Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source:

Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique

Depuis quelques jours, Laelia Veron a attiré l’attention de ses lecteurs et lectrices sur une catégorie de la population qu’elle connaît bien, comme enseignante en prison : les hommes et les femmes incarcéré·es. Je reprends le fil de Laelia Veron, en l’enrichissant d’articles plus récents1

Aucun plan de gestion de la crise du COVID-19 en prison n’a vraiment été prévu, à l’instar de l’Italie. On s’achemine donc vers une situation tout aussi explosive : un risque d’épidémie grave ; l’arrêt des contacts avec l’extérieur, des surveillant·es en première ligne d’exposition au virus, des mutineries, des drames.

Toutes les prisons ne sont pas dans la même situation. Les prisons centrales, pour les longues peines, dont la plupart des personnes incarcérées bénéficient d’une cellule individuelle, sont relativement moins surpeuplées que les maisons d’arrêt. En revanche, les maisons d’arrêts, qui mélangent toutes les peines, sont, quant à elles, vraiment surpeuplées et atteignent aujourd’hui 138%, selon l’Observatoire international des prisons (1e janvier 2020)2.

https://www.flickr.com/photos/urbexsachalille/16459399667/in/photolist-r5sJ5T-2edvgqB-r7kett-XNfYZy-r7d1yy-qrMMiC-EMmSsf-FsHxSG-qrZY8Z-r7dKi3-2bww7bi-wzrrFT-vj8b8z-2hrVxa9-2hFYa3o-21U2AWL-FpX6Ve-2iza1wc-LBNrDf-2atvu6W-vyJSA4-JBiKag-Qfq6t4-wFNgdV-cy7N1q-EEDQqP-21UMP1S-Bym23A-B7a9Je-2aaX3F1-rKMTBh-qrMPzS-4HAMFm-qrZXjK-roEcLi-r5sKhn-6q47JF-rmujXE-JJz1Rr-r5sQAt-r3dCCb-qrZXGD-roMcwF-r5sRyF-SYZYr7-qrMV2o-Bj7cuy-roMj7K-qrMQFE-roEfmt

Prison française, par Sacha Medjedovic, 2015

On pourrait avoir l’illusion que les détenu∙es étaient déjà confinés. Ce serait ignorer la vie d’une prison : il y a de nouveaux arrivants tout le temps ; des extérieurs qui s’y rendent. Aujourd’hui, familles, avocat∙es, enseignant∙es n’ont plus le droit de s’y rendre. Mais il faut bien administrer la prison : les surveillant·es continuent d’y travailler.

Des cas de coronavirus ont été déclarés en prison. Vu la surpopulation en détention, le confinement individuel des personnes atteintes est impossible. Le virus risque de se répandre très rapidement, tant chez les personnes détenues que les surveillant∙es. L’épidémie risque d’y être d’autant plus grave que 1° la promiscuité et la surpopulation facilitent les contaminations 2° les bâtiments sont insalubres, l’hygiène insuffisante, les systèmes de santé vétustes. Qui plus est, les populations carcérales s’avèrent particulièrement à risque, en raison de leur mauvais état de santé général.

Mais ce n’est pas tout : parmi les personnes-cibles de l’épidémie en prison, on risque non seulement les surveillant∙es, donc, mais aussi le personnel de santé. On trouvera bien sûr des personnes condamnées, mais aussi des personnes en incarcération préventive3, soit un quart de la population carcérale (21 000/80 000 personnes détenues)4. Dans la prison surpeuplée de Fresnes, un homme testé positif au coronavirus est mort. Il avait été incarcéré dix jours avant, alors qu’il était très âgé (74 ans) et de santé fragile – indice, s’il en était besoin, des inégalités exacerbées par la situation carcérale, entre un Balkany et un détenu anonyme. Le jour même, deux infirmières y étaient testées positives au coronavirus.

Quelles sont les mesures qui sont prises ? Pour l’instant, surtout l’arrêt presque total des interventions extérieures, des parloirs, etc. Or beauoup de détenus auront d’immenses difficultés à vivre, physiquement5 et mentalement sans contacts extérieurs. En conséquence, des incidents ont éclaté dans de nombreuses prisons – et même un début de mutinerie à Réau, Perpignan, Angers, Maubeuge, Bois d’Arcy, La Santé6 et des émeutes à Grasse, avec interventions des ERIS et tirs de sommations. Le problème c’est qu’on risque une escalade de la violence : interdiction possible des promenades, par exemple, pour éviter tout regroupement collectif, détenus encore plus à cran, surveillants déjà à cran, sans protection (masques, par ex) encore plus exposés, etc.

Continuer la lecture

  1. Laelia Veron n’est responsable ni de la forme, ni du fond, mais en est pleinement l’autrice. []
  2. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France à mettre un terme à la surpopulation carcérale, dans un arrêt historique du 30 janvier 2020. []
  3. À l’instar de cet homme, soupçonné d’avoir pollué une rivière, qui s’est suicidé à Douai. []
  4. Source: La mesure de l’incarcération au 1er octobre 2019 (format pdf) []
  5. Ils ou elles ont besoin de la famille pour le linge, par ex. []
  6. Refus de retours de promenades. []

Chronique de grève #12 – « Chers cousins français »

Chers cousins français,

https://www.flickr.com/photos/12355559@N03/48387462377/in/photolist-2gHQoLH-T3phoh-59ZeD-EBxSdE-2gyRcra-R2BcHQ-2dsjb2A-b4kNQn-8zntHj-4WZVL-qzTFv3-5cfCoz-2hjV6hV-27ob7kf-WuLvBG-ATjF5W-6qr27z-2aVpomo-4swhht-V7mX2e-27sVu7D-X8ys1L-GmeUC4-q6grEA-qMxnzT-7oX4b9-DjcrkA-29gAyTe-CPbcJm-JeAkYW-2i987x4-9fgumx-2ivTwM6-EkTiNa-2ixrL8z-JWX7df-2dxc5Xx-JmeJxK-2iBTKaU-Qdd7nX-VXk32g-c2tky7-25Jirbp-Ls3sX-bDnoNC-3hKpvB-bxNc4z-NGxEZ-2hTr3ww-GSwyno/

Couple marchant à Prague, par William, 2017

Si on arrive à survivre, le problème, en Italie, sera de comprendre si les couples, avec ou sans enfants, les femmes et les hommes seuls, résisteront à l’enfermement dans leur maison, s’ils réussiront à rester ensemble, à jouir encore de la compagnie réciproque ou de la solitude choisie, après une convivance forcée et ininterrompue d’un mois entier. Le décret du gouvernement dit que nous pouvons sortir pour faire une promenade, mais seulement avec ceux qui vivent déjà avec nous, pas d’amis ou d’amies, pas même de visites à des parents qui vivent dans d’autres maisons. Seule la famille proche, ou personne si nous sommes seuls. Pas de cinémas, pas de théâtres, pas de concerts, musées, restaurants, bureaux, écoles, universités. Seul un membre de la famille peut aller faire les courses. Devant les supermarchés, il y a des queues silencieuses de gens portant le masque, chaque personne doit être à 1 mètre de distance d’une autre, qui attend la sortie de quelqu’un pour pouvoir entrer à son tour. Même chose devant les pharmacies. Dans la rue, on fait un écart quand on croise un autre passant.

Continuer la lecture

Appel de l’Italie : Désintoxiquons-nous – Savoir pour l’avenir

Traduction de  https://www.roars.it, par Cristina del Biaggio

« Economics are the methods. The object is to change the soul ». Se référant aux politiques de la connaissance, de l’éducation et de la recherche (mais pas seulement), cette formule de Margaret Thatcher résume bien le processus qui a caractérisé les dernières décennies.

Manifestation, Paris, février 2020

La méthode économique, la pénurie comme condition normale, à la limite de survie ou en dessous, est visible par tous. L’objectif est moins visible. Le changement des âmes est si profond que nous ne remarquons même plus la destruction qui se produit autour de nous et à travers nous : le paradoxe de la fin — dans la « société de la connaissance » — d’un monde consacré aux choses de la connaissance. Même l’oreille s’est habituée à une dévastation linguistique programmatique, où un jargon technico-managérial et bureaucratique appauvri répète des expressions ayant valeur opératoire précise, qui semble cependant difficile à saisir : amélioration de la qualité, excellence, compétence, transparence, produits de la recherche, offre d’enseignement…  Et autonomie, c’est-à-dire — selon les mots de Thomas Piketty —  l’imposture qui a lancé le processus de destruction du modèle européen d’université. Une destruction qui a pris comme prétexte rhétorique certains maux — réels ou non — de l’ancienne université, mais bien sûr sans y remédier, car le but visé n’était pas celui-là.

Trente ans après l’introduction de l’autonomie, justement, et vingt ans après le processus de Bologne, dix ans après la « loi Gelmini »1 la littérature critique sur cette destruction est sans limite. La recherche et l’enseignement — c’est un fait, et pourtant il semble tabou de le rendre explicite — ne sont plus libres depuis longtemps. Soumise à une pression insensée pour « produire » de plus en plus chaque année (en Italie : VQR, ASN, etc.), la recherche est en proie à une véritable bulle de titres, qui transforme de plus en plus les déjà exemplaires publish or perish en rubbish or perish. Dans le même temps, la pression continue à « délivrer » une formation entièrement adaptée aux exigences du monde productiviste. La modernisation qui a arraché de manière programmatique l’université à la « tour d’ivoire » – la rendant « responsive », « service university »  — n’a signifié rien de plus que la voie, la « troisième voie », vers le monde des intérêts privés. Vidées de leur valeur, l’éducation et la recherche sont évaluées, c’est-à-dire « valorisées » par le marché et le quasi-marché de l’évaluation, qui, dans sa meilleure forme institutionnelle, ne sert qu’à « favoriser (…) l’effet du contrôle social et le développement de logiques de marché positives » (CRUI 2001).

Continuer la lecture

  1. Passée entre 2008 et 2010, sous le gouvernement Berlusconi IV, cf. présentation de la loi Gelmini en anglais; présentation de la loi Gelmini en Italien. []