Une nouvelle Peur rouge? Domination et oppression sur les campus américains

En cette fin d’année 2016, Academia inaugure une nouvelle série de billets, qui s’intéressent aux uscollegeconditions de travail académique hors des frontières françaises. Le premier billet porte sur les États-Unis.

Son autrice, Chanelle Adams est chercheuse en études des sciences. Actuellement financée par la Commission franco-américaine Fullbright, Chanelle Adams est accueillie à l’EHESS. Au cours de ses études à Brown University, Adams s’est impliquée dans l’organisation étudiants et les manifestations contre le racisme et le sexisme sur le campus. Elle a été éditrice pour pour BGD Press and Bluestockings Magazine.

Sur les campus américain, la mise en œuvre de safe-spaces s’est répandu non sans contestation. Reconnaissant la nécessité de protéger les victimes passées et futures de safe-spacedifférentes formes d’oppression et de domination – racisme, sexisme, homophobie, etc. – le safe-space organise un espace public – environnement de travail et de parole – respectueux vis-à-vis de l’ensemble de ses membres, en parole et en pratique. Si ce safe space constitue, aux yeux des conservateurs, une attaque envers la liberté d’expression, le débat a rapidement porté sur le fait de savoir qui devait être protégé contre qui. En retournant l’expression comme un gant, les mêmes critiques des « campus sanctuaires » (sanctuary campuses) et des « safe-spaces », cherchent à obtenir leur propre safe-space.

Professor Watchlist, créé par Turning Point USA, une association à but non lucratif, entend « dénoncer, de manière documentée, les enseignant.e.s universitaires qui pratiquent une discrimination contre les étudiants conservateurs et qui font œuvre de propagande gauchiste dans leurs cours ». L’organisation affirme que les « étudiants, parents, et alumni (anciens élèves) méritent de connaître les incidents précis et les noms des professeurs qui se donnent des objectifs politiques radicaux dans les amphithéâtres ».

Lire la suite