Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

  • Section 32

un poste de DR2 ‘externe’ était ouvert. Il faut savoir que les concours DR2 concernent en général simplement la promotion des CR. En effet, recruter un.e DR2 provenant de l’Université coûte beaucoup plus cher au CNRS, cela revient à se priver d’environ 1,5 poste de CR. Toutefois, des postes ‘externes’ sont parfois ouverts, qu’on reconnaît à leur profil précis, ici : « Méthodes quantitatives, modélisation et simulation en Archéologie ». Seulement 2 dossiers ont été reçus, et la section avait classé une personne. Le jury d’admission a déclassé cette personne et ne l’a pas remplacée : le poste est donc perdu pour la section 32.  Il ira à une autre section du CNRS (pas nécessairement en DR, pas nécessairement en SHS), nous ignorons encore laquelle. La section 32 est une de celles qui a perdu le plus de postes récemment du fait de départs à la retraite non remplacés.

  • Section 35

Pour le concours de chargé de recherche 2e classe (2 postes ouverts), le candidat arrivé 1er admissible est reclassé 1e en liste complémentaire. Le candidat et la candidate arrivés 2e et 3e sur liste d’admissibilité sont admis. Le classement d’admissibilité des concours de chargé de recherche 1re et 2e classe avait fait l’objet d’une alerte parité par le collectif PhilosophEes le 2 avril 2017.

  • Section 36

C’est le cas qui suscite la plus forte mobilisation publique, une pétition  (ici) qui développe tous les éléments factuels. Disons pour résumer qu’il y avait 3 postes de CR2 à pourvoir. La section a classé 3 personnes en liste principale et 3 en liste complémentaire. Le jury d’admission a réduit le classement à 2 personnes, sans liste complémentaire. Un poste est donc perdu – là aussi, il sera attribué à une autre section. De plus, les 2 personnes classées étaient 3e et 6e sur la liste d’origine. Les deux premiers ex aequo de la liste d’origine se retrouvent donc sans poste. Enfin, la section 36 regroupe des sociologues (environ 2/3 des effectifs) et des juristes (environ 1/3). Les 2 personnes conservées par le jury d’admission sont 2 juristes, illustrant des déclassements visant spécifiquement les sociologues de cette section.

Dans une lettre rendue publique sur la liste de diffusionde l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP), la direction de l’InSHS se justifie en arguant d’une faiblesse des sociologues de la section 36, par rapport aux juristes de la section 36. Nous publions le message adressé par le bureau de l’ANCMSP à ses adhérents (voir l’annexe en bas de ce billet). Ajoutons que la section 36 est depuis plusieurs années de loin celle qui compte le plus de candidat.e.s par poste : environ 80 (et bien plus si l’on se limitait aux sociologues), contre 20 en moyenne pour l’ensemble des sections du CNRS. Il est logique que la perte d’un poste y fasse particulièrement réagir.

  • Section 39

L’effet est ici particulièrement notable en termes de parité, comme nous l’avons indiqué dans un précédent billet. En DR2, le jury d’admission a inversé les positions de dernière sur liste principale et premier sur liste complémentaire : en conséquence, 4 hommes sont promus pour 4 postes disponibles, tandis que 2 femmes sont en tête de la liste complémentaire. En CR1, un seul poste était ouvert. La section avait classé une femme en liste principale et trois hommes en liste complémentaire. Le jury d’admission, ici aussi, opère une simple inversion : l’homme initialement classé 2e est donc recruté. Précisons que la principale discipline concernée, la géographie, n’est pourtant pas particulièrement masculine ; que la section 39 a montré dans les années passées une réelle ouverture disciplinaire, recrutant sociologues, anthropologues, historiens et économistes, ce qui n’est pas sans poser de problème, au vu de la fermeture des autres sections.

  • Section 40

La situation est particulièrement opaque et inhabituelle pour le concours DR2, puisque ce sont les résultats d’admissibilité qui ont été un temps effacés du site web. Un nouveau jury d’admissibilité a été réuni à la hâte. Il semble que cette procédure tout à fait inédite ait été lancée à la suite du courriel d’une personne non classée en liste principale, qui critiquait ce résultat.

  • Commission interdisciplinaire 53

Il s’agit d’une structure différente mais similaire à une section, dont le périmètre correspond (en gros) aux interactions entre SHS et autres sciences (« Méthodes, pratiques et communications des sciences et des techniques »). En DR2, le candidat classé 2e par la section, sur 4 postes disponibles se retrouve déclassé (2e de la liste complémentaire d’admission), au profit de la candidate initialement classée 5e. Le candidat déclassé fait partie du même laboratoire qu’un autre candidat admis.

 

Concluons sur les problèmes posés par cet ensemble de décision qui a incité l’équipe des Rédacteurs d’Academia à publier ce billet :

  • la dimension discrétionnaire et opaque du travail du comité d’admission
  • le signal qu’envoie un déclassement en défaveur des candidates à l’heure d’une exigence légale d’égalité homme/femmes
  • les effets induits et le préjudice pour les candidat.e.s concerné.e.s. Ces décisions prises à l’encontre de classements publiés avant la séquence de recrutement de maîtres.se.s de conférences – qui a lieu entre avril et mai – s’avère extrêmement pénalisante pour ces très bons candidats, dont le classement en position admissible entraîne de facto l’absence de classement par les comités de sélection des Universités. Ces candidat.e.s, rappelons-le, formulent rarement de recours de peur d’être définitivement déconsidéré.e.s à l’avenir dans les concours de recrutement de l’ESR.
  • le désaveu, voire l’anéantissement du travail de sections du coNRS, soit a minima 5000 heures de travail par section auquel il faut sans doute ajouter 2500h équivalent temps plein de rémunération supplémentaire des personnels

 

Annexe :

 


5 réflexions au sujet de « Déclassements en série au CNRS »

  1. Compléments d’information après quelques réunions des instances du CNRS. En section 32, le poste de DR2 externe avait été ouvert contre l’avis de la section, qui aurait préféré un poste de CR (et a donc perdu les deux). Le jury d’admission considérait apparemment que seul.e un.e étranger.e aurait pu être recruté.e sur ce poste. En section 40, l’annulation provisoire du concours DR2 était liée à un risque de recours ; le classement initial d’admissibilité a été rétabli et confirmé par le jury d’admission. En CID 53, la raison des déclassements en DR2 n’a rien à voir avec les laboratoire des candidat.e.s. Le jury d’admission a jugé le profil d’une personne qui avait été classée sur liste complémentaire, parce qu’elle n’était pas CR CNRS, si intéressant qu’il a ouvert pour elle un poste de DR2 externe (cela suppose la récupération d’un poste sur une autre section : peut-être celui de la 32 ?). Cela n’explique pas, du coup, qu’un des DR2 internes initialement classé sur la liste principale ait été déclassé.

  2. Le Monde, daté du 28 juin 2017, publie « Polémique autour de la campagne de recrutement CNRS ».

    J’en reproduis ici les dernières lignes:

    « Certes, la direction de l’INSHS avance une justification pour chaque cas, mais le tableau d’ensemble est désastreux. Et cela crée une situation de défiance délétère entre les sections et l’institut », regrette Olivier Coutard, président de la conférence des présidents de sections du CNRS.

    Les « explications » ne convainquent pas. Tantôt les femmes sont privilégiées, tantôt non. Un candidat pas assez « international » a fait sa thèse aux Etats-Unis. La pétition pointe « une atteinte grave et sans précédent (…) au principe fondamental de l’évaluation par les pairs ». C’est sur ce principe que reposent également l’évaluation et la publication des articles de recherche. Les chercheurs y tiennent et arguent de la rigueur mise dans l’évaluation des dossiers par les commissions pendant plusieurs semaines, alors que le jury d’admission juge plus vite et sur les avis rendus par les sections.
    Hypothèse moins glorieuse, Patrice Bourdelais, qui prend sa retraite dans une semaine, est soupçonné de régler des comptes avec certains courants de la sociologie. Et de ne jurer que par la bibliométrie, c’est-à-dire des évaluations quantitatives (nombre d’articles publiés, type de revue, nombre de citations…) ne tenant pas compte des spécificités des disciplines. M. Bourdelais n’a pas répondu à nos sollicitations. « Ce qui se passe est un pur scandale et, sous couvert d’un jury d’admission, un véritable “fait du prince”. Du jamais-vu dans les annales du CNRS », s’emporte Stéphane Beaud, sociologue membre du jury de la section 36.

    Au vu de l’investissement personnel qu’impliquent ces concours très exigeants, les conséquences sont dramatiques pour les « déclassés », qui ont souvent multiplié les contrats courts et précaires. Seul « réconfort », ces derniers savent que leur « succès » sera retenu pour les années suivantes et qu’il augmente a priori leur chance.

  3. Ping : Recrutement au CNRS 2017 : les chiffres du concours CR1 de la section 34 (sciences du langage) | Histoire(s) présente(s) de l'ESR

  4. Un grand merci à l’équipe pour ce travail!
    Par voie syndicale, je viens d’avoir l’information d’anomalies hors InSHS, en sections 6 & 23… A suivre…

Laisser un commentaire