Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

  • Section 36: message du comité de liaison du Syndicat national des chercheurs scientifiques

Chèr·e·s collègues,
Vous êtes nombreux·ses à avoir été surpris·es des résultats de l’admission au concours d’entrée au CNRS en section 36 (sociologie et droit) au grade de CR2. Nous rappelons les résultats du jury d’admissibilité, publiés le 3 avril :
GROSSETETE Matthieu
Admissible classé n° 1
OUALHACI Akim
Admissible classé n° 1
GAMBARDELLA Sophie
Admissible classé n° 3
GROS Julien
Admissible classé n° 4
MEURET-CAMPFORT Eve
Admissible classé n° 5
MAHALATCHIMY Aurélie
Admissible classé n° 6
 Et les résultats d’admission, publiés ce 6 juin :
GAMBARDELLA Sophie
Classé n° 1 sur liste principale
MAHALATCHIMY Aurélie
Classé n° 2 sur liste principale
Le jury d’admissibilité est composé des membres de la section 36 du CNRS. Ces membres sont pour partie élu·e·s par la profession et pour partie nommé·e·s. La section est composée de 7 juristes et de 13 sociologues. Les membres du jury d’admission sont nommé·e·s par le président du CNRS et relèvent de multiples disciplines des sciences humaines. Aucun membre du jury d’admissibilité n’y siège. La discipline sociologique y est faiblement représentée et, à ce jour, nous ne disposons d’aucun témoignage direct de ce qui s’y est passé.
Ainsi, cette année le classement proposé par la section a été largement remis en cause par le jury d’admission. On est passé d’une liste de six noms à une liste de deux noms pour un concours où trois postes étaient ouverts. Tou·te·s les sociologues, initialement 1ers ex-aequo, 4ème et 5ème,  ont été exclu·e·s du classement. Aucune liste complémentaire à celle des deux juristes n’a été retenue (en cas de désistement de l’une de ces candidates, personne ne pourra donc bénéficier du poste).
Le jury d’admission s’est ainsi substitué au jury d’admissibilité, dont le travail de longue haleine (212 dossiers, 58 auditions sur cinq jours, une journée de délibération) a été totalement désavoué. En proposant un nouveau classement radicalement différent de celui du jury d’admissibilité, excluant une discipline et sans liste complémentaire, le jury d’admission est visiblement sorti de son rôle habituel.
Cet évènement intervient alors que la section 36 vient d’être renouvelée et largement élue. Il constitue une attaque évidente au principe d’évaluation par les pairs et de recrutement sur des critères scientifiques. Il témoigne d’un mépris intolérable pour les candidats qui pouvaient légitimement espérer un poste de chercheurs titulaires après plusieurs années de précarité.
Nous, membres du comité de liaison SNCS de la section 36 du CNRS, de l’ASES et de l’AFS, tenons à témoigner notre solidarité à ces candidats ainsi qu’à l’ensemble des candidat·e·s aux métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur. L’ensemble des syndicats et des associations professionnelles se mobilisent actuellement pour obtenir des informations et réagir à cet évènement, et défendre ainsi le principe de recrutements justes et transparents dans nos métiers.
  • Section 39: motion votée et rendue publique vendredi 16 juin 2017 (non encore publiée sur le site du CoNRS

Lors de la campagne 2017 de recrutement au CNRS, les classements établis par le jury d’admissibilité de la section 39 pour les concours CR1 et DR2 ont fait l’objet de modifications par le jury d’admission, à l’initiative de la direction de l’InSHS. La section note d’ailleurs que de nombreuses autres modifications de classement ont été effectuées dans les sections relevant de l’InSHS.
Ces modifications, quoique conformes à la règle du concours, constituent un important désaveu du travail du jury d’admissibilité.
Il ne s’agit nullement de mettre en cause les qualités des candidat.e.s concerné.e.s par ces modifications : le classement d’un.e candidat.e par le jury d’admissibilité signifie précisément qu’aux yeux du jury, elle/il peut être recruté.e sur le concours en question.
Mais les jurys d’admissibilité s’attachent également, par leurs classements, à permettre une diversité des recrutements en termes de parcours, d’expérience, d’objets de recherche, d’approches, de sensibilités scientifiques et de genre des candidat.e.s. Les modifications de classement, fondées sur des critères d’excellence individuelle des candidat.e.s qui ne sont pas véritablement discriminants à ce niveau du concours, mettent à mal ce travail pourtant essentiel pour la communauté scientifique de la section.
C’est pourquoi la section 39 dénonce avec la plus grande vigueur l’emploi désormais routinier, à l’encontre des sections relevant de l’InSHS, d’une pratique profondément déstabilisatrice pour les communautés scientifiques concernées et d’une grande brutalité pour les candidat.e.s qui avaient été classé.e.s par le jury d’admissibilité comme susceptibles d’être recruté.e.s et qui ont été ainsi déclassé.e.s.
21 membres: 18 oui, 0 non, 3 abstentions »

 

  • Section 40: motion votée le 16 juin 2017, et publiée sur la liste ANCMP.

La section 40 s’interroge sur l’ampleur inédite des déclassements opérés par le jury d’admission pour le concours 36/04. Elle s’inquiète pour l’autonomie relative des sections du Comité national, qui s’applique en particulier à la définition propre de leurs modes de fonctionnement et de leurs critères d’évaluation. En vue d’améliorer l’ensemble de la procédure des concours, la section demande aussi que la phase d’admission se déroule dans la plus grande transparence, en ce qui concerne les règles de composition du jury, les procédures d’examen des candidatures admissibles et les critères d’évaluation mobilisés.

17 présents : 12 oui, 0 non, 5 abstentions

 

  • Section 19 du Conseil national des universités: motion votée le 22 juin 2017

En soutien à la demande de révision de la décision du jury d’admission de l’INSHS suite aux déclassements des candidats classés par la section 36 du Comité national du CNRS

Les membres de la section 19 du CNU (sociologie, démographie) tiennent à exprimer leur profond étonnement et leur inquiétude face à la décision prise par le jury d’admission 2017 de l’INSHS du CNRS de déclasser les deux candidats classés 1er ex aequo au concours de CR2,  candidats tous deux sociologues, et de ne retenir que les deux candidats juristes classés 3e et 6e par la section 36 du comité national, ce qui aboutit de surcroît à geler un poste sur les trois mis au concours de CR2.
Cette décision revient à déjuger le travail effectué par l’instance d’évaluation que constitue la section 36, et remet en cause le principe de jugement par les pairs sur lequel repose le fonctionnement de cette instance.
Les membres de la section 19 du CNU déplorent vivement une telle décision et réaffirment leur attachement à l’autonomie scientifique des instances d’évaluation de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et à la confiance qui doit être accordée à leurs membres par les instances de tutelle.
Les membres de la section 19 du CNU expriment leur soutien envers toutes les initiatives en cours visant à demander la révision de la décision du jury d’admission.

Adopté à l’unanimité le 21 juin par vote électronique secret
65 votants (sur 72) : 62 « oui », 3 « ne se prononce pas »
1

 

LIen:


Une réflexion au sujet de « Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique »

Laisser un commentaire