Femmes et hommes en sociologie: deux sexes, deux corps?

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à « Genre et sociologie à l’université ».

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Lire la suite

Trois recommandations votées lors du Conseil scientifique du CNRS des 24 et 25 avril 2017.

Le Conseil scientifique du CNRS vient d’émettre trois recommandations importantes: 1° manifester leur solidarité avec l’universitaire turque Pinar Selek 2° suspendre tous les échanges avec l’organisme de recherche Tübitak 3°demander le soutien à l’emploi et la limitation des financements sur projets

 

Informations sur la composition du CS et son mandat ici : http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/cs_acc.htm
1. Solidarité avec Pinar Selek

Le conseil scientifique du CNRS exprime sa profonde solidarité envers notre collègue, la sociologue turque Pinar Selek, réfugiée politique en France et membre associée de l’UMR8245 « Migrations et société » (CNRS-IRD-Université de Nice), victime depuis 19 ans d’un insupportable harcèlement judiciaire dans son pays.

Exclusion et politique de la recherche en Turquie

À quelques jours du référendum turc, organisé le 16 avril 2017 par le Premier ministre Erdogan, le mathématicien Tuna Altinel nous fait parvenir un texte à diffuser largement, informant de l’ampleur de l’exclusion des Universitaires pour la pailx planifié par l’État et ses organismes de recherches – comité de rédaction des revues scientifiques, accès aux financements de la recherche.

English version below

Le Conseil de la recherche scientifique et technique de Turquie (TÜBITAK) a diffusé le 24 mars 2017 une circulaire auprès de toutes les revues à comité de lecture, y compris auprès des périodiques internationaux listés par le Réseau académique et Centre de d’Information turc (ULAKBİM). Cette circulaire exige des revues qu’elles

reconsidèrent la composition de leur comité de rédaction, de leur conseil scientifique et de prendre les mesures adéquates pour en extraire les universitaires exclus de la fonction publique, licenciés ou mis à pied.
La responsabilité en incombe à la direction de ces revues et toute modification devra être signalée à la direction de ULAKBİM, Centre d’Information M. Cahit Arf.
Mehmet Mirat SATOĞLU, Directeur de ULAKBİM »

Sans surprise, TÜBİTAK ne s’arrête pas à ce stade. Il n’y a pas que les éditeur-e-s à surveiller, et à exclure ! Il faut bien penser aux auteur-e-s aussi. Non seulement à ceux et celles qui ont publié, mais aussi aux auteur-e-s d’articles en préparation. Une collègue d’Istanbul, récemment exclue de la fonction publique, dont la spécialité fait partie des sciences dites « dures » non seulement s’est retrouvée brutalement séparée de ses étudiants en recherche, mais a aussi subi le refus de TÜBİTAK de sa participation en tant qu’autrice aux publications basées sur ses travaux récents, soutenus en totalité ou partiellement par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’état d’urgence, refuse aux exclu-e-s tous les droits aux bourses, aux publications à partir des projets qu’il soutient par ses fonds.
Bien évidemment, il ne sera pas question de la participation des exclu-e-s à de nouveaux projets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se contenter d’être inquiets ou vigilants. Il faut agir contre cet établissement de recherche devenu outil de répression politique digne des pires dictatures du 20e siècle. J’en appelle à vos sensibilités démocratiques et scientifiques, et je vous demande de réviser, éventuellement d’interrompre tout lien, toute collaboration avec TÜBİTAK, et d’inciter vos collègues à faire de même. Plus particulièrement, et très concrètement, je veux avertir les collègues en sciences dures contre une nouvelle tentative de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de projets dans cet appel excluront non seulement les  scientifiques déjà exclu-e-s mais aussi ceux et celles jugé-e-s « terroristes » ou « soutenant le terrorisme », des accusations auxquelles on a vite droit dès qu’on s’oppose ouvertement à des points sensibles de la politique officielle en Turquie.

Dites NON! ( #Hayır dans l’esprit référendaire
qui règne en Turquie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y participez pas si vous êtes dans les disciplines concernées,
incitez vos collègues concernés à faire pareil !

Solidairement,

Tuna Altinel

—–English version

TÜBİTAK: scientific body or political tool?

The Turkish Council for Scientific and Technical Research (TÜBITAK) issued on March 24 2017 a decree addressed to all Turkish peer reviewed scientific journals, including the international periodicals listed by the Turkish Academic Network and Information Center (ULAKBIM). This text requires that the journals « reconsider the make-up of their editorial boards and their scientific councils, and take all adequate measures to evict the academics who were banned from public service, dismissed or suspended. The directors of journals have been given the responsability to track and evict academics, and to notify Mehmet Mirat SATOĞLU, director of ULAKBIM, Office of the Assistant Manager at the Cahit Arf Information Center (CABIM).
It comes as no surprise that TÜBITAK goes further: editors are controlled and banned, and so are authors. Not only over research that has already been published, but also about ongoing research to be published. A colleague from Istanbul who is a specialist in « hard sciences » was recently suspended from public service. She was isolated from her research students and was also banned from participating, as an author, in the publications based upon her research, which was funded, partially or as a whole, by TÜBITAK. TÜBITAK, on the basis of the state of emergency decrees, does not allow access to grants nor the right to publish to those who have been banned. And of course these scholars will not be able to undertake new projects.
Faced with such attacks, it is not enough to feel concerned or to call for vigilance. It is necessary to act against this research institution that has become a tool for political repression, and a reminder of the worst dictatorships of the 20th century. In an appeal to your democratic and scientific ideals, I call on you to revise and eventually break off all collaborations with TÜBITAK, and to invite your colleagues to do the same.
More specifically, I want to warn my colleagues in « hard sciences » against a new TÜBITAK call: the TÜBITAK-French Ministry of Foreign Affairs Bosphorus Joint Project Proposal Call (http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr#open-calls). The selection of projects in this call will exclude the academics already banned, and more generally those categorized as « terrorists » or «supporting terrorism », an accusation made against all those who openly oppose the offical policies in Turkey.
Say NO (#HAYIR, in the spirit of the movement against the referendum in Turkey) to these calls, say it loud and proud. Do not participate into these calls if you are in these disciplines, and ask your colleagues to do the same.
In solidarity, Tuna Altinel

Sur la toile. Monsieur le président de la République, …

Citation

elyseeJean-Paul Deroin, professeur des Universités à Reims, président de la CP-CNU, publie une lettre ouverte au président de la République sur Médiapart, datée du 15 décembre 2016. Academia en reproduit ici les premières lignes. 

Monsieur le Président de la République,

Au cours de l’allocution à la Nation le 1er décembre 2016, vous avez dressé le bilan de votre quinquennat dont la jeunesse était la priorité. Aucun mot n’a été dit sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, les universités ou encore l’avenir des jeunes diplômés.

Pas un mot pour présenter les universités exsangues suite à diverses lois, initiées par vos deux prédécesseurs mais continuées et aggravées dès 2013 sous l’action de vos gouvernements. Les postes promis à l’enseignement supérieur ne sont souvent pas pourvus afin de contribuer au renflouement financier des établissements. Ainsi, pour la première fois, depuis des décennies, l’année 2015 a vu le nombre d’enseignants-chercheurs diminuer (en France) ! La précarité dans tous les emplois s’installe au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Des filières de formation ferment dans certains établissements. Pourtant, le flux d’étudiants ne cesse de croître. Pourquoi ne pas augmenter les moyens en conséquence comme en Allemagne, pays que l’on cite si fréquemment comme la référence ?

Lire la suite

Sur la toile: Hypocrisie et aveux en sous-sol à l’Assemblée nationale

Citation

Sur Science2, par Sylvain Huet

« Veillons comme à la prunelle de nos yeux aux hommes et manifestation-de-precaires-des-laboratoires-montpellieraux femmes qui font la recherche. » Formidable formule. Juste discours. Propos tenus le jeudi 8 décembre, salle Lamartine, à l’Assemblée nationale. Par Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche. A l’occasion d’une audition sur la stratégie nationale de la recherche, organisée par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

 

Le problème ? Ces propos relèvent d’une non moins formidable hypocrisie. D’une escroquerie intellectuelle.

La suite ici: http://huet.blog.lemonde.fr/2016/12/09/hypocrisie-et-aveux-en-sous-sol-a-lassemblee-nationale/

Création d’une nouvelle agence: Agence Nationale de l’Excellence Scientifique

En cet automne frisquet, vous serez heureux d’apprendre qu’une nouvelle agence vient de voir le jour, engagée en faveur d’une meilleure excellence et au-delà…

anes

Positionnée dans un espace-temps parallèle à l’ANR, elle propose des appels à projets complémentaires (dépôt: 25 décembre 2016), ainsi qu’un questionnaire à choix multiple pour vous accompagner dans votre choix d’agence de financement.

Bonne lecture !

Lire la suite

Excellence de la recherche et épuisement professionnel: enquête au Québec

canada-quebec-drapeauxComment se traduit, au Québec, la politique de « l’excellence »qui concentrent les financements sur quelques chercheurs? Par la détresse psychologique et l’épuisement professionnel de la moitié du corps enseignant.

Le journal Le Devoir revient sur les résultats d’une enquête qualitative conduite par une professeure de psychosociologie des groupes, Chantal Leclerc, en collaboration avec deux collègues,  sur les origines de la détresse psychologique dans l’enseignement supérieur. Au centre de l’analyse du désengagement professionnel, la professeure pointe l’idée partagée d’une perte de sens dans le métier. Lire la suite

Jouer individuel ou refuser sa prime au « mérite ». Une tribune

En ces temps de beau jeu et de travail d’équipe, dans la rue et sur les pelouses, il n’est pas inutile de rappeler que la recherche universitaire est aussi une entreprise collective. Samuel Alizon, chargé de recherches au CNRS, le sait: il vient de refuser sa prime individuelle  « au mérite ». Le motif: ces primes participent d’une politique JeuCollectifde précarisation et de privatisation de la recherche.

Academia reproduit ici sa tribune publiée dans le Monde (22/06/2016), avec l’autorisation de son auteur.

Depuis 2010, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) octroie une prime aux chercheurs ayant obtenu une des énormes bourses de l’European Research Council (ERC), une agence de moyens qui finance des projets de 1,5 à 2,5  millions d’euros. Cette prime, l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (Isfic), s’élève à 50 000  euros sur cinq ans. Bénéficiaire de l’un de ces pactoles, j’ai pourtant demandé à ne pas toucher cette Isfic, demande à laquelle, après beaucoup de résistance (et d’incompréhension), le CNRS a fini, exceptionnellement, par accéder.

Accepter cette prime – qui représente presque deux ans de mon salaire – me poserait en effet un problème éthique. Lire la suite