L’Université : une bande de trafiquants

AfonsoFigure4-1024x767Les systèmes universitaires reposent sur l’existence d’une réserve d’outsiders qui sont prêts à renoncer à leur salaire et à la sécurité de l’emploi en échange de perspectives mal assurées sur les postes tenure-track et ce qu’ils garantissent : la sécurité, le prestige, la liberté et des salaires relativement élevés. En s’appuyant sur des données portant sur les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, Alexandre Alfonso examine comment le marché du travail universitaire est, par bien des aspects, structuré comme celui d’une bande de trafiquants, qui dispose d’une masse toujours croissante d’outsiders et d’un noyau de plus en plus réduit d’insiders.

C’est à lire ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.