« Le sexisme n’est pas seulement le problème des autres »: la tardive prise de conscience d’une chercheuse

Comment, pourquoi, quand on est femme et qu’on a bénéficié d’une éducation supérieure, se rend-on compte si tard de la discrimination dont font aussi l’objet les femmes universitaires ? Ilana Löwy, docteure d’Etat en biochimie, historienne de la médecine et sociologue du genre, propose dans L’emprise du genre (La Dispute, 2006) une réponse autobiographique à cette question dans un prologue intitulé « Un mauvais faciès en héritage », texte magnifique dont elle a accepté de reproduire quelques extraits sur Academia.

 

Emprisedugenre_leger« Être, juif c’est être marqué à vie. Cela signifie que même si, vu de l’extérieur, ma vie ressemble en tout point à celle d’un autre, à chaque moment, à chaque étape de mon existence, je peux être définie comme ‘différente’. Ceux qui n’ont pas vécu cette expérience ne peuvent l’appréhender tout à fait. Ils ne peuvent comprendre celui qui porte un tel poids sans pouvoir s’en libérer. Cette singularisation constitue toujours une expérience négative, puisqu’en un sens, elle condamne à un sort malheureux ». Kinga Dunin et Malgorzata Melchior, 1991[1]

 

Grandir avec un « mauvais faciès »

J’ai tiré un « mauvais numéro » dans la loterie génétique. Mes parents n’avaient pas l’air spécialement juif. Si les experts locaux de la « reconnaissance des juifs », très présents en Pologne même après-guerre, n’avaient aucune difficulté à identifier leurs origines, ils pouvaient néanmoins se fondre dans la foule. En revanche, avec mon teint mat, mes yeux « orientaux » et mes cheveux noirs et bouclés, je ne ressemblais vraiment pas aux enfants polonais à la peau claire, aux yeux bleus et aux cheveux blonds et raides. La Pologne des années 1950 n’étant pas une société multiraciale ou multiculturelle et les touristes étrangers y étant rares, j’étais immédiatement identifiable comme l’« autre ». Lire la suite

Appel à soutien : Sexisme dans l’enseignement supérieur, la fin d’un tabou qui n’en finit pas…

En 2002, le CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-sexiste contre le Harcèlement Sexuel dans l’Enseignement Supérieur) dénonçait publiquement les violences sexistes dans le monde universitaire. Depuis, si des avancées législatives ont été obtenues, les pratiques tardent à changer.

Lire la suite

Ode au travail universitaire

Par Dr Dumont
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les membres de la commission,
des auditions, j’en ai fait dans ma vie. Des auditions à plusieurs tours, des auditions à 7h du matin, des auditions avec un numéro sur le dos, des auditions de danse classique, des auditions de danse contemporaine et même des auditions pour Le roi lion

Malgré tout ça et dans la mesure où je n’ai jamais eu l’honneur d’être auditionnée par votre honorable institution et puisque je suis libre ici, voici ce que j’ai à vous dire.  Lire la suite

Etre candidat.e sur un poste de MCF, 2- L’audition

Plus encore que les précédents, ce billet doit commencer par des excuses. À ceux et celles qui ont déjà passé l’épreuve d’abord : je n’ai pas pris le temps de l’écrire avant (parmi les excuses, 13 dossiers à lire pour un poste MCF où il y a 101 candidat.e.s…). Et surtout à tous : si j’ai hésité, c’est aussi parce que j’ai plus d’éléments à lancer en discussion aux collègues des comités de sélection (même si beaucoup font de leur mieux – c’est aussi le système en général qui produit les problèmes) que de véritables conseils à donner aux candidat.e.s. Ces éléments de discussion viendront ; en attendant, croyez bien que je partage les diagnostics pessimistes sur le fonctionnement du recrutement. N’empêche, même si pas grand chose ne dépend au final de ce que les candidat.e.s feront en audition, il y a moyen de perdre un recrutement (assez facilement) voire de le gagner (parfois) à cette occasion… Donc allons-y, et comme toujours, complétez et réagissez dans les commentaires. Lire la suite

Parité hommes-femmes: une mission, des salaires

salaires

Source: DGRH GESUP2 – p. 11 de « Chiffres parité »

En glanant des informations sur le site du Ministère, on peut découvrir l’existence d’une mission parité, qui a commis un petit document explicitant les principales formes de discrimination sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche. Tout en anticipant un avenir meilleur dans ses projections…

Lire la suite

Enquête sur les jeunes chercheurs étrangers en France : des résultats alarmants

Alors même que les doctorants étrangers représentent 41% des doctorants en France, la Confédération des Jeunes Chercheurs rappelle, en publiant des résultats d’une enquête sur 1 300 d’entre eux, les conditions d’accueil déplorables qu’ils ont à subir.

A lire :

Le recrutement universitaire est-il discriminatoire envers les enseignants engagés dans une carrière secondaire?

Baptiste Coulmont nous signale une pétition rédigée par deux collègues enseignant la philosophie en lycée, se jugeant victime de discrimination.En l’absence d’études, il reste à se demander si le ressenti correspond bien à une exclusion de ce type de candidatures. Lire la suite

Recrutement des femmes en sciences humaines au regard des mathématiques

Le recrutement des femmes en mathématiques serait-il moins discriminatoire ? A tout le moins, le problème s’y trouve posé plus clairement qu’en sciences humaines et sociales.

Lire la suite