PPCR : nouveaux échelonnements indiciaires pour les personnels de catégorie A du MENESR (JO)

Citation

De la source News Tank Higher Ed & Research (POGO – Paris – jeudi 20 avril 2017 – Actualité n° 91761)

Les nouveaux échelonnements indiciaires prévus par le protocole PPCR pour les personnels de catégorie A du MENESR sont publiés par un décret du 18/04/2017 qui parait au Journal officiel, le 20/04/2017. Ils prennent effet au 01/01/2017 et seront donc appliqués rétroactivement sur les fiches de paie des personnels des corps suivants :

  • assistants-ingénieurs,
  • ingénieurs d’études,
  • ingénieurs de recherche des filières ITA et ITRF,
  • chargés de recherche des établissements publics scientifiques et technologiques,
  • maîtres de conférences et des personnels appartenant à un corps assimilé à celui des maîtres de conférences, professeurs
  • professeurs de l’Ensam (Arts et Métiers),
  • bibliothécaires et des conservateurs des bibliothèques.

Au total, 105 000 personnels de la catégorie A dans l’enseignement supérieur et la recherche sont concernés par le protocole PPCR. Tous les échelons de tous les corps sont revalorisés progressivement à effet du 01/01/2017 et jusqu’en 2019.

« La revalorisation des carrières est concrètement de 130 M€ [d’ici 2020], et se traduit par une hausse de la rémunération en début de carrière, une revalorisation de tous les échelons, et par une transformation des primes en points d’indices, afin de bénéficier d’une pension de retraite plus favorable », déclarait Najat Vallaud-Belkacem, à l’issue de la réunion sur le volet « enseignement supérieur et recherche » du protocole PPCR dans la fonction publique organisée avec Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’ESR et les organisations syndicales, le 12/01/201

 

Lire la suite

Solidarité avec les universitaires de Turquie : prise de position de l’Université de Poitiers

                                    Motion du Conseil d’administration de l’université de Poitiers du 14 avril 2017

 

 

 

Le conseil d’administration de l’Université de Poitiers a voté à l’unanimité la motion de soutien aux universitaires de Turquie :

  • Vu la radiation de plusieurs milliers d’universitaires turc/que.s depuis juillet 2016;
  • vu leur absence de revenu et l’impossibilité qui leur est faite d’accéder aux moyens de poursuivre leurs travaux de recherche ;
  • vu les menaces qui pèsent sur nombre d’entre eux/elles, dont celle de rejoindre les plus de 40 000 prisonnier.e.s politiques ;
  • vu l’importance de développer dialogues et coopérations entre les sociétés turque et
    française, et de défendre les libertés académiques de recherche et d’enseignement.L’université de Poitiers :
  • s’engage à développer les coopérations universitaires avec les établissements et les collègues turc/que.s,
  • s’engage à favoriser l’accueil et l’emploi des collègues turc/que.s réfugié.e.s en France ou cherchant à s’y réfugier,
  • s’engage à favoriser l’accueil et l’inscription des étudiant.e.s réfugié.e.s en France ou cherchant à s’y réfugier,
  • demande au gouvernement de redimensionner à la hauteur des besoins le Programme d’Aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE)

Élections présidentielles françaises 2017: un comparateur de programmes pour l’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR)

A une semaine du premier tour du scrutin présidentielle du 23 avril 2017, il n’est pas inutile de se plonger dans les programmes des candidats – et pour ce qui occupe ce carnet, l’enseignement supérieur et la recherche.

Le Groupe AEF – dirigé par Raymond Soubie, membre du Conseil économique et social, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy – propose un comparateur des programme de cinq candidats – François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon.

Comparateur Enseignement supérieur et recherche AEF

Le site cite ses sources et permet de saisir la philosophie des programmes, les béances de certains d’entre eux, mais aussi les propositions concrètes de l’une et des autres.

Addendum 1.

À l’autre bout du spectre politique, on trouve les excellentes analyses du Groupe Jean-Pierre Vernant, intitulées « Programmes électoraux pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche des candidats en “on” »

Addendum 2.

les projets de quatre candidats et d’une candidate.

Et pour sourire: Last Week Tonight de John Oliver (16 avril 2017)

Exclusion et politique de la recherche en Turquie

À quelques jours du référendum turc, organisé le 16 avril 2017 par le Premier ministre Erdogan, le mathématicien Tuna Altinel nous fait parvenir un texte à diffuser largement, informant de l’ampleur de l’exclusion des Universitaires pour la pailx planifié par l’État et ses organismes de recherches – comité de rédaction des revues scientifiques, accès aux financements de la recherche.

English version below

Le Conseil de la recherche scientifique et technique de Turquie (TÜBITAK) a diffusé le 24 mars 2017 une circulaire auprès de toutes les revues à comité de lecture, y compris auprès des périodiques internationaux listés par le Réseau académique et Centre de d’Information turc (ULAKBİM). Cette circulaire exige des revues qu’elles

reconsidèrent la composition de leur comité de rédaction, de leur conseil scientifique et de prendre les mesures adéquates pour en extraire les universitaires exclus de la fonction publique, licenciés ou mis à pied.
La responsabilité en incombe à la direction de ces revues et toute modification devra être signalée à la direction de ULAKBİM, Centre d’Information M. Cahit Arf.
Mehmet Mirat SATOĞLU, Directeur de ULAKBİM »

Sans surprise, TÜBİTAK ne s’arrête pas à ce stade. Il n’y a pas que les éditeur-e-s à surveiller, et à exclure ! Il faut bien penser aux auteur-e-s aussi. Non seulement à ceux et celles qui ont publié, mais aussi aux auteur-e-s d’articles en préparation. Une collègue d’Istanbul, récemment exclue de la fonction publique, dont la spécialité fait partie des sciences dites « dures » non seulement s’est retrouvée brutalement séparée de ses étudiants en recherche, mais a aussi subi le refus de TÜBİTAK de sa participation en tant qu’autrice aux publications basées sur ses travaux récents, soutenus en totalité ou partiellement par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’état d’urgence, refuse aux exclu-e-s tous les droits aux bourses, aux publications à partir des projets qu’il soutient par ses fonds.
Bien évidemment, il ne sera pas question de la participation des exclu-e-s à de nouveaux projets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se contenter d’être inquiets ou vigilants. Il faut agir contre cet établissement de recherche devenu outil de répression politique digne des pires dictatures du 20e siècle. J’en appelle à vos sensibilités démocratiques et scientifiques, et je vous demande de réviser, éventuellement d’interrompre tout lien, toute collaboration avec TÜBİTAK, et d’inciter vos collègues à faire de même. Plus particulièrement, et très concrètement, je veux avertir les collègues en sciences dures contre une nouvelle tentative de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de projets dans cet appel excluront non seulement les  scientifiques déjà exclu-e-s mais aussi ceux et celles jugé-e-s « terroristes » ou « soutenant le terrorisme », des accusations auxquelles on a vite droit dès qu’on s’oppose ouvertement à des points sensibles de la politique officielle en Turquie.

Dites NON! ( #Hayır dans l’esprit référendaire
qui règne en Turquie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y participez pas si vous êtes dans les disciplines concernées,
incitez vos collègues concernés à faire pareil !

Solidairement,

Tuna Altinel

—–English version

TÜBİTAK: scientific body or political tool?

The Turkish Council for Scientific and Technical Research (TÜBITAK) issued on March 24 2017 a decree addressed to all Turkish peer reviewed scientific journals, including the international periodicals listed by the Turkish Academic Network and Information Center (ULAKBIM). This text requires that the journals « reconsider the make-up of their editorial boards and their scientific councils, and take all adequate measures to evict the academics who were banned from public service, dismissed or suspended. The directors of journals have been given the responsability to track and evict academics, and to notify Mehmet Mirat SATOĞLU, director of ULAKBIM, Office of the Assistant Manager at the Cahit Arf Information Center (CABIM).
It comes as no surprise that TÜBITAK goes further: editors are controlled and banned, and so are authors. Not only over research that has already been published, but also about ongoing research to be published. A colleague from Istanbul who is a specialist in « hard sciences » was recently suspended from public service. She was isolated from her research students and was also banned from participating, as an author, in the publications based upon her research, which was funded, partially or as a whole, by TÜBITAK. TÜBITAK, on the basis of the state of emergency decrees, does not allow access to grants nor the right to publish to those who have been banned. And of course these scholars will not be able to undertake new projects.
Faced with such attacks, it is not enough to feel concerned or to call for vigilance. It is necessary to act against this research institution that has become a tool for political repression, and a reminder of the worst dictatorships of the 20th century. In an appeal to your democratic and scientific ideals, I call on you to revise and eventually break off all collaborations with TÜBITAK, and to invite your colleagues to do the same.
More specifically, I want to warn my colleagues in « hard sciences » against a new TÜBITAK call: the TÜBITAK-French Ministry of Foreign Affairs Bosphorus Joint Project Proposal Call (http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr#open-calls). The selection of projects in this call will exclude the academics already banned, and more generally those categorized as « terrorists » or «supporting terrorism », an accusation made against all those who openly oppose the offical policies in Turkey.
Say NO (#HAYIR, in the spirit of the movement against the referendum in Turkey) to these calls, say it loud and proud. Do not participate into these calls if you are in these disciplines, and ask your colleagues to do the same.
In solidarity, Tuna Altinel

Haro sur la liberté universitaire en Hongrie et en Russie

Une nouvelle législation vient d’être introduite à l’Assemblée nationale hongroise (Országgyűlés) qui vise la Central European University spécifiquement, une des plus prestigieuses universités d’Europe centrale et orientale.

CEU est une université privée « dédiée à l’enquête intellectuelle socialement et moralement responsable »: elle est accréditée à la fois en Hongrie et aux États-Unis, et reconnue par une loi hongroise spécifique éponyme ; elle est financée de façon indépendante par une fondation, auxquels s’ajoutent des donations philanthropiques, des partenariats, les frais de scolarité étudiante et les contrats de recherche. La CEU dispose d’une réputation élevée, et sert annuellement environ 1500 étudiants originaires de plus de 100 pays.

Des inquiétudes touchant à « l’influence étrangère potentielle » ont conduit le gouvernement populiste Orbán à s’attaquer à la CEU. Les propositions d’amendement à la loi CCIV de 2011 sur l’enseignement supérieur national, viennent d’être présentées le 28 mars 2017 au parlement, afin de :

  • D’interdire la Central European University de continuer ses activités sous son nom actuel, sauf si elle adopte un nouveau nom pour son organisation hongroise

  • D’imposer un permis de travail aux enseignants non originaires de l’Union européenne qui serait accordé par le gouvernement hongrois ;

  • D’interdire à la CEU de délivrer des diplômes américains à ses étudiants dans le cadre de son organisation hongroise même si la Hongrie et les États-Unis sont des membres OECD ;

  • D’exiger que la CEU ouvre un campus dans l’État de New York.

Début de la pétition Save Central European Université sur Change.org

L’inquiétude gagne les universités privées en Europe orientale, comme on peut l’apprendre sur le site de pétition Change.org ou par différentes tribunes dans la presse occidentale. Le modus operandi n’est pas si différent de celui qui s’est exercé contre la European University at St. Petersburg. Le 7 décembre 2016, Rosobrnadzor, le gendarme russe pour l’éducation, a suspendu l’autorisation de cet établissement d’enseignement supérieur de niveau Master et doctorat pour les sciences humaines et sociales. Le 20 mars 2017, la licence a été révoquée par décision judiciaire, ce qui prendra effet après l’examen de l’appel interjeté par la EUSP. Une autre université majeure pour les sciences humaines et sociales en Russie et en Europe orientale sera ainsi contrainte à arrêter ses enseignements. Il s’agit là d’un ultime avatar de la politique de Vlad1m1r Pout1ne vis-à-vis, notamment, des historien.ne.s dont les recherches viendraient entraver la politique de l’histoire que le président russe met en œuvre, grâce aux financements internationaux – ce qui les affuble du stigmate « agents de l’étranger ». La bataille, pourtant, se joue davantage au cœur de l’Europe, à Budapest.

Lire la suite

Alerte parité – concours CNRS 35

Citation

Journée d’études « Les femmes philosophes » – Aix-Marseille Université – 30 mars 2015

A la demande du collectif PhilospheEs, Academia publie le texte qui suit.

Le CNRS proposait cette année 5 postes de chercheurs en philosophie, littérature et sciences de l’art. À l’issue des auditions, les résultats d’admissibilité viennent d’être rendus publics : les 5 candidats classés en liste principale sont des hommes, choisis à partir d’un vivier de 224 candidat-e-s composé de 46% de femmes. 5 postes, 5 hommes.  

Parmi les sciences humaines et sociales, la philosophie a longtemps détenu le triste record du privilège masculin. Ces dernières années, nous constations que cette tendance s’inversait : le ratio femme-homme dans les recrutements se rapprochait des proportions rencontrées dans les candidatures, tant au CNRS (chargé-e-s de recherche) que dans les universités (maître-sse-s de conférences). Soulignons, en outre, qu’au CNRS la section 35 du Comité national, chargée du recrutement, comprend aussi les sciences philologiques et les sciences de l’art, où la présence féminine est traditionnellement plus élevée qu’en philosophie.

Lire la suite