Incarcérations et purges en Turquie: résistances des Universitaires pour la paix

Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute: le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités.
Je suis en actuellement en année sabbatique à Londres mais j’ai passé les derniers jours à Istanbul pour participer à la mobilisation de Boğaziçi contre cette décision. Je vous envoie en pièce jointe trois traductions en anglais (réalisées par des étudiants et moi-même) d’interventions publiques s’étant tenu ces derniers jours:
– mon intervention devant des étudiants et collègues le 10 mars;
– la conférence de presse des enseignants et moi-même le 13 mars;
– un entretien publié sur le site internet « Diken ».
J’espère que ces documents vous permettront de mieux comprendre la situation et mon état d’esprit actuel, loin de la tristesse et de l’abattement que beaucoup d’entre vous ont supposés. […]
 Academia a obtenu l’autorisation de Noemi Lévy-Aksu, assistant professor à l’Université du Bosphore, de publier le courrier qu’elle a fait parvenir à ses collègues universitaires français, ainsi que les documents qui l’accompagnait. La situation de Noemi, citoyenne française, résidente en Turquie depuis longtemps qui a demandé la nationalité turque, ou de son collègue Abbas Vali, scandaleuse, doit être replacée au regard de ce que connaissent les universitaires nationaux en Turquie, à l’instar du mathématicien K* E* qui a récemment publié une tribune dans la Gazette des mathématiciens. Un collègue – qui a souhaité rester anonyme – nous a autorisé à publier un texte afin de permettre de comprendre aux lecteurs et aux lectrices d’Academia pourquoi la purge d’État orchestrée par Erdogan visent un ensemble d’universitaires précis, liés par leur opposition à la disparition de l’État de droit. Academia poursuit ainsi son exploration des situations des universitaires ailleurs dans le monde.
 *
*      *
2 mars 2017

« Il nous faut un Léviathan » : telle semble être l’idée qui anime le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, son entourage, et son parti, le Parti de la Justice et du Développement (AKP). L’épuration administrative massive s’accélère depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 ; l’objectif ne semble rien de moins que de refonder l’État turc sur de nouvelles bases idéologiques, fusionnant le nationalisme et l’islam politique. Frappant au nom de la lutte contre le « terrorisme », elles ne se sont pas limitées à la sphère d’influence de la confrérie Fethüllah Gülen incriminée pour le coup d’État : mises à pied, mises en examen et les incarcérations se sont multipliées à droite comme à gauche de l’échiquier politique.

Lire la suite

Le 8 mars dans les universités argentines

Natalia La Valle Torres, qui continue par ce billet la série « Ailleurs dans le monde« , est linguiste, sociologue et traductrice en sciences sociales. Chercheuse associée au laboratoire Printemps, à titre bénévole aujourd’hui, elle a obtenu un doctorat en sciences du langage en 2011 (Université de Lyon2) et travaille aujourd’hui comme indépendante, après plusieurs contrats post-doctoraux à l’université et en école d’ingénieurs. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Tracés. Revue de sciences humaines.

Le 8 mars 2017, les enseignantes, chercheuses, administratives et étudiantes de plusieurs universités argentines ont appelé à la grève féminine globale. Certaines universités l’ont fait de manière institutionnelle, avec des communiqués de soutien à la grève et à la mobilisation et des appels à la réflexion sur l’importance de la date. La direction de l’UBA (Universidad de Buenos Aires) a souligné que « dans le milieu universitaire, nous avons l’obligation de débattre et participer à la défense des droits des femmes ».Pour sa part, l’UNC (Universidad Nacional de Córdoba), via l’Honorable Conseil Supérieur, a déclaré d’intérêt institutionnel l’appel à la grève internationale des femmes « avec le but de promouvoir la participation citoyenne à la manifestation organisée par le collectif Ni Una Menos le jour même, au centre-ville de Córdoba ». Lire la suite

Une nouvelle Peur rouge? Domination et oppression sur les campus américains

En cette fin d’année 2016, Academia inaugure une nouvelle série de billets, qui s’intéressent aux uscollegeconditions de travail académique hors des frontières françaises. Le premier billet porte sur les États-Unis.

Son autrice, Chanelle Adams est chercheuse en études des sciences. Actuellement financée par la Commission franco-américaine Fullbright, Chanelle Adams est accueillie à l’EHESS. Au cours de ses études à Brown University, Adams s’est impliquée dans l’organisation étudiants et les manifestations contre le racisme et le sexisme sur le campus. Elle a été éditrice pour pour BGD Press and Bluestockings Magazine.

Sur les campus américain, la mise en œuvre de safe-spaces s’est répandu non sans contestation. Reconnaissant la nécessité de protéger les victimes passées et futures de safe-spacedifférentes formes d’oppression et de domination – racisme, sexisme, homophobie, etc. – le safe-space organise un espace public – environnement de travail et de parole – respectueux vis-à-vis de l’ensemble de ses membres, en parole et en pratique. Si ce safe space constitue, aux yeux des conservateurs, une attaque envers la liberté d’expression, le débat a rapidement porté sur le fait de savoir qui devait être protégé contre qui. En retournant l’expression comme un gant, les mêmes critiques des « campus sanctuaires » (sanctuary campuses) et des « safe-spaces », cherchent à obtenir leur propre safe-space.

Professor Watchlist, créé par Turning Point USA, une association à but non lucratif, entend « dénoncer, de manière documentée, les enseignant.e.s universitaires qui pratiquent une discrimination contre les étudiants conservateurs et qui font œuvre de propagande gauchiste dans leurs cours ». L’organisation affirme que les « étudiants, parents, et alumni (anciens élèves) méritent de connaître les incidents précis et les noms des professeurs qui se donnent des objectifs politiques radicaux dans les amphithéâtres ».

Lire la suite