Make Our University Great Again ! – une pétition au président Macron

Une pétition vient d’être lancée pour demander un investissement concret et immédiat à l’Université, par un collectif d’enseignants, de chercheurs et d’agents exerçant à l’Université.Ils s’inquiètent de la qualité de la formation que la réduction des moyens affecte considérablement.

Make our university great again ! Un investissement concret et immédiat à l’université

Comme l’a révélé Le Monde du 7 juin, quinze universités se trouvent aujourd’hui dans une situation budgétaire dégradée ou très dégradée. Or la période est critique pour toute la communauté universitaire, sur l’ensemble du territoire. Notre intention est toujours d’innover, de démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur et de préparer nos étudiants à l’insertion professionnelle, mais les conditions d’exercice actuelles nous permettent de moins en moins de remplir nos missions de service public. Il est temps de garantir à l’Université les moyens de ses ambitions.

Nous, personnels administratifs, techniques et de bibliothèque, enseignants, chercheurs, expérimentons depuis une décennie l’autonomie de l’Université et la baisse des budgets et des moyens qui l’a accompagnée. Nous ne pouvons qu’en tirer une amère conclusion : nous ne parvenons pas à maintenir la qualité de nos offres de formation.

Lire la suite

No future? Enquête de Sciences en marche sur les personnels non permanents dans l’enseignement supérieur et la recherche

 

Sciences en marche publie le 27 juin 2017 un communiqué de presse, reproduit ci-dessous, et une enquête sur les personnels non permanents dans l’ESR, dont nous republions la synthèse et les principales recommandations.

1. Communiqué de presse du 27 juin 2017

Sciences en Marche a conduit une enquête en ligne à l’automne 2015 auprès des personnels contractuels et vacataires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Plus de 5500 personnes, majoritairement des docteurs, doctorants et diplômés de master, en CDD ou vacataires dans les laboratoires et universités publics, ont témoigné sur leur situation professionnelle et son impact sur leur vie privée. Au moment où le Président de la République invite les chercheurs étrangers à s’installer dans notre pays en mettant en avant : « a welcoming environment to help them fulfill their goals and reach great scientific achievements », les résultats de cette enquête suggèrent que la dégradation de l’emploi scientifique public conduit actuellement à une démotivation des plus jeunes -­‐ et normalement plus dynamiques -­‐ acteurs de ce secteur vital pour notre pays. Les commentaires révèlent la détresse d’une génération qui se sent sacrifiée.

Lire la suite

Déclassements & suppressions: la réaction du Conseil scientifique de l’INSHS

Le Conseil scientifique de l’INSHS a publié le 27 juin 2017 des recommandations touchant aux relations avec la Direction de l’Institut des sciences humaines et sociales, à l’occasion des déclassements et des annulations de postes de juin. Nous la reproduisons ci-dessous.

Recommandation
concernant le concours chercheurs 2017 et les relations avec la direction de l’Institut

Le Conseil Scientifique de l’InSHS dénonce les nombreux déclassements (et annulations) survenus lors des jurys d’admission pour le concours chercheurs 2017 dans cinq des neuf sections relevant seulement de l’InSHS. Ces bouleversements sont d’une ampleur sans précédent ; ils ont pour effet de remettre en question le travail rigoureux des jurys d’admissibilité qui sont des experts élus ou nommés pour leurs qualités. De telles pratiques, de plus en plus répandues de la part de la direction de l’InSHS, n’existent qu’à la marge dans les autres instituts du CNRS. Elles témoignent du peu de crédit que l’actuelle direction de l’InSHS accorde aux travaux effectués par les collègues qui composent les sections du CoNRS, et du peu de respect de la mission qui leur a été confiée.

Lire la suite

Suppressions et déclassements au CNRS: une tribune des travailleurs et travailleuses précaires

Parmi les nombreuses réactions aux déclassements (et suppressions de poste) par le jury d’admission du CoNRS, il en est une qui propose une analyse un peu différente: la situation de crise récente n’est que le symptôme des évolutions structurelles récentes où les docteur.e.s qui se proposent de travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche – consentant pour cela bien des sacrifices personnels et familiaux – sont tenu.e.s dans un mépris structurel, induit par le nombre inflationniste de contrats courts inversement proportionnel à la raréfaction des postes statutaires. Nous remercions le collectif d’avoir accepté sa republication dans son intégralité. Ajoutons que cette situation qui s’aggrave de façon continue depuis le début des années 2000 est une façon bien grossière de s’assurer d’une population travailleuse  soumise, parce que jetable. Pas nécessaire la recherche la meilleure qu’il soit.

Cette année, le jury d’admission de l’INSHS a procédé à plusieurs déclassements, reclassements voire suppressions de postes dans les sections 32, 35, 36 et 39 [NDLR et 53] du CNRS. Sont passés sur des listes mails professionnelles des messages s’indignant, à juste titre, de la remise en cause du travail du jury d’admissibilité. Ces pratiques s’inscrivent dans une casse des procédures de recrutement des concours de la fonction publique dont ceux de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne sont pas les seuls à faire les frais. Par leurs justifications, ces déclassements expriment une fois de plus un développement nocif vers l’ « excellence » qui participe au retrait de l’égalitarisme dans l’ESR. Enfin, toute l’affaire relève surtout d’un problème cardinal : le manque de postes [NDLR: statutaires permanents].

Le Collectif des travailleur·e·s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont une majeure partie de ses membres est candidat·e ou futur·e candidat·e à ces concours, est en premier lieu concerné par la remise en cause du fonctionnement collégial et par ce manque de postes. Et pour les « candidat·e·s malheureux·ses » la violence de ces déclassements ou de la non obtention d’un poste après des années de sacrifices est sans commune mesure avec celle que semblent exprimer les membres des différents jurys d’admissibilité. S’il semble que cela soit une première au CNRS, nous, précaires-chômeurs·es-candidat·e·s depuis plusieurs mois ou années à des postes, vivons ces « dysfonctionnements » à chaque campagne de recrutement, de manière plus ou moins publicisée.

Lire la suite

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Lire la suite

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Lire la suite

Alerte parité: section 39 du CNRS

#ParitéCNRS. On nous signale les choix faits par le jury d’admission parmi les candidats admissibles de la section 39.

En directions de recherche, la femme classée en 4e position est déclassée. Ce qui fait 4 hommes sur 4 postes.

« Les femmes sont de moins en moins nombreuses au fur et à mesure que l’on progresse dans la hiérarchie, mettant en évidence l’effet du plafond de verre. Ainsi elle représentent un quart des directeurs/trices de recherche (27,1%). » Source :« La parité dans les métiers du CNRS 2013 », paru en décembre 2014, dont les contenus sont consultables de manière interactive via l’URL : http://bilansocial.dsi.cnrs.fr/ rubrique Parité

En chargé de recherche 1e classe, la femme classée n°1 est déclassée sur liste complémentaire. Ce qui fait 1 homme sur 1 poste.

Heureusement, l’homme et les 2 femmes classées sur les poste de CR2 mis au concours voient leur classement en liste principale confirmée, le plafond de verre reste intact.

Lire la suite

Sur la toile et en son: la production du savoir, l’enseignement et la recherche

Citation

À l’automne 2016, Pierre-Michel Menger a proposé un cours au Collège de France sur la production des savoirs, l’enseignement et la recherche.Fondés sur une littérature internationale de différentes disciplines, et nourrie d’une réflexion de longue date sur le travail créateur, ces leçons jettent la lumière sur la novlangue utilisée depuis plus de dix ans par l’Enseignement supérieur et la Recherche.

Celui-ci a été produit sous forme de 10 épisodes sur France Culture.

Lire la suite

Menace sur les lettres et les sciences humaines aux USA

traduit du site du National Endowment for the Humanities

Washington, D.C. (23 mai 2017)— Margaret Plympton, vice-présidente du National Endowment for the Humanities (NEH) fait la déclaration concernant le budget de l’agence qui suit:

Aujourd’hui, l’administration Trump a rendu public le budget complet du gouvernement fédéral pour l’année fiscale 2018. La Maison Blanche a demandé au Congrès d’attribuer environ 42 millions 42 millions de dollars à la NEH afin de procéder à la fermeture en règle de la NEH. Cette somme inclut des fonds permettant d’honorer les financements en cours au 1e octobre 2017, ainsi que des fonds pour couvrir les dépenses administratives et les salaires concernés par la fermeture.

Alors que le NEH attend le résultat des délibérations du Congrès au sujet du budget proposé par la Présidence, l’agence va continuer ses opérations normalement et attribuera les financements de l’année fiscale 2017 après la réunion de son Conseil national en juillet. Lire la suite

Alerte parité *philo* à Nantes: 5 auditionnés, 5 hommes

Suite à la publication de la liste des candidats auditionnés pour un poste de philosophie contemporaine à l’Université de Nantes, le collectif PhilosopheEs tient à exprimer son étonnement. Dans un département déjà très majoritairement masculin, les candidats auditionnés sont tous des hommes. Faut-il penser que les femmes, nombreuses parmi les 144 candidats, comme récemment au CNRS (concours 2017 de la section 35), ont toutes été incapables de remplir les critères de recrutement ?
Nous appelons les comités à se montrer attentifs à la question de la parité et à faire tout leur possible pour dépasser les biais cognitifs empêchant une juste appréciation des dossiers.
Le collectif PhilosopheEs
 
#ParitePhilo 
#PariteCNU

Femmes et hommes en sociologie: deux sexes, deux corps?

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à « Genre et sociologie à l’université ».

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Lire la suite

Trois recommandations votées lors du Conseil scientifique du CNRS des 24 et 25 avril 2017.

Le Conseil scientifique du CNRS vient d’émettre trois recommandations importantes: 1° manifester leur solidarité avec l’universitaire turque Pinar Selek 2° suspendre tous les échanges avec l’organisme de recherche Tübitak 3°demander le soutien à l’emploi et la limitation des financements sur projets

 

Informations sur la composition du CS et son mandat ici : http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/cs_acc.htm
1. Solidarité avec Pinar Selek

Le conseil scientifique du CNRS exprime sa profonde solidarité envers notre collègue, la sociologue turque Pinar Selek, réfugiée politique en France et membre associée de l’UMR8245 « Migrations et société » (CNRS-IRD-Université de Nice), victime depuis 19 ans d’un insupportable harcèlement judiciaire dans son pays.

PPCR : nouveaux échelonnements indiciaires pour les personnels de catégorie A du MENESR (JO)

Citation

De la source News Tank Higher Ed & Research (POGO – Paris – jeudi 20 avril 2017 – Actualité n° 91761)

Les nouveaux échelonnements indiciaires prévus par le protocole PPCR pour les personnels de catégorie A du MENESR sont publiés par un décret du 18/04/2017 qui parait au Journal officiel, le 20/04/2017. Ils prennent effet au 01/01/2017 et seront donc appliqués rétroactivement sur les fiches de paie des personnels des corps suivants :

  • assistants-ingénieurs,
  • ingénieurs d’études,
  • ingénieurs de recherche des filières ITA et ITRF,
  • chargés de recherche des établissements publics scientifiques et technologiques,
  • maîtres de conférences et des personnels appartenant à un corps assimilé à celui des maîtres de conférences, professeurs
  • professeurs de l’Ensam (Arts et Métiers),
  • bibliothécaires et des conservateurs des bibliothèques.

Au total, 105 000 personnels de la catégorie A dans l’enseignement supérieur et la recherche sont concernés par le protocole PPCR. Tous les échelons de tous les corps sont revalorisés progressivement à effet du 01/01/2017 et jusqu’en 2019.

« La revalorisation des carrières est concrètement de 130 M€ [d’ici 2020], et se traduit par une hausse de la rémunération en début de carrière, une revalorisation de tous les échelons, et par une transformation des primes en points d’indices, afin de bénéficier d’une pension de retraite plus favorable », déclarait Najat Vallaud-Belkacem, à l’issue de la réunion sur le volet « enseignement supérieur et recherche » du protocole PPCR dans la fonction publique organisée avec Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’ESR et les organisations syndicales, le 12/01/201

 

Lire la suite

Solidarité avec les universitaires de Turquie : prise de position de l’Université de Poitiers

                                    Motion du Conseil d’administration de l’université de Poitiers du 14 avril 2017

 

 

 

Le conseil d’administration de l’Université de Poitiers a voté à l’unanimité la motion de soutien aux universitaires de Turquie :

  • Vu la radiation de plusieurs milliers d’universitaires turc/que.s depuis juillet 2016;
  • vu leur absence de revenu et l’impossibilité qui leur est faite d’accéder aux moyens de poursuivre leurs travaux de recherche ;
  • vu les menaces qui pèsent sur nombre d’entre eux/elles, dont celle de rejoindre les plus de 40 000 prisonnier.e.s politiques ;
  • vu l’importance de développer dialogues et coopérations entre les sociétés turque et
    française, et de défendre les libertés académiques de recherche et d’enseignement.L’université de Poitiers :
  • s’engage à développer les coopérations universitaires avec les établissements et les collègues turc/que.s,
  • s’engage à favoriser l’accueil et l’emploi des collègues turc/que.s réfugié.e.s en France ou cherchant à s’y réfugier,
  • s’engage à favoriser l’accueil et l’inscription des étudiant.e.s réfugié.e.s en France ou cherchant à s’y réfugier,
  • demande au gouvernement de redimensionner à la hauteur des besoins le Programme d’Aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE)

Exclusion et politique de la recherche en Turquie

À quelques jours du référendum turc, organisé le 16 avril 2017 par le Premier ministre Erdogan, le mathématicien Tuna Altinel nous fait parvenir un texte à diffuser largement, informant de l’ampleur de l’exclusion des Universitaires pour la pailx planifié par l’État et ses organismes de recherches – comité de rédaction des revues scientifiques, accès aux financements de la recherche.

English version below

Le Conseil de la recherche scientifique et technique de Turquie (TÜBITAK) a diffusé le 24 mars 2017 une circulaire auprès de toutes les revues à comité de lecture, y compris auprès des périodiques internationaux listés par le Réseau académique et Centre de d’Information turc (ULAKBİM). Cette circulaire exige des revues qu’elles

reconsidèrent la composition de leur comité de rédaction, de leur conseil scientifique et de prendre les mesures adéquates pour en extraire les universitaires exclus de la fonction publique, licenciés ou mis à pied.
La responsabilité en incombe à la direction de ces revues et toute modification devra être signalée à la direction de ULAKBİM, Centre d’Information M. Cahit Arf.
Mehmet Mirat SATOĞLU, Directeur de ULAKBİM »

Sans surprise, TÜBİTAK ne s’arrête pas à ce stade. Il n’y a pas que les éditeur-e-s à surveiller, et à exclure ! Il faut bien penser aux auteur-e-s aussi. Non seulement à ceux et celles qui ont publié, mais aussi aux auteur-e-s d’articles en préparation. Une collègue d’Istanbul, récemment exclue de la fonction publique, dont la spécialité fait partie des sciences dites « dures » non seulement s’est retrouvée brutalement séparée de ses étudiants en recherche, mais a aussi subi le refus de TÜBİTAK de sa participation en tant qu’autrice aux publications basées sur ses travaux récents, soutenus en totalité ou partiellement par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’état d’urgence, refuse aux exclu-e-s tous les droits aux bourses, aux publications à partir des projets qu’il soutient par ses fonds.
Bien évidemment, il ne sera pas question de la participation des exclu-e-s à de nouveaux projets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se contenter d’être inquiets ou vigilants. Il faut agir contre cet établissement de recherche devenu outil de répression politique digne des pires dictatures du 20e siècle. J’en appelle à vos sensibilités démocratiques et scientifiques, et je vous demande de réviser, éventuellement d’interrompre tout lien, toute collaboration avec TÜBİTAK, et d’inciter vos collègues à faire de même. Plus particulièrement, et très concrètement, je veux avertir les collègues en sciences dures contre une nouvelle tentative de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de projets dans cet appel excluront non seulement les  scientifiques déjà exclu-e-s mais aussi ceux et celles jugé-e-s « terroristes » ou « soutenant le terrorisme », des accusations auxquelles on a vite droit dès qu’on s’oppose ouvertement à des points sensibles de la politique officielle en Turquie.

Dites NON! ( #Hayır dans l’esprit référendaire
qui règne en Turquie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y participez pas si vous êtes dans les disciplines concernées,
incitez vos collègues concernés à faire pareil !

Solidairement,

Tuna Altinel

—–English version

TÜBİTAK: scientific body or political tool?

The Turkish Council for Scientific and Technical Research (TÜBITAK) issued on March 24 2017 a decree addressed to all Turkish peer reviewed scientific journals, including the international periodicals listed by the Turkish Academic Network and Information Center (ULAKBIM). This text requires that the journals « reconsider the make-up of their editorial boards and their scientific councils, and take all adequate measures to evict the academics who were banned from public service, dismissed or suspended. The directors of journals have been given the responsability to track and evict academics, and to notify Mehmet Mirat SATOĞLU, director of ULAKBIM, Office of the Assistant Manager at the Cahit Arf Information Center (CABIM).
It comes as no surprise that TÜBITAK goes further: editors are controlled and banned, and so are authors. Not only over research that has already been published, but also about ongoing research to be published. A colleague from Istanbul who is a specialist in « hard sciences » was recently suspended from public service. She was isolated from her research students and was also banned from participating, as an author, in the publications based upon her research, which was funded, partially or as a whole, by TÜBITAK. TÜBITAK, on the basis of the state of emergency decrees, does not allow access to grants nor the right to publish to those who have been banned. And of course these scholars will not be able to undertake new projects.
Faced with such attacks, it is not enough to feel concerned or to call for vigilance. It is necessary to act against this research institution that has become a tool for political repression, and a reminder of the worst dictatorships of the 20th century. In an appeal to your democratic and scientific ideals, I call on you to revise and eventually break off all collaborations with TÜBITAK, and to invite your colleagues to do the same.
More specifically, I want to warn my colleagues in « hard sciences » against a new TÜBITAK call: the TÜBITAK-French Ministry of Foreign Affairs Bosphorus Joint Project Proposal Call (http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr#open-calls). The selection of projects in this call will exclude the academics already banned, and more generally those categorized as « terrorists » or «supporting terrorism », an accusation made against all those who openly oppose the offical policies in Turkey.
Say NO (#HAYIR, in the spirit of the movement against the referendum in Turkey) to these calls, say it loud and proud. Do not participate into these calls if you are in these disciplines, and ask your colleagues to do the same.
In solidarity, Tuna Altinel