doctorante vers des personnes privées. Pour des raisons techniques, le nombre de connections publiques peut être limité par le garant technique.
  3. Il est même prévu la possibilité pour les membres du public d’intervenir virtuellement, après la fin des débats entre le doctorant et le jury.

Academia, par souci de mettre en commun les bonnes pratiques en matières de soutenance de thèse de doctorat et d’habilitation à dirigier lesrecherches, accueillera bien volontiers d’autres décisions de Collège d’écoles doctorales.

Documents :

Une session de recrutement 2020 MCF / PR désynchronisée?

Après la fermeture des dépôts sur Galaxie : contact perdu

Alors que la campagne de recrutement MCF / PR 2020 a été décalée du 26 mars au 9 avril 16h pour les dépôts de candidature, il semblerait que le calendrier soit à l’heure actuelle GLOBALEMENT maintenu en l’état pour la suite des procédures, et cela, malgré les incertitudes. Le calendrier ministériel s’est officiellement décalé d’un mois, laissant jusqu’au 22 juin pour rendre les PV des derniers comités (auditions) et espérant une proclamation des résultats le lundi 13 juillet (attention : susceptible d’être encore modifié évidemment!). Mais localement, les choses sont différentes et certaines universités ont pris les devants. C’est bien le problème : la session synchronisée risque de ne plus l’être vraiment. Beaucoup de comités de sélection (COS) et de driections de ressources humaines (DRH) n’ont pas encore pris de décision, surtout quand les premières réunions étaient programmées en mai. D’autres ont déjà reporté les auditions en juin, privilégiant l’idée qu’un déconfinement partiel sera possible — laissant espérer des auditions en présentiel. D’autres — une minorté pour l’instant — ont dépassé la limite ministérielle avec des comités en juillet ou même en septembre. La grande inconnue est : comment s’y retrouver ? comment programmer une éventuelle audition pour les candidats ? et pour elleux, comment s’y préparer ?

Comités en visio-conférence, et les auditions ?

On sait que les comités de sélection (COS) fonctionnent en deux temps : une première réunion, après la répartition des dossiers, décide des candidatures qui viendront pour l’audition. Cette dernière est programmée avec la seconde réunion du comité généralement courant mai jusque début juin. La plupart des premières réunions de la session synchronisée sont toujours maintenues : elles opéreraient le choix des auditionné·es avec un comité en visio conférence.

Mais une fois cette première sélection faite, quand pourraient avoir lieu les auditions ? dans quelles conditions ? et surtout, grande question : se dérouleront-elles en vision conférence ? (une pétition circule en ce moment pour éviter cette option). Un décret initial stipulait que le comité doit être pour moitié présent physiquement (décret 2017-1748 du 22/12/17) : il a été modifié par une ordonnance du 27 mars 2020 permettant une dérogation de la « présence physique des candidats ou des membres de l’instance de sélection », et ouvrant la voie à des auditions en visio-conférence complète.

Un projet de décret, qui voulait déroger aux décrets de 2017 sur la fonction publique, de 1983  sur les concours chercheurs et de 1984 sur les concours EC avait d’ailleurs été soumis au Comité technique de l’enseignement supérieur et de la recherhe (CTESR), avant que cette réunion ne soit reportée sine die. Le projet de décret prévu par l’ordonnance, quant à lui, porte sur un point plus précis : les « garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude ». Sa publication serait imminente, selon nos sources.

Report des prises de fonction

La plupart des universités espèrent pouvoir tenir le calendrier synchronisé afin d’avoir leurs recrues pour la rentrée en septembre. À ce jour, quelques postes – notamment des « fil de l’eau » qui étaient simultanés avec la session synchronisée – ont reporté leur date de prise de fonction au 1er décembre 20201. Une autre université a décidé certaines prises de postes bien plus tard, le 1er février 2021 ((Information interne)). Quant à une troisième elle essaie de basculer ses postes au fil de l’eau2. Les candidat·es seront à coup sûr informés, car les président-es de comité sont depuis le début de la crise très inquiets des responsabilités qui leur incombe et des possibles dénouements. Mais ce qui ressort de cette première remontée de terrain, c’est que TOUS les postes ne sont pas uniformément concernés par ces reports !

Bad Day Calendar Showing Rough Or Stressful Time

Inquiétudes légitimes

Ce qui est inquiétant, ce n’est pas tant que le calendrier soit bousculé, mais plutôt la désynchronisation totale du processus, avec des prises de postes réparties au petit bonheur la chance en fonction des volontés locales et des auditions réalisées dans des conditions inédites et complètement expérimentales. On dirait que la crise Covid est vraiment l’occasion de passer outre toutes les instances nationales pour pousser encore plus à l’autonomie des universités et laisser chacun se débrouiller dans son coin. Aussi, à ce sujet, malgré les cadrages ministériels parcellaires envoyés aux instances universitaires, on risque de voir se multiplier ensuite les recours divers, notamment pour inégalité de traitement. Ces inégalités peuvent être techniques, d’accessibilité ou encore poser question sur les informations qui pourraient circuler en direct entre membres du comité et candidat·es par exemple ? un décret est annoncé contre la « fraude » et l’égalité de traitement des candidats… mais tout reste soumis à l’évolution de la situation sanitaire, avec le risque que certaines zones soient plus en tension que d’autres. La difficulté de maintenir un COS avec les mêmes membres du début à la fin étant en temps normal une gageure, l’exercice est ici encore plus compliqué.

À suivre de près

Le plus pénible sera évidemment pour les candidat-es de s’y retrouver et d’obtenir des informations claires en amont afin de se préparer au mieux à des auditions déjà sources d’angoisse en temps normal, mais relevant désormais en plus de la figure acrobatique. C’est a priori la DRH (direction des ressources humaines) des universités où les candidatures ont été déposées qui pourront répondre. Pour l’heure si quelques messages officiels on pu arriver, à la clôture des candidatures, c’est le plus grand flou qui règne, augmentant encore le stress dans un contexte contraint pour tout le monde, et encore plus pour les candidat-es aux postes de MCF, chaque année plus difficiles à obtenir. À toutes celles et ceux qui sont dans l’expectative, on leur souhaite bien du courage et de la patience. Elles et ils en auront malheureusement grandement besoin.

  1. Annonce faite par mails aux candidat·es []
  2. Idem []

Report des candidatures sur Galaxie : une pétition

Lien pour signer la pétidion

Signatures le 24 mars 2020 à 12h : 1538

Alors que dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le gouvernement appelle au confinement, les universités et laboratoires sont fermés, la date limite pour le dépôt des dossiers dans le cadre des concours de maître·sse de conférence (MCF) et de professeur·e (PR) de la session synchronisée est restée le 26 mars. Pour les postes d’assistant·e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) ou de PRAG/PRCE, cela varie selon les établissements, mais beaucoup de dossiers doivent être renvoyés courant avril.

Il est surprenant que ces dates n’aient pas été repoussées.

De toute évidence, la pandémie actuelle, et les mesures prises par le gouvernement affectent directement le temps de travail des précaires (et des titulaires) de l’ESR, notamment dans la préparation des dossiers de candidature. En effet, la crise sanitaire en cours crée un véritable bouleversement psychique et matériel. Beaucoup de temps est ainsi passé à s’informer, à réorganiser la vie quotidienne, prendre soin de ses proches ou de soi-même. D’autre part, si les conséquences des mesures de confinement affectent tout le monde, elles pèsent plus durement sur les personnes les plus précaires, celles et ceux qui ont des enfants, des parents à charge, ainsi que tou·te·s les autres pourvoyeuses/eurs de soins domestique. Elles renforcent, également, les inégalités préexistantes liées au genre ainsi qu’aux conditions de travail ou de logement variables. Il est en effet bien plus difficile de télétravailler pour les personnes qui vivent dans de très petites surfaces et qui doivent souvent les partager afin de pouvoir payer le loyer.

Continuer la lecture

Retour sur un recrutement

Suivant les exemples de Célia Keren et Caroline Muller, et après discussion avec plusieurs rédactrices d’Academia, il a pu sembler utile de mettre à disposition les textes de l’audition que j’ai passé, avec succès, le 15 mai 2018, à l’université de Franche-Comté, pour un poste en histoire contemporaine. Il y à, je pense, deux raisons principales.

La première est que Besançon a décidé, depuis quelques temps déjà, d’inclure dans les auditions une « mise en situation professionnelle sous forme d’un exercice pédagogique ». Il s’agit de réaliser un exposé de 10 minutes sur l’un des thèmes des enseignements de L2 et L3 Histoire, dans le cadre de la préparation d’un CM de deux heures. Le thème est à choisir parmi une liste de cinq cours, transmise quinze jours environ avant l’audition[1]. Il est précisé aux candidat.e.s qu’au cours de cet exposé devront être présentés la problématique du cours, les débats historiographiques afférents, une bibliographie de cinq titres maximum, le plan du cours et de deux à cinq documents qui seraient présentés aux étudiants. Mon exposé était appuyé sur un syllabus, distribué au jury, et un diaporama, qui reprenait les mêmes documents. L’expérience a semblé intéressante à celles et ceux avec qui j’ai pu en parler : mettre ces documents à disposition est un bon moyen d’attirer l’attention sur une initiative qui paraît aller dans le bon sens (mais je suis un peu juge et partie…)

La seconde raison concerne la seconde partie de l’exposé, plus classique, où il s’agit de présenter en 10 min comment les recherches actuelles et futures du candidat pourront s’insérer dans les axes de recherche du laboratoire, et dans les perspectives de la fiche de poste. En joignant ladite fiche de poste, mon « CV analytique » et mon texte d’audition, je laisse aux lecteur.rice.s les travaux pratiques, et le soin de jouer au détective (à l’historien !), pour retrouver la stratégie rhétorique employée[2], analyser ce qui est dit[3] et expliquer mon recrutement[4]. Pour toute une série de raisons, il me semble avoir adopté des tactiques très distinctes de celles de Célia Keren, à partir d’une trajectoire qui elle n’est pas d’esprit radicalement différent – l’usinage académique étant ce qu’il est.

Mais je la rejoins sur l’esprit qu’il faut avoir : si j’ai été recruté, c’est peut-être avant tout parce que j’y suis allé détendu et (donc) souriant, puisque persuadé de n’avoir aucune chance et d’être là pour apprendre – c’était l’unique audition de ma première campagne, et je n’avais pu faire qu’une seule audition blanche (complètement ratée d’ailleurs). Jean-Claude Duss peut être votre meilleur allié…


[1]          Dans le cas présent, la liste était : Démocratie et République en France (1789-1947) ; Empires coloniaux et décolonisations dans le monde (XIXe-XXe siècles) ; Croissance et développement dans le monde au vingtième siècle ; Violences globales et guerres-monde (XIXe-XXe siècles) ; Histoire sociale et culturelle comparée de l’Europe occidentale : Allemagne, Italie, Royaume-Uni (1850-1950).

[2]          La composition du jury est trouvable sur le wiki-audition hébergé par l’AFHE. Aucun de ses membres de m’était alors personnellement connu – si ce n’est, pour vraiment tout dire, que j’ai assisté au séminaire de l’un d’entre eux lorsque j’étais en première année de master.

[3]          Et, surtout, ce qui ne l’est pas… mais qui est connu tout de même du jury, qui a au moins lu la première page du CV.

[4]          En particulier sur un poste d’histoire générale alors que, historien des sciences expérimentales, mes centres d’intérêt ne passionnent pas spontanément des foules de collègues, on le devine…

Candidater à un poste de chargé.e de recherche INRA en SHS

Le carnet de recherche Transhumances. Enquêter sur les risques et les mondes économiques publie ce 9 novembre un billet de conseils a destination des candidatures SHS aux concours CR de l’INRA.

quelques mots sur la manière dont se déroule un recrutement à l’INRA, sur le travail dans cet organisme de recherche et plus particulièrement à l’IRISSO, au sein d’un collectif de sociologues, politistes et historiens travaillant sur les politiques des risques. Si vous êtes docteur.e en sociologie, science politique, ou d’autres disciplines des SHS, et souhaitez continuer à travailler dans la recherche, ce billet s’adresse à vous.

La suite ici : https://ritme.hypotheses.org/3686

 

Candidates, candidats, vous n’êtes pas responsables !

Le texte ci-dessous a été posté sur la liste de diffusion de l’ANCMSP (science politique, sociologie) en 2016, suite à un recrutement controversé.

 

 

 

(Je poste ceci à l’usage des jeunes docteur.e.s qui arrivent sur le marché, en réponse à la demande « d’éclairer les lanternes des outsiders ». Ce post n’a pas vocation à épuiser le débat, ni à expliquer scientifiquement les recrutements, ni à les excuser).

D’abord, on peut critiquer les recrutements, mais pas la personne recrutée. Ce n’est pas de sa faute. Le problème, c’est comment les recrutements sont organisés. Sur un poste de mcf, vous pouvez avoir 200 candidats. Le recrutement se joue sur des critères multiples : les publications certes, mais aussi l’adéquation au profil, la composition du département, la perception de la collégialité (est-ce que vous avez l’air sympa), la perception de la capacité à enseigner, etc. Tous ces critères ne sont pas nécessairement illégitimes.

Dans ce contexte, vous pouvez être éliminé pour n’importe quel prétexte. Quand je dis n’importe quel, voici une liste non exhaustive des propos (évidemment éliminatoires) que j’ai entendus sur divers candidat.e.s : Continuer la lecture

Être candidat.e en sciences sociales à l’IRD 1 – le projet de recherche

Par Pierre Guidi, avec de précieux ajouts de Marc Pilon

Candidater auprès d’institutions de recherche demande de connaître des règles dont certaines sont explicites et d’autres implicites, mais rares sont les institutions qui les exposent publiquement. Ce court texte contient les principaux conseils pour candidater comme chargé de recherche à l’IRD. Ils sont fondés sur mon expérience de candidat en 2015 et 2016, ainsi que sur le suivi (dossiers et auditions blanches) d’une dizaine de dossiers de candidatures depuis mon recrutement en 2016. Ces conseils ne sont évidemment pas exhaustifs et pourront être amendés en fonction des commentaires reçus. Vous trouverez ci-dessous des exemples de projets de personnes récemment recrutées.

Cette année, l’IRD a mis en place une nouvelle procédure. Comme au CNRS, une première sélection des dossiers sera effectuée avant les oraux, qui auront lieu en plénière (auparavant, il n’y avait pas de sélection et les auditions se déroulaient en sous-commissions).

Pensez à regarder attentivement le site https://www.ird.fr/. Il contient de très nombreuses informations sur la politique scientifique, les unités de recherches, les partenariats, l’implantation de l’IRD dans le monde etc.

Le projet IRD est court : quatre pages maximum pour les activités de recherche antérieures et six pages pour le projet de recherche. Il faut donc faire un important effort de concision.

Continuer la lecture

Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat

J’ai rédigé la première version de ce vade-mecum pour de jeunes collègues dont la première campagne a commencé en mars 2017 et qui, pour toutes sortes de raisons (étudiant-e-s étrangers et étrangères, docteur-e-s de l’EHESS ou de petites facs de province) ne possédaient ni les codes de l’audition de recrutement à un poste de MCF, ni les ressources (l’entourage) pour les acquérir rapidement. Les semaines passant, j’ai été de plus en plus convaincue que nombre d’entre nous gagneraient à la publication de ce vade-mecum et à sa discussion. 

Le 24 mai 2017, une dizaine de jours après publication, et après avoir reçu ou lu un certain nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’ajouter quelques considérations et précisions supplémentaires, notamment sur l’écriture du discours et la gestion, disons, émotionnelle et morale de l’exercice. Afin de conserver la logique du billet, j’ai inséré ces nouvelles remarques dans le texte original, précédées d’un astérisque.

L’autrice de ces lignes a passé neuf auditions MCF en histoire, une quarantaine d’auditions blanches pour son propre compte, une quinzaine pour celui des autres. Le but du texte ci-dessous est simplement de récapituler les conseils dont j’ai moi-même bénéficié au fil de cette expérience. Il expose d’abord « l’esprit » d’une audition MCF (très différent – justement – d’une audition CNRS ou post-doc) avant de revenir longuement sur le travail de préparation à la rédaction du texte et à la séance de questions.

Ce vade-mecum sert aussi à faire comprendre qu’une audition n’est, au fond, qu’un exercice, qui a ses règles. Bien sûr, la qualité du dossier compte, mais au moment de l’audition, le dossier est ce qu’il est. Il faut donc préparer à fond l’audition. Comprendre comment le faire, apprendre à séduire un jury, lui tendre des perches, voire lui faire des appels du pied (et presque, le manipuler), présenter son dossier, un jour comme un dossier  « d’histoire politique de la Bretagne » et la semaine suivante, comme une candidature en « histoire culturelle internationale »  – tout cela finit par avoir, comme tous les exercices dont on finit par maîtriser (et jouer avec) les règles, un côté ludique. Il faut donc dédramatiser à fond (malgré les enjeux) en séparant clairement sa propre valeur d’enseignant-e-chercheur-e, d’un côté, et sa réussite de l’exercice, de l’autre.

Combien de temps prend la préparation de cet exercice ? Il n’y a pas de règle – ça dépend du degré d’élaboration du profil (qui doit être absolument décortiqué comme s’il faisait l’objet d’un commentaire de document) et de sa motivation pour le poste. En règle générale, je dirais qu’il faut s’y mettre minimum cinq jours à l’avance pour avoir le temps de réfléchir à sa stratégie d’auto-présentation de soi et aux réponses aux questions, sachant qu’on a déjà commencé ce travail au moment de la rédaction du CV analytique. La recherche stricto sensu (points 2 à 4) prend une journée de travail minimum ; davantage si on juge nécessaire de faire des lectures, par exemple en regardant les publications (enfin, des recensions) de certains membres du jury qui travaillent sur des sujets proches des siens et qu’on ne connaît pas, ou encore pour se renseigner sur certains aspects du poste pour lesquels on n’est pas très compétent-e (humanités numériques, concours qu’on n’a pas passés, etc.). Il faut avoir une v1 du discours plusieurs jours avant pour le tester en audition blanche et avoir le temps de le réécrire : en général, pour mes premières auditions, je réécrivais tout mon topo intégralement après chaque audition blanche. Au bout d’un moment, ça va plus vite, mais tout dépend, encore une fois, du degré de complexité du poste et de sa motivation. Au final, néanmoins, le temps de préparation nécessaire n’a rien d’extravagant par rapport à un poste équivalent en termes de compétences dans le privé.

Un exemple de texte d’audition (passée avec succès) est joint, en espérant que d’autres se dévoueront pour partager leurs propres textes. (Post-scriptum: c’est maintenant le cas: vous trouverez tous les textes des gentil.le.s contributeurs et contributrices au bas de ce billet.)

 

1. Comprendre ce qu’est une audition de recrutement MCF et comment se positionner face au comité

En un temps record (de 10 à 15 minutes d’exposé suivies de 10 à 15 minutes de questions), le ou la candidat-e doit convaincre une assemblée d’une dizaine de professeur-e-s qu’il ou elle 1) est compétent-e pour faire tout et absolument tout ce que ses futur-e-s collègues lui demanderont en cas de recrutement, et encore avec bonheur car; 2) il ou elle sera un-e collègue idéal-e : sympa, dynamique mais humble, collectif, responsable. Continuer la lecture

Sur les concours d’ingénieur.e.s et de technicien.ne.s CNRS: retour d’expérience

Citation

mateUn collègue, Damien Cartron, ingéneiur de recherche CNRS, nous signale l’existence de son site personnel dans lequel il rassemble nombre de judicieux conseils pour les candidats et les candidates aux concours d’ingérieur.e.s et de technicien.ne.s.

J’ai été à de nombreuses reprises membre de jury (soit comme membre expert, soit comme président) aussi bien pour des concours internes ou externes, en jury Cnrs ou d’Universités. J’ai passé deux fois le concours interne pour être IR [ingénieur de recherche], et une fois la sélection professionnelle (pour être hors classe). Je suis très souvent sollicité par des candidats pour des conseils ou des retours d’expérience. Même si je fais volontiers partager mon expérience, ceci est d’une part chronophage et d’autre part un peu injuste car seuls les candidats qui me connaissent d’une manière ou d’une autre bénéficient de cette vision “de l’intérieur” des concours IT [Ingénieurs & techniciens]. D’où l’idée d’essayer de tout dire, ou presque, dans un document unique mis à la disposition de tous les candidats.

Continuer la lecture

Quand le CNU utilise les réseaux sociaux

La 70e section du CNU [Sciences de l’éducation] a désormais son compte FB. Pour suivre en temps réel les décisions de la section et interagir avec ses membres?

De leurs côtés, les géographes de la 23e section ont ouvert un wiki autonome de leur page officielle du site du CNU.
Continuer la lecture

Concours de l’EHESS: conseils aux candidat.E.s

Mise à jour partielle des liens – 4 décembre 2017

EHESS_electionsDu fait la particularité du mode de nomination de ses enseignant.e.s-chercheur.ses (désormais EC), de la visibilité de l’EHESS dans le champ des sciences sociales françaises, et du sexisme de son recrutement, le concours a fait l’objet d’analyses remarquées (lien obsolète du rapport Backouche), dont la notoriété a entraîné une modification des procédures d’élection depuis 2009.

Parmi les mesures les plus importantes adoptées, il faut noter :

  • La parution d’un vademecum pour éclairer les arcanes du concours;
  • L’interdiction de faire « campagne », pratique qui consistait pour les candidat.e.s à se présenter individuellement aux EC électeur/trices;
  • L’avancement du calendrier – le concours débutant à l’automne et se clôturant par des élections fin mars-début avril, soit un avancement de près de 6 mois par rapport au calendrier précédent);

Alors que la campagne 2016 vient de s’ouvrir (dépôt des candidatures au 1e octobre 2015),  Academia vous propose une lecture et une explicitation de la candidature et des procédures d’évaluation en place par le Conseil scientifique en 2014 pour clarifier à la fois les modalités de constitution du dossier  et des pratiques d’évaluation de celui-ci.

Continuer la lecture

Concours CNRS : recommandations de la section 36

La section 36 nous communique la version actualisée de ses recommandations aux candidat-e-s. On y apprend que les auditions auront lieu du mardi 7 au lundi 13 avril 2015 (week-end exclu), et ces quelques éléments supplémentaires sur le déroulement de l’audition :

Lors de la deuxième phase des concours, les candidat.e.s admissibles sur dossier sont auditionné.e.s par le jury d’admissibilité du concours. L’audition est organisée en sous-jurys. Le nombre de sous-jurys est passé de quatre à deux en 2014. La période de présélection des candidat.e.s autorisés à être auditionnés a en effet permis une évaluation plus approfondie des dossiers et ainsi conduit à une sélection plus importante des candidat.e.s admis.es à poursuivre le concours. Notons que la composition des sous-jurys n’obéit pas à une logique disciplinaire : la section 36 couvrant à la fois les sciences du droit et la sociologie, les candidat.e.s doivent s’attendre à être auditionné.es par des sous-jurys comprenant à la fois des juristes et des sociologues.
La durée de l’audition est communiquée aux candidat.e.s lorsqu’elles/ils reçoivent leur convocation. L’année passée comme la précédente, les candidat.e.s ont disposé de 10 minutes pour présenter leur parcours et leur projet, avant qu’une discussion s’engage avec les membres du jury pendant 15 minutes.
Au terme des auditions, le jury d’admissibilité comprenant l’ensemble des membres de la section 36 se réunit pour établir un classement des candidat.e.s déclaré.e.s admissibles. Ces résultats sont consultables sur le site du CNRS.
Le jury d’admission siège ensuite au niveau de l’InSHS et établit les classements définitifs des concours.

L’ensemble du document est téléchargeable ici. Et pour mémoire, pour les sections 37, 38, 39 et 40, c’est là.

Pour mémoire, quelques conseils sur la préparation et le déroulement de l’audition au concours du CNRS sont rassemblés dans un billet de Claire Lemercier de 2013 (une époque où il n’y avait pas encore de pré-sélection significative des candidat-e-s auditionné-e-s).

Bon courage à tout-e-s les candidat-e-s.

Conseils aux candidat.e.s : le dossier de qualification CNU

cnuException institutionnelle mondiale, la France exige de ses docteur.e.s une certification de la valeur du diplôme de doctorat permettant de candidater aux fonctions de maître.sse de conférences (MCF) – et de professeur.e des universités (PR). Cette barrière, dont les potentiels candidats étrangers sont peu au fait, explique peut-être, le peu de candidat.e.s étranger.e.s aux concours d’enseignants des Universités, contrairement à certaines grandes écoles et au CNRS. La qualification dans une section du CNU suffit pour candidater sur les postes universitaires, quelle que soit la section. Toutefois, obtenir le précieux sésame n’est pas automatique. Loin s’en faut.

Continuer la lecture

À propos des fléchages et coloriages : conseils aux candidat.e.s au CNRS (section 40, mais pas seulement)

Cette année, en sciences humaines et sociales, une forte minorité des postes sont « coloriés » (une thématique précise est conseillée), mais surtout « fléchés » (le poste est affecté à un laboratoire précis, avec un numéro de concours distinct). Cette pratique, qui a connu des hauts et des bas (elle était répandue aussi quand j’ai été recrutée en 2003, mais depuis elle avait quasi disparu, en tout cas pour les fléchages), est à peu près unanimement réprouvée par les sections du comité national (qui font office de jury de recrutement) comme par les autres disciplines au sein du CNRS (math, physique, biologie, etc.). C’est un choix politique de l’Institut des SHS du CNRS – avec des objectifs de politique scientifique, mais aussi d’aménagement du territoire, qui pèsent ainsi sur les candidat.e.s à un concours déjà très difficile. Continuer la lecture