À Besançon, les personnels en appellent au respect des candidat.e.s et du travail des personnels

Les collègues de Besançon nous font parvenir la lettre ouverte qu’ils ont envoyée à leur Président d’université vendredi 23 juin 2017, signée par plus de 110 membres de la communauté universitaire bisontine. Ils se sont indignés de la décision de ne pas pourvoir des postes d’ATER une fois la campagne d’emploi arrivée à son terme, c’est à dire après réunion des commissions ATER et validation des classements par le Conseil Académique;  et demandent le respect des candidat.e.s et des personnels qui ont procédé au recrutement. 

Besançon, le 23 juin 2017

Objet : Lettre ouverte concernant la campagne emploi ATER 2017

Destinataire :         Monsieur Jacques BAHI, Président de l’Université de Franche-Comt

En copie :              

  • Monsieur Christophe DE CASTELJAU, Directeur général des services
  • Monsieur Stéphane CROVELLA, Directeur des ressources humaines
  • Monsieur Eric PREDINE, Vice-Président chargé des relations humaines et du dialogue social
  • Monsieur André MARIAGE, Doyen de l’UFR SLHS, Université de Franche-Comté

Monsieur le Président de l’Université de Franche-Comté,

 

Réussir ensemble…sans les ATER ?

Dans votre profession de foi de mars 2016, lors des élections pour le CA qui allait vous conduire à un second mandat à la tête de notre université, vous vantiez les mérites de votre précédente mandature au cours de laquelle l’UFC avait « montré qu’elle était capable d’anticiper ». Ces belles qualités, celles du président-gestionnaire, se sont-elles dissipées dans les brumes de la chaleur du printemps ? Où sont passés les « efforts fondés sur une vision politique et stratégique anticipant l’avenir », ainsi que la « maîtrise des problématiques budgétaires » ? Certainement pas dans la gestion de la campagne ATER 2017.

Nous apprenons en effet le mardi 20 juin 2017 qu’une réunion d’arbitrage a eu lieu la veille entre la présidence et les directeurs de composantes. Cette réunion d’arbitrage, alors que la campagne d’emploi ATER 2017 (dont le calendrier a été fixé par la présidence) est terminée depuis le 30 mai, exige de l’UFR SLHS qu’elle renonce à trois postes d’ATER temps plein.

Peut-être, pour humaniser un peu cette histoire, vaut-il la peine de rappeler en quoi consiste une campagne ATER. Les ATER sont des attaché.e.s temporaires d’enseignement et de recherche, généralement recruté.e.s pour un an, dont le contrat est renouvelable une à trois fois selon les situations. Ces postes permettent à des doctorant.e.s ou à des docteur.e.s de maintenir un pied dans l’université en attendant de décrocher un jour un poste de maître.sse de conférences.

Lorsque les postes sont affichés (sur un portail dédié que met en place le ministère de l’enseignement supérieur sur le site Galaxie), et ils ne le sont qu’après une procédure stricte mise en place par les universités pour retenir les postes mis au concours, des candidat.e.s en grand nombre se lancent dans une campagne difficile et ingrate. Il faut mettre son C.V. à jour, présenter son dossier de publications et d’enseignements. Nombreux.ses sont les candidat.e.s puisque les départements reçoivent souvent plus de 60 candidatures pour un seul poste.

En face, c’est-à-dire dans les départements, des commissions de recrutement se mettent en place : elles réunissent des membres du département concerné, mais aussi des collègues d’autres départements puisque ces commissions, normalisées dans leur fonctionnement depuis quelques années, doivent compter 8 membres. Il va de soi que les postes d’ATER font l’objet au préalable d’une procédure d’éligibilité difficile, passent par différents conseils de l’Université avant que la campagne ne soit validée à l’échelon de la présidence. Tout ceci a été fait dans les règles de notre université : postes validés, affichage des postes sur Galaxie, candidatures, commissions tenues courant mai, et enfin validation lors d’un Conseil Académique des classements des candidat.e.s retenu.e.s par chaque commission ATER. Ce travail mobilise, on s’en doute, toute une chaîne de personnels : personnels administratifs et enseignant.e.s chercheur.e.s.

Cette lourde procédure de recrutement accomplie, l’université doit ouvrir sur Galaxie l’étape définitive par laquelle les candidat.e.s déclarent accepter le poste. Or cette étape, qui aurait dû être franchie dès les premiers jours de juin, n’a jamais été actée, sans qu’à aucun moment la présidence ne communique sur les raisons expliquant un tel blocage. Derrière une telle décision, prise dans la plus grande opacité, ce sont des candidat.e.s qui sont placé.e.s dans une situation d’attente anxiogène. Car pour ces candidat.e.s, un tel poste – malgré toutes les conditions de précarité qu’il comporte – est vécu comme une première forme de reconnaissance du travail déjà accompli à l’université.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui doivent souvent obtenir un détachement auprès d’un recteur d’académie lorsqu’ils sont enseignant.e.s dans le secondaire et qui, évidemment, laissent passer les étapes de vœux d’affectation dans le secondaire, assuré.e.s qu’ils ou elles sont d’avoir été classé.e premier sur un poste d’ATER. Il y aussi des candidat.e.s qui comptaient sur ce poste précaire pour assurer leurs revenus pendant un an.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui se sont projeté.e.s dans la fonction d’ATER, dans la mesure où le calendrier des emplois du temps à l’Université oblige les directeurs.trices de département qui les recrutent à anticiper la validation définitive du recrutement pour mettre en place les services à effectuer, établir les emplois du temps.

Derrière une telle décision, en somme, il y a des êtres humains qui se font une joie de venir enseigner et faire de la recherche à l’Université de Franche-Comté pendant une année ! Ces ATER sont, de fait, la garantie pour l’avenir de la recherche à l’Université de Franche-Comté.

Enfin, derrière cette gestion déplorable de la campagne ATER 2017, il y a tou.te.s les candidat.e.s classé.e.s sur les différents postes mis au concours, qui n’ont toujours pas été contacté.e.s officiellement et qui attendent un hypothétique appel de l’Université de Franche-Comté… Ou bien plutôt qui, dans la plupart des cas, ne l’attendent plus et ont accepté un poste ailleurs pour la rentrée de septembre. Combien de candidat.e.s disponibles restera-t-il sur les listes de classement remontées avant le 11 mai dernier ? Et combien de postes ne seront finalement pas pourvus, faute de candidat.e.s ?

 

Nous, directeurs, directrices de département, directeurs, directrices de diplômes, directeurs, directrices de laboratoire, enseignant.e.s-chercheur.se.s, personnels administratifs et techniciens à l’Université de Franche-Comté tenons à manifester par cette lettre ouverte notre indignation et notre colère.

L’Université doit traiter tous ses personnels, y compris ceux qui se trouvent dans les situations de précarité comme le sont les ATER, avec le respect qui leur est dû. L’Université doit respecter le travail qui a été fourni par les personnels administratifs, les enseignant.e.s chercheur.se.s de notre université pour mener à bien la campagne d’emploi ATER.

Il manque de l’argent ? Il fallait le prévoir. On ose à peine se demander à quel moment de cette campagne l’équipe présidentielle a su qu’elle procéderait de la sorte : avant même que le ministère publie les postes, que les candidats présentent leur candidature ou que les commissions fassent leur travail ? Une fois la campagne lancée, il aurait fallu, par respect des candidat.e.s et des personnels, par souci de l’image de notre université et de sa capacité à attirer à l’avenir de jeunes candidat.e.s prometteu.r.se.s, assumer de la laisser aller à son terme.

Les collègues qui participent aux commissions de recrutement et font tout leur possible pour assurer le bon fonctionnement de l’établissement en mettant devant les étudiants des enseignants compétents et motivés ne sont pas des factotums dont on peut balayer le travail d’un revers de manche.

Les ATER ne sont pas une variable d’ajustement, ils sont un rouage essentiel pour assurer nos missions de service public d’enseignement et de recherche.

 

 

SIGNATAIRES :

  • Mina AÏT’MBARK, PRCE anglais
  • Guillermo ALVAR, lecteur d’espagnol
  • Marta ÁLVAREZ, MCF espagnol
  • Nella ARAMBASIN, MCF HDR littérature comparée (CRIT)
  • Iana ATANASSOVA, MCF HDR Traitement Automatique des Langues (CRIT)
  • Julien AUBOUSSIER, MCF, en  Sciences de l’information et de la communication, IUT Besançon, IC
  • Catherine AYMONIER , ADJAENES , Service du personnel
  • Gérard BADOT, PRCE, département de russe
  • Frédérique BAEHR, TECH PAO, Annales Littéraires
  • Patrick BEGRAND, MCF d’espagnol, responsable du Master MEEF langues vivantes.
  • Marie-Pascale BEHRA, SAENES, UFR SHS Scolarité Langues vivantes
  • Marion BENDINELLI, MCF sciences du langage, Responsable de la section Linguistique, Sémiotique, Philologie française
  • Sylvie BEPOIX, Prag histoire
  • Romain BIARD, MCF, Mathématiques, UFR SJEPG
  • Magali BIGEY, MCF en Sciences de l’Information et de la Communication, IUT BV- dpt Info-Com
  • Damienne BONNAMY, présidente section 02, droit public, UFR SJEPG
  • Manuel BORREGO, PR espagnol
  • Patrice BOUCHE, MCF anglais, responsable département anglais LLCE
  • Adrienne BOUTANG, MCF anglais
  • Michel BOUTANQUOI, Mcf-Hdr, psychologie, Ufr Slhs
  • Vincent BOURDEAU, MCF philosophie
  • Elena BOVO, MCF, Civilisation italienne, UFR SLHS
  • Hadrien BRU, MCF HDR Histoire Ancienne, UFR SLHS, ISTA
  • Jean-Michel CALUWÉ, Responsable du département de Lettres Modernes
  • François CAM, PRCE Responsable de Formation en Musicologie
  • Edward CASTLETON, ATER en philosophie, SLHS
  • Marie-Claude CHARPENTIER, PRCE Histoire grecque
  • Rudy CHAULET, MCF HDR, espagnol
  • Andrée CHAUVIN-VILENO, PR Sciences du langage
  • Pauline CHEVALIER, MCF lettres et LP METI
  • Laurence DAHAN-GAIDA, Directrice du CRIT, EA 3224
  • Bernadette DEBRAY, ADJAENES, Centre Polyglotte,
  • Bertrand DEGOTT, MCF, Responsable de la licence lettres modernes
  • Aurélie DENY, MCF Espagnol
  • Aurore DESPRÉS, MCF,  Responsable de la licence Arts du spectacle
  • Martine DEVICHI, PRCE anglais, IUT BV
  • André DIDIERJEAN, PR en psychologie cognitive
  • Jean-Claude DOMENGET, MCF HDR en sciences de l’information et de la communication, IUT Belfort-Montbéliard
  • Mohamed EMBARKI, PR département Français Langue Etrangère
  • Séverine EQUOY HUTIN, MCF Sciences de l’information et de la communication, ELLIADD
  • François FAVORY, Pr. émérite en Histoire ancienne et Archéologie gallo-romaine, UFR SLHS, UMR 6249 Chrono-Environnement
  • Fabien FERRI, IGE philosophie
  • Jean-Christophe FOLTÊTE, PR en géographie, Directeur de l’UMR-CNRS 6249 THÉMA
  • Óscar FREÁN HERNÁNDEZ, MCF espagnol
  • Guy FREIXE, PR en Arts du spectacle, Directeur du département Ars, Responsable du Master “Pratiques scéniques et théâtres du monde”
  • Philippe GARNIER, PRCE anglais, département Polyglotte
  • Émilie GAUTHIER, PR en archéologie et paléoenvironnement, Responsable SHS de l’UMR-CNRS 6049 Chrono-environnement
  • Estelle GAUTHIER, MCF Histoire de l’Art et Archéologie
  • Margaret GILLESPIE, MCF départements LEA et LLCER anglais
  • Françoise GUALDI, ThéMA, UMR UFC/CNRS 6049
  • Thomas GUARD, MCF latin, responsable département langues anciennes
  • Julien GUGLIELMETTI, ADJAENES, Service financier
  • Pascale GUIBERT, PR anglais
  • Christian GUINCHARD, MCF HDR, Sociologie
  • Simon HAGEMANN, ATER allemand, SLHS
  • Ida HEKMAT, MCF, LLCER allemand, Responsable du département
  • Isabelle HURÉ, MCF sciences de l’information et de la communication, Co-responsable pédagogique de la licence information-communication
  • Jasmine JACQ, MCF, Responsable du Département de Russe.
  • Sébatien JACQUOT, IGE, UFR SLHS
  • Laurence JEHLE-BLANC, MCF département Langues Etrangères Appliquées
  • Lucie JOUVET LEGRAND, MCF Sociologie, IUT Besançon Vesoul,
  • Nadège JUAN, PRAG espagnol
  • Ann-Birte KRÜGER, MCF allemand, ESPE
  • Violaine KUBISZEWSKI, MCF Psychologie
  • Philippe LAPLACE, MCF anglais
  • Sabine LAURET-TAFT, MCF anglais
  • Laurence LE DIAGON-JACQUIN, MCF et responsable du département de musicologie
  • Régine LLORCA, MCF Phonétique, CLA
  • Christophe LOUP, ITA chimiste, UMR UFC/CNRS 6249
  • Marco LUCCI, Lecteur italien
  • Arnaud MACÉ, PR philosophie, Responsable du département de philosophie
  • Thierry MARTIN, PR philosophie, Directeur de l’E.A. 2274, Logiques de l’agir
  • François MAQUESTIAUX, PR de psychologie cognitive, Département et Laboratoire de Psychologie, SLHS
  • Ludovic MARTIN-GONDRE, MCF Physique, UFR ST
  • Denis MELLIER, Directeur du Laboratoire de Psychologie, EA 3188
  • Sylvie MONGENET, SAENES, UFR SLHS
  • Sophie MONTEL, MCF Histoire de l’art et archéologie du monde grec (ISTA, EA 4011)
  • Brigitte MORELLO, MCF-HDR automatique  61° Femto-st, dept AS2M IUT BV- dpt Info-Com
  • Jennifer MURRAY, MCF anglais, Responsable du Master LLCER
  • Sandra NOSSIK, MCF Sciences du Langage, Responsable de la Licence de Sciences du Langage
  • Odile PAPIN, PRCE, Département Polyglotte, SLHS
  • Julien PASTEUR, PRCE en philosophie, ESPE
  • Aurélia PAULIN, MCF anglais
  • Nathalie PAVEC, MCF anglais, Responsable de la Licence LLCE anglais
  • Philippe PAYEN, MCF Allemand
  • Julia PESLIER, MCF Littérature générale et comparée
  • Sarah PEYROUX, MCF anglais, responsable du Master MEEF anglais
  • Laurence PICARD, MCF Neuropsychologie, UFR SLHS
  • Matthew PIRES, MCF anglais
  • Michel PLANAT, CR FEMTO-ST, Besançon
  • José Manuel PRADA MOLDES, AJAENES Service SAWE
  • Richard STEPHENSON, MCF Anglais, responsable du master Langues étrangères appliquées
  • Bénédicte REYSSAT, PRAG anglais, Centre Polyglotte
  • Hélène ROMEYER, Pr Sciences de l’information-communication, responsable du master Information-communication
  • Sophie ROUSSET, MCF psychologie
  • Odile ROYNETTE, MCF HDR Histoire contemporaine, ELLIADD
  • Michel SAVARIC, MCF, Responsable licence et département LEA
  • Philippe SIGNORET, ThéMA, UMR UFC/CNRS 6049
  • Florence SIMON, PRAG philosophie
  • Pascale SMORAG, MCF anglais, SLHS
  • Dominique SOUCY, MCF espagnol
  • Christoph SINGLER, PR lettres hispano-américaines
  • Teresa SOLIS, Lectrice d’italien
  • Frédéric SPAGNOLI, MCF Italien, responsable département Italien
  • Cécile TANNIER, CR CNRS, Géographie, UMR Chrono-Environnement
  • Federico TAJARIOL, MCF-HDR en  Sciences de l’information et de la communication. UFR STGI.
  • Izabella THOMAS, MCF  Linguistique et Traitement Automatique des Langues, CRIT
  • Didier TRUCHOT, Pr. en Psychologie Sociale
  • Hélène VALANCE, MCF anglais
  • Rose-Marie VOLLE, MCF Sciences du langage
  • Patricia VERNIER, Responsable du Service Financier
  • Virginie VINEL, PR en Socio-anthropologie, Dir. LASA, UFR SLHS
  • Catherine VUILLERMOT, PR en Histoire contemporaine, SLHS
  • Carole WIDMAIER, PRAG en philosophie, ESPE
  • Carina ZEIGER, Lectrice d’allemand, SLHS
  • Berénice ZUNINO, MCF allemand

Lien:


Laisser un commentaire