Appel de l’Italie : Désintoxiquons-nous – Savoir pour l’avenir

Traduction de  https://www.roars.it, par Cristina del Biaggio

« Economics are the methods. The object is to change the soul ». Se référant aux politiques de la connaissance, de l’éducation et de la recherche (mais pas seulement), cette formule de Margaret Thatcher résume bien le processus qui a caractérisé les dernières décennies.

Manifestation, Paris, février 2020

La méthode économique, la pénurie comme condition normale, à la limite de survie ou en dessous, est visible par tous. L’objectif est moins visible. Le changement des âmes est si profond que nous ne remarquons même plus la destruction qui se produit autour de nous et à travers nous : le paradoxe de la fin — dans la « société de la connaissance » — d’un monde consacré aux choses de la connaissance. Même l’oreille s’est habituée à une dévastation linguistique programmatique, où un jargon technico-managérial et bureaucratique appauvri répète des expressions ayant valeur opératoire précise, qui semble cependant difficile à saisir : amélioration de la qualité, excellence, compétence, transparence, produits de la recherche, offre d’enseignement…  Et autonomie, c’est-à-dire — selon les mots de Thomas Piketty —  l’imposture qui a lancé le processus de destruction du modèle européen d’université. Une destruction qui a pris comme prétexte rhétorique certains maux — réels ou non — de l’ancienne université, mais bien sûr sans y remédier, car le but visé n’était pas celui-là.

Trente ans après l’introduction de l’autonomie, justement, et vingt ans après le processus de Bologne, dix ans après la « loi Gelmini »1 la littérature critique sur cette destruction est sans limite. La recherche et l’enseignement — c’est un fait, et pourtant il semble tabou de le rendre explicite — ne sont plus libres depuis longtemps. Soumise à une pression insensée pour « produire » de plus en plus chaque année (en Italie : VQR, ASN, etc.), la recherche est en proie à une véritable bulle de titres, qui transforme de plus en plus les déjà exemplaires publish or perish en rubbish or perish. Dans le même temps, la pression continue à « délivrer » une formation entièrement adaptée aux exigences du monde productiviste. La modernisation qui a arraché de manière programmatique l’université à la « tour d’ivoire » – la rendant « responsive », « service university »  — n’a signifié rien de plus que la voie, la « troisième voie », vers le monde des intérêts privés. Vidées de leur valeur, l’éducation et la recherche sont évaluées, c’est-à-dire « valorisées » par le marché et le quasi-marché de l’évaluation, qui, dans sa meilleure forme institutionnelle, ne sert qu’à « favoriser (…) l’effet du contrôle social et le développement de logiques de marché positives » (CRUI 2001).

Continuer la lecture

  1. Passée entre 2008 et 2010, sous le gouvernement Berlusconi IV, cf. présentation de la loi Gelmini en anglais; présentation de la loi Gelmini en Italien. []

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020

Outre Manche 74 universités entrent en grève en février et en mars

https://www.worldatlas.com/r/w728-h425-c728x425/upload/9b/e8/30/british-college-students.jpg

Students in Britain

Le syndicat UCU (Universtiy and College Union) déclare une grève de14 jours dans 75 universités en février et en mars. Communiqué

Traduction : Christelle Rabier

3 February 2020

Soixante-quatorze universités britanniques seront touchées par 14 jours de grève en février et en mars, selon le communiqué de UCU aujourd’hui. La grève commencera le jeudi 20 février et prendra de l’ampleur chaque semaine jusqu’à culminer en un arrêt total du travail du lundi 9 au mardi 13 mars.

Le conflit porte sur la viabilité financière du système de retraites Universities Superannuation Scheme (USS) et de l’accroissement de son coût pour ses membres, et sur l’échec des universités à n universitieséchec des universités à faire des améliorations significatives sur la rémunérations, leur équiités, la flexibilité et la charge de travail. Voici les jours de grève prévus :

  • Semaine 1 – Jeudi 20 & vendredi 21 février
  • Semaine 2 – lundi 24, mardi 25 & mercredi 26 février
  • Semaine 3 – lundi 2, mardi 3, mercredi 4 & jeudi 5 mars
  • Semaine 4 – lundi 9, mardi 10, merciredi 11, jeudi 12 & vendredi 13 mars

Continuer la lecture

Deux acquittements : Tuna Altinel et Nicolas Jounin

1. Acquittement du mathématicien Tuna Altinel en Turquie

Communiqué du comité de soutien de Tuna Altinel, 25 janvier 2020

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Le tribunal de Balıkesir a acquitté hier vendredi Tuna Altınel après une courte audience de 1h30.  Lors de l’audience Tuna Altınel a à nouveau dénoncé les massacres qui ont eu lieu dans la ville de Cizre en 2016. Le procureur a une semaine pour faire appel de la décision.

Nous nous réjouissons de cet acquittement qui est une victoire pour la liberté d’expression face aux accusations absurdes des autorités turques, mais aussi une victoire pour les universitaires pour la paix et plus généralement pour les défenseurs des droits de l’homme. Toutefois, Tuna Altınel doit à nouveau entreprendre des démarches administratives pour son passeport. Nous espérons que les autorités turques le lui restitueront rapidement mais il n’est pas exclu qu’elles traînent pour le faire ou qu’elles inventent un prétexte pour ne pas lui rendre. Nous resterons mobilisé·e·s jusqu’à ce qu’il retrouve sa liberté complète de déplacement.

Solidairement,
Le comité de soutien
Site du comité de soutien : http://math.univ-lyon1.fr/SoutienTunaAltinel

2. Acquittement du sociologue Nicolas Jounin au Tribunal de Bobigny, suite à son arrestation

Tweet de Nicolas Jounin du 24 janvier 2020

Nicolas Jounin, 2017

Accusé de violences sur policier, je suis relaxé en appel. Parce que le patron du Syndicat des Commissaires de Police Nationale (@ScpnCommissaire), seul accusateur, convoqué par le tribunal, ne s’est pas présenté pour expliquer ses incohérences. C’est une mobilisation collective qui a permis de les pointer, merci à tou.tes!

✊

 

Répressions policières à Tours à la demande du Président Philippe Vendrix

En passant

Grève très suivie dans les Universités britanniques

En passant

The Guardian relate les raisons qui conduisent plus de 40 000 personnels dans 60 Universités à s’engager dans une semaine de grève sur les retraites et les salaires. Très suivie, la grève porte sur les fortes inégalités de salaire et les choix stratégiques des Universités, mettant en danger les retraites des personnels.

Contractuel.le.s français.e.s et britanniques: même combat?

En passant

Deux articles du Guardian évoquent une situation à l’Université de Cambridge qui s’apparente fort à celles dénoncée par les « précaires » français.

Le premier, paru le 4 juillet 2019, informe de la grève des enseignants à propos de la précarité du travail. Les syndicats dénoncent le fait que les contrats temporaires sont à l’origine des niveaux extrêmes de difficultés personnelles et financières. Deux-tiers des enseignant.e.s deCambridge sont payés à l’heure de travail effectuées et les deux-tiers n’ont pas de contrat, selon University and College Union (UCU). Les grévistes assurent que la nature incertaine de leur emploi a un impact sur leur santé mentale et d’autres ont des problèmes à régler leurs factures. L’article ajoute que l’écart de salaire lié au genre est de 19% 7 à Cambridge à comparer au 15,1% du secteur.

Peu de temps auparavant, The Guardian posait assez crûment la question: les doctorant.e.s représentent-il/elles du travail bon marché pour les Universités?

L’Université de Cambridge vient de descendre dans les classements internationaux, à l’instar de la recherche française. À quand une réflexion européenne sur l’emploi et ses abus dans l’enseignement supérieur et ses conséquences pour la recherche ?

Continuer la lecture

Communiqué

En passant

Noémi Lévy-Aksu condamnée à 30 mois de prison par la justice turque

Communiqué de l’EHESS, 18 juin 2019

L’École des hautes études en sciences sociales a appris avec indignation, ce vendredi 14 juin 2019, la condamnation par la justice turque à 30 mois de prison de Noémi Lévy-Aksu, docteure de l’EHESS, historienne des pratiques policières et juridiques de l’Empire ottoman tardif, en raison de la signature de la pétition des « Universitaires pour la paix » dénonçant la violente répression frappant les civils kurdes.

Cette sentence inique représente une atteinte grave à ce socle démocratique que constitue la liberté d’expression. Elle s’inscrit surtout dans une répression collective et systématique des universitaires en Turquie. Plus du tiers des 2 212 universitaires signataires de la « Pétition pour la paix » ont d’ores et déjà fait l’objet de poursuites engagées par l’État turc pour « propagande terroriste » ou « insulte à la nation, à l’État et aux institutions ». 194 ont déjà été condamnés, dont 35 à une peine de prison ferme. C’est le cas de Füsun Üstel. Professeure (retraitée) de science politique à l’Université de Galatasaray, co-directrice d’une thèse en cours à l’EHESS, elle a été condamnée à 15 mois de prison sans sursis. C’est aussi le cas d’Ayşen Uysal, professeure de science politique limogée de l’université Dokuz Eylül d’Izmir, membre associée du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), dont le procès est toujours en cours. Füsun Üstel a été incarcérée suite à son procès. Tuna Altınel, maître de conférences de l’Université Lyon 1 arrêté le mois dernier sous le prétexte de sa participation à une table ronde, est emprisonné sans avoir été jugé.

Il ne s’agit de rien de moins que d’une attaque en règle contre la liberté de penser et d’élaborer en toute indépendance des savoirs indispensables à l’existence d’un débat public et à la vie d’une société démocratique. C’est un nouveau symptôme particulièrement préoccupant d’une menace frappant aujourd’hui des pays aussi différents que le Brésil, la Hongrie ou la Pologne. La garantie démocratique que constitue la liberté académique ne saurait connaître de frontières. C’est dans la capacité des chercheuses et des chercheurs à confronter en permanence leurs réflexions à celles de leurs collègues étrangers, dans une communauté des savoirs à l’échelle internationale, qu’elle se fonde.

Ne nous y trompons pas : c’est notre liberté de citoyennes et de citoyens, ici et maintenant, que touchent au cœur ces nouvelles attaques.

Paris, le 18 juin 2019

Manifeste des universitaires suisses pour la grève féministe du 14 juin 2019

Les femmes travaillant à l’université en Suisse se sont mise en grève le vendredi 14 juin 2019, rejoignant un formidable mouvement féministe qui a rassemblé plus de 500 000 personnes dans les manifestations.

À cette occasion, les universitaires ont publié un manifeste académique pour la grève féministe. Academia le reproduit en solidarité, en y adjoignant le texte circulaire publié par les femmes travaillant dans les départements de science politique.

Manifeste académique pour la grève féministe

Nous sommes des scientifiques de différentes disciplines et nous allons nous mettre en grève le 14 juin 2019. Les femmes* sont systématiquement et massivement sous-représentées au sein des universités et des hautes écoles spécialisées suisses. Cet état de fait a des conséquences fondamentales sur les processus de production et de transmission du savoir. Nous portons les revendications suivantes en lien avec notre environnement de travail :

  1. Jusqu’à ce que 50 pourcent des postes professoraux soient occupés par des femmes* dans toutes les disciplines, chaque université et haute école suisse doit pourvoir les postes professoraux nouvellement mis au concours par des femmes* à hauteur de 50 pourcent. Les femmes* ne doivent pas être renvoyées à des emplois moins bien dotés. Le même principe vaut pour tous les organes directeurs et postes académiques des hautes écoles et des universités.

  2. Nous exigeons un salaire égal pour un travail égal, sans distinction de genre. Pour cela les classifications salariales individuelles et les barèmes salariaux doivent être rendus transparents.

  3. Chaque poste professoral doit permettre le job sharing. Toutefois, le job sharing n’équivaut pas à fournir la même quantité de travail pour la moitié du salaire. Seule une réelle réduction de la charge de travail permet une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  4. Au minimum 50% des postes faisant suite au doctorat et financés par les universités doivent être de durée indéterminée.

  5. L’enseignement et la recherche doivent être rémunérés à leur juste valeur. Le fait que les privat-docents doivent enseigner gratuitement afin de ne pas perdre leur titre doit être immédiatement aboli. Les titulaires de contrats d’enseignement et de mandats ne doivent pas avoir à attendre la fin du semestre pour recevoir leur rémunération.

  6. La parité de genre est requise au sein de chaque commission de recrutement, de chaque jury et de chaque organe décisionnel du Fonds national suisse FNS de la recherche scientifique, ce pour chaque discipline.

  7. Afin de garantir des procédures de recrutement équitables et une gestion du personnel sensible aux dimensions de genre, nous exigeons des formations continues obligatoires pour les personnes siégeant dans des commissions de recrutement ou qui occupent des fonctions de cadres.

  8. L’enseignement de même que les procédures administratives au sein des universités et hautes écoles suisses doivent être attentives aux questions de genre. Nous exigeons pour cela des mesures de sensibilisations adaptées aux fonctions de chaque groupe professionnel concerné au sein des hautes écoles et des universités suisses. L’enseignement doit sensibiliser à un usage de la langue prenant en compte les questions de genre.

  9. Nous appelons à des mesures globales pour une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  10. La mobilité (notamment pour les mesures d’encouragement) doit être promue, mais ne doit pas constituer un impératif.

  11. Les obligations professionnelles régulières, telles que les réunions ou les séances administratives liées à l’institution doivent avoir lieu durant la semaine et se terminer à 17 heures.

  12. La vie familiale doit être rendue possible dans les universités et les hautes écoles et les familles doivent être soutenues. Nous exigeons l’introduction et le développement du congé parental, afin qu’un partage équitable des gardes d’enfants et des tâches éducatives soit réellement possible.

  13. La couverture légale et financière du congé parental doit également être assurée dans le cadre des projets financés par des fonds tiers. Le congé parental ne peut être déduit de la période de recherche définie pour le projet au détriment des chercheuses et chercheurs.

  14. Les infrastructures pour la garde d’enfants au sein des hautes écoles et des universités doivent être renforcées. Un nombre suffisant de places de crèche à des prix abordables doit être garanti, de même qu’une offre suffisante d’espaces parents-enfants.

  15. Nous exigeons que les acquis pour lesquels le mouvement féministe s’est battu – comme la mise en place d’études genre dans les universités ainsi qu’au sein de différentes disciplines – soient étendus et non pas démantelés.

  16. Nous exigeons davantage de moyens pour la prévention et la répression du harcèlement sexuel au sein des institutions universitaires.

  17. L’instrument d’encouragement qui soutenait spécifiquement les femmes* en lien avec leur situation familiale aux niveaux doctoral et post-doctoral (Marie Heim-Vögtlin) a été aboli par le FNS au profit d’un format se réduisant à l’excellence à partir du niveau post-doctoral. Nous appelons à la création de nouveaux instruments d’encouragement et au renforcement des instruments existants, afin que les jeunes chercheuses et chercheurs indépendamment de leur situation familiale ou de leur genre et des réseaux professionnels liés au genre, bénéficient des mêmes perspectives professionnelles.

  18. Les coming out forcés, les imputations erronées de genre et les assignations de genre superflues doivent être combattues au sein des hautes écoles et des universités. Nous exigeons des adaptations administratives et institutionnelles pour les personnes non-binaires, trans et inter ; par ex. adaptations simplifiées ou suppression de l’indication de genre et toilettes non-genrées. Nous exigeons des formations à destination du personnel ainsi que des services compétents sur ces questions dans toute université et haute école.

  19. Les discriminations liées au genre et à l’identité de genre sont étroitement liées à d’autres types de discriminations telles que celles fondées sur la racialisation, la religion, les origines sociales ou géographiques, l’orientation sexuelle, l’âge ou le handicap. Nous demandons à ce que les discriminations liées au genre au sein des établissements de recherche soient combattues dans une perspective multidimensionnelle et intersectionnelle.

  20. Enfin, nous exigeons des mécanismes et des mesures de contrôle réels et contraignants pour mettre en œuvre l’égalité des genres.

Continuer la lecture

Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

« Turkey is incarcerating its academics! » This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of « terrorist propaganda ». The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for « insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government ». Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that « war is a public health issue ».

Continuer la lecture

Pour la libération de Tuna Altinel, chercheur lyonnais emprisonné en Turquie

En passant

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Une association d’universitaires appelle le gouvernement français à faire respecter les droits élémentaires du mathématicien et enseignant, incarcéré depuis le 11 mai en Turquie. Une énième arrestation qui suit celle d’une longue liste d’enseignants, mais aussi de journalistes, d’avocats et de fonctionnaires. Par l’association SUP-DDHT , Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie 19 mai 2019 à 16:57

Tribune. «La Turquie emprisonne ses universitaires.» Voilà ce que nous écrivait notre collègue Tuna Altinel le 8 mai. En effet, ce jour-là, Füsun Ustel était incarcérée à la prison pour femmes d’Eskisehir. Cette professeure de science politique à la retraite de l’université Galatasaray, une institution franco-turque, fait partie des signataires de la pétition pour la paix, rendue publique en janvier 2016, qui dénonçait la violation par l’Etat des droits élémentaires des civils dans les villes kurdes de Turquie. Depuis lors, près d’un tiers de ces 2 237 universitaires pour la paix ont été poursuivis, accusés de «propagande pour une organisation terroriste». Ces procès finissent toujours par des condamnations; toutefois, jusqu’à récemment, les peines étant inférieures à deux ans de prison, il était possible d’obtenir un sursis, à condition de s’abstenir pendant cinq ans de commettre de nouveaux «crimes» – «infractions» dont la qualification criminelle est laissée à l’appréciation des juges.

Continuer la lecture