Appel au boycott du système d’enseignement supérieur turc

NE SOYEZ PAS COMPLICES DES CRIMES DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TURC

Contexte

En janvier 2016, 2 212 universitaires travaillant en ou sur la Turquie signaient une pétition appelant le gouvernement turc à mettre un terme à la guerre dans la région kurde, à rechercher une solution pacifique à la question kurde, irrésolue depuis des décennies,  et à autoriser des observateurs internationaux à suivre la situation dans les villages et villes détruits par les forces de sécurité. Depuis, les signataires, connus sous le nom d’Universitaires pour la paix  ont été soumis à des attaques vindicatives et punitives ordonnées par le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan, et appliquées conjointement par le gouvernement et les institutions de l’enseignement supérieur.

Les Universitaires pour la paix ont été accusés de trahison pour avoir appelé le gouvernement turc à mettre un terme à la violence contre ses propres citoyens. Suivant les instructions du président, le gouvernement, la police, le Conseil de l’enseignement supérieur et les présidents d’université ont uni leurs forces pour faire payer un lourd tribut aux Universitaires pour la Paix. La campagne de lynchage se poursuit et s’est traduite par de nombreuses mesures de rétorsion : vagues d’enquêtes criminelles et administratives, détentions, licenciements, annulations de passeport et interdictions de sortie du territoire, suppression des droits à la retraite et exclusion du marché de travail via une liste noire des numéros de sécurité sociale.

Suite au coup d’Etat manqué de juillet 2016 et à l’état d’urgence qui l’a suivi, les attaques contre les universitaires ont été étendues aux suspects de loyauté au mouvement de Fethullah Gülen, un ex-allié du régime AKP qui s’était également rendu complice de violations des libertés et standards académiques en Turquie. À la date du 30 avril 2017, 5 295 licenciements universitaires étaient recensés. (Cette situation démontre que le système universitaire turc est utilisé par le gouvernement et ses alliés politiques comme un lieu de patronage et de représailles, sous couvert d’activités scientifiques

Violations des standards internationaux de l’enseignement supérieur

La campagne de lynchage contre les Universitaires pour la paix constitue une grave violation des standards internationaux d’autonomie, de liberté académique et de production de savoir non doctrinal dans l’enseignement supérieur. Voici une liste, non-exhaustive, des violations attestées:

  • Les présidents d’université encouragent les enseignants-chercheurs et étudiants à surveiller et dénoncer les universitaires suspects de critiquer le gouvernement, et notamment les signataires de la pétition des Universitaires pour la Paix ;
  • Un jeune enseignant, Mehmet Fatih Traş, s’est suicidé après la révocation de son contrat par l’Université de Çukurova et le refus de ses candidatures dans plusieurs universités, au motif qu’il constituait un danger pour la sécurité nationale ;
  • Les graffiti sur les portes des enseignants-chercheurs, discours de haine et menaces criminelles contre les universitaires critiques sont devenus des pratiques courantes, utilisées et tolérées sur les campus et en dehors ;
  • Les étudiants apportant leur soutien aux universitaires licenciés sont réprimés et exclus ;
  • Le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK) et les présidents d’université collaborent avec l’Agence nationale du renseignement et la police pour dresser les listes des universitaires à licencier;
  • Les listes de licenciements sont approuvées par le gouvernement et le Président de la République, et appliquées par des décrets-lois d’urgence, sans possibilité d’appel;
  • L’organisation gouvernementale publiant les revues scientifiques (le Réseau académique et centre d’information national – ULAKBIM) a recommandé aux directeurs de rédaction de ces revues d’exclure les universitaires licenciés ou mis à pied des comités de rédaction et conseils scientifiques.
  • Les organisateurs de colloques excluent les Universitaires pour la Paix licenciés des colloques, séminaires et ateliers, sous la menace du gouvernement et des conseils de l’enseignement supérieur, ou en accord avec ceux-ci.
  • Le Conseil de la Recherche scientifique et technologique de Turquie (TÜBITAK), contrôlé par le gouvernement a: (a) supprimé les bourses et refusé les demandes de financement des Universitaires pour la Paix; (b) révoqué les bourses des doctorants qui ont signé la pétition des Universitaires pour la paix pendant qu’ils étaient en séjour de recherche dans des universités hors de Turquie ; (c) obligé les doctorants boursiers à communiquer le contenu de leur recherche, pour vérifier que celle-ci ne portait pas atteinte aux intérêts nationaux ; (d) contraint, en vertu d’un décret-loi d’urgence, les enseignants-chercheurs licenciés à retirer leur nom des travaux financés dans le passé, publiés ou en cours d’évaluation; et (e) suspendu la publication de livres sur la théorie de l’évolution, alors qu’il apportait un soutien croissant à des projets de « recherche » douteux qui promeuvent le créationnisme.

Le boycott universitaire ciblé

Nous appelons donc toutes les institutions de l’enseignement supérieur, les agences de recherche, les associations universitaires et professionnelles et les universitaires en tant qu’individuels à boycotter le système d’enseignement supérieur turc. L’objectif du boycott universitaire est d’assurer que tous les licenciements soient révoqués et que la persécution des universitaires, exacerbée sous l’état d’urgence, prenne fin. Le boycott est ciblé contre les universités et institutions de l’enseignement supérieur complices, de la manière suivante :

  1. Déclarer un moratoire  sur TOUTES les futures collaborations avec le Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) et le Conseil de la recherche scientifique et technologique de Turquie (TÜBİTAK).
  2. Déclarer un moratoire sur TOUTES les collaborations avec les présidents d’université , qui n’ont pas seulement violé la liberté académique et bafoué les normes internationales de l’enseignement supérieur, mais aussi agi comme des agents de renseignement dans leur université.
  3. Suspendre l’adhésion de tous les responsables du YÖK et de TÜBİTAK et de tous les présidents d’université (liste  ) aux associations professionnelles et scientifiques.
  4. Déclarer un moratoire sur toutes les futures collaborations de recherche avec tous les universitaires des universités complices.
  5. Déclarer un moratoire sur la PARTICIPATION à tous les futurs colloques, ateliers et séminaires financés et/ou co-organisés ou hébergés par le YÖK ou TÜBİTAK, ou toute université complice en Turquie et ailleurs;
  6. Déclarer un moratoire sur la TENUE ou l’ORGANISATION de tous les futurs colloques, ateliers et séminaires dans toute université complice en Turquie

Ce boycott ciblé  exclut: (a) les arrangements/accords conçus pour faciliter et rendre possible la mobilité étudiante: (b) les candidatures d’universitaires de Turquie à des postes de professeurs ou chercheurs invités, ou des engagements similaires, avec des universités hors de Turquie.

Liens:


Laisser un commentaire