Menace sur les lettres et les sciences humaines aux USA

traduit du site du National Endowment for the Humanities

Washington, D.C. (23 mai 2017)— Margaret Plympton, vice-présidente du National Endowment for the Humanities (NEH) fait la déclaration concernant le budget de l’agence qui suit:

Aujourd’hui, l’administration Trump a rendu public le budget complet du gouvernement fédéral pour l’année fiscale 2018. La Maison Blanche a demandé au Congrès d’attribuer environ 42 millions 42 millions de dollars à la NEH afin de procéder à la fermeture en règle de la NEH. Cette somme inclut des fonds permettant d’honorer les financements en cours au 1e octobre 2017, ainsi que des fonds pour couvrir les dépenses administratives et les salaires concernés par la fermeture.

Alors que le NEH attend le résultat des délibérations du Congrès au sujet du budget proposé par la Présidence, l’agence va continuer ses opérations normalement et attribuera les financements de l’année fiscale 2017 après la réunion de son Conseil national en juillet. Lire la suite

Conflits d’intérêt

La procédure de recrutement d’un.e MCF sur le poste de théorie politique allemande de l’université de Paris 8 a été interrompue avant l’audition des candidat.e.s retenu.e.s. En cause, la présence d’un conflit d’intérêt, induit par la présence au sein du comité du directeur de thèse d’un candidat, qui y occupait même la fonction de président, ce qui signifiait que son retrait, en l’absence d’un vice-président, empêchait de fait la tenue dudit comité.

Cette décision tardive, en l’occurrence la veille de l’audition, s’explique par la découverte d’une évolution de la jurisprudence en matière de conflit d’intérêt: jusqu’en 2016, il suffisait, semble-t-il, que le membre du comité impliqué dans le conflit d’intérêt reste silencieux lorsque l’on examinait le cas du/de la candidat.e auquel il/elle était lié.e. mais n’était pas empêché.e de participer aux délibérations. Un arrêt du Conseil d’Etat d’octobre 2016, confirmé par un nouvel arrêt le 3 mai 2017, en donne une lecture beaucoup plus restrictive:

« Considérant, en troisième lieu, que la seule circonstance qu’un membre du jury d’un concours connaisse un candidat ne suffit pas à justifier qu’il s’abstienne de participer aux délibérations de ce concours ; qu’en revanche, le respect du principe d’impartialité exige que, lorsqu’un membre du jury d’un concours a avec l’un des candidats des liens, tenant à la vie personnelle ou aux activités professionnelles, qui seraient de nature à influer sur son appréciation, ce membre doit s’abstenir de participer aux interrogations et aux délibérations concernant non seulement ce candidat mais encore l’ensemble des candidats au concours »

Pour respecter cette règle, il convient donc que le membre du comité renonce à sa participation, choix en l’occurrence opéré à Paris 8. Je pense qu’il est très important de donner de l’écho à cette décision particulièrement « éthique ».

Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat

J’ai rédigé la première version de ce vade-mecum pour de jeunes collègues dont la première campagne a commencé en mars 2017 et qui, pour toutes sortes de raisons (étudiant-e-s étrangers et étrangères, docteur-e-s de l’EHESS ou de petites facs de province) ne possédaient ni les codes de l’audition de recrutement à un poste de MCF, ni les ressources (l’entourage) pour les acquérir rapidement. Les semaines passant, j’ai été de plus en plus convaincue que nombre d’entre nous gagneraient à la publication de ce vade-mecum et à sa discussion. 

Le 24 mai 2017, une dizaine de jours après publication, et après avoir reçu ou lu un certain nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’ajouter quelques considérations et précisions supplémentaires, notamment sur l’écriture du discours et la gestion, disons, émotionnelle et morale de l’exercice. Afin de conserver la logique du billet, j’ai inséré ces nouvelles remarques dans le texte original, précédées d’un astérique.

L’autrice de ces lignes a passé neuf auditions MCF en histoire, une quarantaine d’auditions blanches pour son propre compte, une quinzaine pour celui des autres. Le but du texte ci-dessous est simplement de récapituler les conseils dont j’ai moi-même bénéficié au fil de cette expérience. Il expose d’abord « l’esprit » d’une audition MCF (très différent – justement – d’une audition CNRS ou post-doc) avant de revenir longuement sur le travail de préparation à la rédaction du texte et à la séance de questions.

Ce vade-mecum sert aussi à faire comprendre qu’une audition n’est, au fond, qu’un exercice, qui a ses règles. Bien sûr, la qualité du dossier compte, mais au moment de l’audition, le dossier est ce qu’il est. Il faut donc préparer à fond l’audition. Comprendre comment le faire, apprendre à séduire un jury, lui tendre des perches, voire lui faire des appels du pied (et presque, le manipuler), présenter son dossier, un jour comme un dossier  « d’histoire politique de la Bretagne » et la semaine suivante, comme une candidature en « histoire culturelle internationale »  – tout cela finit par avoir, comme tous les exercices dont on finit par maîtriser (et jouer avec) les règles, un côté ludique. Il faut donc dédramatiser à fond (malgré les enjeux) en séparant clairement sa propre valeur d’enseignant-chercheure, d’un côté, et sa réussite de l’exercice, de l’autre.

Combien de temps prend la préparation de cet exercice ? Il n’y a pas de règle – ça dépend du degré d’élaboration du profil (qui doit être absolument décortiqué comme s’il faisait l’objet d’un commentaire de document) et de sa motivation pour le poste. En règle générale, je dirais qu’il faut s’y mettre minimum cinq jours à l’avance pour avoir le temps de réfléchir à sa stratégie d’auto-présentation de soi et aux réponses aux questions, sachant qu’on a déjà commencé ce travail au moment de la rédaction du CV analytique. La recherche stricto sensu (points 2 à 4) prend une journée de travail minimum ; davantage si on juge nécessaire de faire des lectures, par exemple en regardant les publications (enfin, des recensions) de certains membres du jury qui travaillent sur des sujets proches de siens et qu’on ne connaît pas, ou encore pour se renseigner sur certains aspects du poste pour lesquels on n’est pas très compétent-e (humanités numériques, concours qu’on n’a pas passés, etc.). Il faut avoir une v1 du discours plusieurs jours avant pour le tester en audition blanche et avoir le temps de le réécrire : en général, pour mes premières auditions, je réécrivais tout mon topo intégralement après chaque audition blanche. Au bout d’un moment, ça va plus vite, mais tout dépend, encore une fois, du degré de complexité du poste et de sa motivation. Au final, néanmoins, le temps de préparation nécessaire n’a rien d’extravagant par rapport à un poste équivalent en termes de compétences dans le privé.

Un exemple de texte d’audition (passée avec succès) est joint, en espérant que d’autres se dévoueront pour partager leurs propres textes.

 

1. Comprendre ce qu’est une audition de recrutement MCF et comment se positionner face au comité

En un temps record (de 10 à 15 minutes d’exposé suivies de 10 à 15 minutes de question), le ou la candidat-e doit convaincre une assemblée d’une dizaine de professeur-e-s qu’il ou elle 1) est compétent-e pour faire tout et absolument tout ce que ses futur-e-s collègues lui demanderont en cas de recrutement, et encore avec bonheur car; 2) il ou elle sera un-e collègue idéal-e : sympa, dynamique mais humble, collectif, responsable. Lire la suite

Alerte parité *philo* à Nantes: 5 auditionnés, 5 hommes

Suite à la publication de la liste des candidats auditionnés pour un poste de philosophie contemporaine à l’Université de Nantes, le collectif PhilosopheEs tient à exprimer son étonnement. Dans un département déjà très majoritairement masculin, les candidats auditionnés sont tous des hommes. Faut-il penser que les femmes, nombreuses parmi les 144 candidats, comme récemment au CNRS (concours 2017 de la section 35), ont toutes été incapables de remplir les critères de recrutement ?
Nous appelons les comités à se montrer attentifs à la question de la parité et à faire tout leur possible pour dépasser les biais cognitifs empêchant une juste appréciation des dossiers.
Le collectif PhilosopheEs
 
#ParitePhilo 
#PariteCNU