Les panelistes du Hcéres

On ne répètera jamais assez que, dans son domaine, Patrick Le Lay, feu PDG de TF1, a été un homme visionnaire. L’ingénieur de formation qui maniait aussi bien la truelle et le ciment Portland que l’audimat a inventé, théorisé dirons certains, deux concepts clés de la télévision privée triomphante des années 2000 : le concept du « temps de cerveau disponible » et celui des panélistes. Disons-le sans ambages : un génie.

 

Temps de cerveaux disponible

Intéressons-nous tout d’abord au premier concept. L’idée est simple : le « temps de cerveau humain disponible », selon l’expression formulée en 2004 par le P-DG de Tf1 est ce que la chaîne de télévision TF1 vendait à ses annonceurs publicitaires : « ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »1. La formule a choqué en son temps mais elle est parfaitement exacte, elle est même une clé essentielle de déchiffrement pour comprendre la logique commerciale et industrielle de l’audiovisuel privé.

Depuis, l’idée a fait son chemin dans d’autres domaines et souvent à rebrousse-poil du concept de départ. Dans le monde de l’ESR, il faut bien comprendre que c’est une idée maîtresse depuis le tournant néo-managérial des années 2005-2010 : « ce qu’il faut retirer à nos chercheurs et enseignants-chercheurs, c’est du temps de cerveau disponible pour la recherche ». Lumineux ! On connaît la suite depuis les années Chirac-Sarkozy, puis Hollande, puis Macron (une belle continuité…) : raréfaction des crédits et basculement dans le monde chronophage des appels à projets nationaux ou européens, effondrement des recrutements de permanents pour transformer les chercheurs en DRH-gestionnaire de leur propre équipe de jeunes collègues précaires,… et bien sûr enflement bureaucratique sans limite dans le domaine de l’évaluation dont Academia a révélé récemment l’origine névrotique. De fait, le temps de cerveau disponible pour faire de la recherche a fortement diminué ; il est nul dans toute une strate de la communauté qui ne s’occupe de la science désormais qu’à travers son management et son financement ultra-compétititf.

L’évaluation low cost

Le deuxième concept, moins connu mais tout aussi prodigieux, concerne l’invention des « panélistes ». Dans le cas de Patrick Le Lay, soyons honnête, c’est plutôt une co-invention avec la société Endemol : dès 2001, le P-DG de TF1 signe un contrat d’exclusivité avec cette société pour racheter les droits concernant toutes les futures émissions de télé-réalité qu’elle produira. Afin de réduire les coûts en simplifiant au maximum le management des enregistrements d’émissions suivant des préceptes importés de l’industrie, le recours aux panélistes est généralisé. On connaissait depuis longtemps le panéliste, ce monsieur-madame tout le monde jusqu’alors confiné au public des émissions, rémunéré en échange de quelques applaudissements ou de rires forcés sur commande, déclenchés par la production depuis la régie. Ce qu’inventent Le Lay et Endemol dans les années 2000 est l’extension du panélisme aux « vedettes » des émissions : pour peu que l’intéressé(e) ait trois francs six sous de célébrité, il/elle pourra tout aussi bien faire la « guest star » dans la « Roue de la fortune » le lundi, présenter le téléachat le week-end et faire une apparition dans « les enfants de la télé » le samedi suivant. Tout le concept réside dans cette idée d’interchangeabilité « low cost » à partir d’un cheptel formaté et obéissant, affamé d’antenne, même s’il faut la partager avec le dernier ouvre-boîte électrique au téléachat du dimanche matin.

Quelques décennies plus tard, ce concept aujourd’hui usé jusqu’à la corde, fait sa grande entrée dans le monde de l’évaluation. Bienvenue au Hcéres, version panélistes 2022 ! Les unités de recherche, concernées par la fameuse vague C, auront donc à subir une évaluation conduite par des comités composés pour l’essentiel de panélistes d’un nouveau genre : désœuvrés en fin de carrière, opportunistes de toute nature, ambitieux ou frustrés en mal de reconnaissance, etc… Gageons que les candidatures ne manqueront pas, hélas, pour constituer ces bataillons d’évaluateurs dévalués, interchangeables et dûment formatés par une formation ad hoc dispensée par les grands maîtres de l’Église de la scientométrie. Celles et ceux qui feront donc allégeance au référentiel d’évaluation deviendront ainsi, pour quelques saisons, les juges impitoyables de « l’attractivité » et de la « dimension prospective de la politique » d’un laboratoire, se prononçant de manière grave et concertée sur la question essentielle de savoir si « l’unité apprécie l’adéquation de ses objectifs avec la politique de ses tutelles » (domaine 1, référence 2, critère C1 du référentiel d’évaluation, D1R2C2 pour les futurs initiés qui devront impérativement développer leur cerveau Excelien).

Ce qui est fascinant, c’est que l’adaptation des panélistes au monde de l’évaluation garde les marqueurs essentiels du concept Le Lay-Endémol : interchangeabilité à l’intérieur d’un vaste domaine2, évaluation « low cost »3 et, autre point fondamental, maitrise absolue des « risques ». Plus question d’un « accident industriel »4, c’est-à-dire d’un comité de visite récalcitrant ou faisant fi des instructions pour écrire son rapport : le cheptel de panélistes sera dûment formaté intellectuellement et il sera obéissant car avide d’enchaîner les comités comme d’autres les émission TV, tel un candidat de la StarAc saison 14 à qui l’on fait miroiter, s’il écoute bien son chef de plateau, un passage dans l’Amour est dans le Pré, saison 10.

Une de Libé, à l’occasion de l’arrêt de Droit de réponse de Michel Polac, après la présentation d’un dessin de Cabu en 1987

Nous n’en doutons pas un seconde : l’introduction du panélisme comme solution de sécurisation et de réduction des coûts du processus industriel de l’évaluation de la recherche n’est qu’une étape vers sa dématérialisation totale et son traitement par une intelligence artificielle dédiée, encore plus efficace et d’une docilité absolue. En attendant cet aboutissement ultime, le HCERES compte bien s’inspirer des méthodes qui ont fait le succès de la télé-réalité du début de ce siècle. Comme l’avait dessiné en son temps le très cher et très regretté Cabu5 : « un pont de maçon, une maison de maçon, une télé de m…. ».

Ne soyez donc pas surpris, amis lecteurs et valeureux collègues de la vague C, de croiser de futurs Arthur, Stéphane Bern ou Michel Cymes dans vos futurs comités de visite. Cela risque d’être à peu près du même niveau. En hommage à l’héritage Le Lay dans le monde de la recherche, on pourra bientôt fredonner dans les laboratoires, avec un brin de nostalgie : « un pont de maçon, une maison de maçon, une évaluation de m…. ».

On ne le répètera jamais assez : dans son domaine, Patrick Le Lay, feu PDG de TF1, a été un homme visionnaire tant pour la télévision que pour la recherche.

  1. Les dirigeants face au changement, Éditions du Huitième jour, 2004. []
  2. Le panéliste pourra évaluer le lundi un labo de physique des particules, le mercredi une équipe d’accueil en robotique pour finir la semaine avec un centre de recherche en acoustique. []
  3. Les panélistes seront « payés » au forfait, les déplacements et les visites sur site supprimés. []
  4. Terme adapté par Patrick Le Lay pour parler de l’échec d’une émission TV. []
  5. NDA: ce qui avait entraîné la fin de l’émission « Droit de Réponse » et le licenciement de Michel Pollac de TF1, propriété de Francis Bouygues. []

1 réflexion sur « Les panelistes du Hcéres »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.