Répression ouighoure: une nouvelle ampleur

Les régions ouighoures d’Asie centrale sous gouvernement chinois (Région autonome ouighoure du Xinjiang aussi connue sous son acronyme anglais XUAR) vivent depuis de longues années dans une certaine tension avec le gouvernement central. Après des violences entre Ouighours et Chinois survenues en juillet 2009 à Urumqi (capitale de la XUAR), l’État a placé la lutte contre le terrorisme en tête de ses priorités. Depuis l’arrivée en 2016 d’un nouveau secrétaire du parti de la région autonome, Chen Quanguo, de nombreux spécialistes évoquent une tentative inédite de surveillance de la population et de modification profonde de la culture, de la religion et du mode de vie ouighours. Depuis fin 2017-début 2018 une série de reportages dans la presse occidentale ont pointé l’existence de camps d’internement ou de rééducation dont les effectifs pourraient atteindre plusieurs centaines de milliers, voire un million ou plus (sur une population ouighoure d’environ 11 millions dans la XUAR). Après avoir longtemps nié ces informations, le gouvernement chinois a récemment changé de ligne et revendique maintenant ces camps comme des outils dans la lutte contre le terrorisme et pour proposer une formation professionnelle aux Ouighours.


Voici quelques liens.

Presse

Lire la suite