Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat

J’ai rédigé la première version de ce vade-mecum pour de jeunes collègues dont la première campagne a commencé en mars 2017 et qui, pour toutes sortes de raisons (étudiant-e-s étrangers et étrangères, docteur-e-s de l’EHESS ou de petites facs de province) ne possédaient ni les codes de l’audition de recrutement à un poste de MCF, ni les ressources (l’entourage) pour les acquérir rapidement. Les semaines passant, j’ai été de plus en plus convaincue que nombre d’entre nous gagneraient à la publication de ce vade-mecum et à sa discussion. 

Le 24 mai 2017, une dizaine de jours après publication, et après avoir reçu ou lu un certain nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’ajouter quelques considérations et précisions supplémentaires, notamment sur l’écriture du discours et la gestion, disons, émotionnelle et morale de l’exercice. Afin de conserver la logique du billet, j’ai inséré ces nouvelles remarques dans le texte original, précédées d’un astérique.

L’autrice de ces lignes a passé neuf auditions MCF en histoire, une quarantaine d’auditions blanches pour son propre compte, une quinzaine pour celui des autres. Le but du texte ci-dessous est simplement de récapituler les conseils dont j’ai moi-même bénéficié au fil de cette expérience. Il expose d’abord « l’esprit » d’une audition MCF (très différent – justement – d’une audition CNRS ou post-doc) avant de revenir longuement sur le travail de préparation à la rédaction du texte et à la séance de questions.

Ce vade-mecum sert aussi à faire comprendre qu’une audition n’est, au fond, qu’un exercice, qui a ses règles. Bien sûr, la qualité du dossier compte, mais au moment de l’audition, le dossier est ce qu’il est. Il faut donc préparer à fond l’audition. Comprendre comment le faire, apprendre à séduire un jury, lui tendre des perches, voire lui faire des appels du pied (et presque, le manipuler), présenter son dossier, un jour comme un dossier  « d’histoire politique de la Bretagne » et la semaine suivante, comme une candidature en « histoire culturelle internationale »  – tout cela finit par avoir, comme tous les exercices dont on finit par maîtriser (et jouer avec) les règles, un côté ludique. Il faut donc dédramatiser à fond (malgré les enjeux) en séparant clairement sa propre valeur d’enseignant-e-chercheur-e, d’un côté, et sa réussite de l’exercice, de l’autre.

Combien de temps prend la préparation de cet exercice ? Il n’y a pas de règle – ça dépend du degré d’élaboration du profil (qui doit être absolument décortiqué comme s’il faisait l’objet d’un commentaire de document) et de sa motivation pour le poste. En règle générale, je dirais qu’il faut s’y mettre minimum cinq jours à l’avance pour avoir le temps de réfléchir à sa stratégie d’auto-présentation de soi et aux réponses aux questions, sachant qu’on a déjà commencé ce travail au moment de la rédaction du CV analytique. La recherche stricto sensu (points 2 à 4) prend une journée de travail minimum ; davantage si on juge nécessaire de faire des lectures, par exemple en regardant les publications (enfin, des recensions) de certains membres du jury qui travaillent sur des sujets proches de siens et qu’on ne connaît pas, ou encore pour se renseigner sur certains aspects du poste pour lesquels on n’est pas très compétent-e (humanités numériques, concours qu’on n’a pas passés, etc.). Il faut avoir une v1 du discours plusieurs jours avant pour le tester en audition blanche et avoir le temps de le réécrire : en général, pour mes premières auditions, je réécrivais tout mon topo intégralement après chaque audition blanche. Au bout d’un moment, ça va plus vite, mais tout dépend, encore une fois, du degré de complexité du poste et de sa motivation. Au final, néanmoins, le temps de préparation nécessaire n’a rien d’extravagant par rapport à un poste équivalent en termes de compétences dans le privé.

Un exemple de texte d’audition (passée avec succès) est joint, en espérant que d’autres se dévoueront pour partager leurs propres textes.

 

1. Comprendre ce qu’est une audition de recrutement MCF et comment se positionner face au comité

En un temps record (de 10 à 15 minutes d’exposé suivies de 10 à 15 minutes de questions), le ou la candidat-e doit convaincre une assemblée d’une dizaine de professeur-e-s qu’il ou elle 1) est compétent-e pour faire tout et absolument tout ce que ses futur-e-s collègues lui demanderont en cas de recrutement, et encore avec bonheur car; 2) il ou elle sera un-e collègue idéal-e : sympa, dynamique mais humble, collectif, responsable.

Cela implique un certain nombre de règles de base à appliquer tout au long de l’audition, tant pendant le discours que lors de la séance de questions :

  • sourire, être bien habillé-e (mais pas trop chic), regarder les membres du jury quand on parle, parler lentement et distinctement, et avoir l’air heureux ou heureuse d’être là ;
  • transmettre de l’envie, de la motivation, sans en faire trop. Il faut certes expliquer, dans le discours comme lors de la discussion, les raisons pour lesquelles on est compétent-e pour le poste, mais aussi celles pour lesquelles on le désire : la moitié des membres du jury (les internes) recrutent un-e futur-e collègue. Il se passe donc quelque chose de subjectif pendant l’audition, qui est très important.
  • ne jamais hésiter pendant la discussion, répondre aux questions du tac au tac en montrant qu’on est à l’aise et qu’aucune question, même la plus frontale ou vicieuse ne nous désarçonne ; et répondre rapidement (1min30 par réponse grand maximum). Ce n’est pas une communication de séminaire mais un entretien d’embauche. Pour le réussir, il faut :
    • anticiper le maximum de questions susceptibles d’être posées pendant l’entretien, réfléchir et rédiger à l’avance les réponses pour les utiliser ou les adapter facilement au moment de l’audition. Le présent vade-mecum propose un certain nombre de questions-types qui doivent être préparées à l’avance et à l’écrit ;
    • s’entraîner à faire le discours et à répondre à des questions : donc passer des auditions blanches, à plusieurs, à deux, en direct ou par Skype : qu’importe, mais il faut en faire (au minimum une par poste, au moins trois pour la toute première audition), de préférence avec des collègues MCF qui ont appartenu à des comités ou qui ont eux-mêmes passé beaucoup d’auditions, ou bien avec des ami-e-s docteur-e-s dans la même situation, si possible qui ont déjà passé des auditions. Dans mon expérience, la discipline importe finalement peu, mais une audition est plus utile quand la personne connaît notre dossier et peut donner des conseils pour mettre en valeur ses points forts. Mais on peut passer des auditions blanches très utiles entre historiens, sociologues, politistes, géographes et anthropologues (au moins).
    • Ne jamais se laisser démonter, même quand l’audition prend un tour difficile, au contraire : si l’on n’est pas mis-e en difficulté pendant l’audition, c’est que l’on n’a pas vraiment été considéré-e comme un-e candidat-e sérieux ou sérieuse. Les auditions « de courtoisie », pendant lesquelles les membres de jury posent des questions presque de curiosité, et exclusivement sur la recherche, ne sont pas de vraies auditions. C’est souvent le signe que le poste est moustachu (voir ci-dessous, point 4) et/ou que l’on est jugé-e hors-profil dès le départ. En ce sens et surtout dans ces deux cas de figure, une question difficile peut être un atout : en réalité, un-e candidat-e a souvent intérêt à ce que ses points faibles soient abordés d’une façon ou d’une autre pendant l’audition pour avoir l’opportunité de montrer que ce ne sont pas de vrais obstacles au recrutement (« Je ne détiens pas l’agrégation, mais… »). Sinon, ces points faibles pourront ressurgir après, pendant la délibération du comité… sans que le ou la candidat-e n’ait désormais la possibilité de se défendre (« Il ou elle n’a pas l’agrégation, il ou elle ne pourra donc pas assurer la préparation des concours (point barre). »). En somme : si l’audition est un peu dure, c’est bon signe. Il ne faut pas fléchir, mais sourire et répondre.
    • s’adresser aux membres du comité, sur la forme (en les regardant) mais tout autant sur le fond. Le ou la candidat-e doit, de façon très concrète (par des références, des mots-clés tirés de leurs travaux, du profil du poste, du site du laboratoire, de la plaquette du département) non seulement leur parler à eux, mais surtout leur parler d’eux. C’est une erreur ordinaire et bien compréhensible que font la plupart des candidat-e-s, qui croient que le jury veut en savoir le plus possible sur eux et elles pour pouvoir évaluer leur candidature au mieux, dans le peu de temps imparti (25 à 30 minutes pour choisir un-e collègue pour la vie). Mais en fait, ce que les membres du jury veulent, c’est qu’on leur parle d’eux, ou d’elles : de leurs intérêts de recherche, de leurs besoins en termes d’enseignement, de leur problématique à eux, dans leur université/ département. Un bon discours est donc parfaitement adapté à la fois au poste et au jury et contient de nombreuses références à l’un et à l’autre, explicites dans le premier cas, cachées dans le second mais que le ou la membre du jury visé-e entendra au passage (et sur laquelle il ou elle rebondira, si tout se passe comme prévu, pendant l’entretien). Le ou la candidat-e doit aussi prendre garde (parce que les gens adorent parler, moins écouter) à laisser aux membres du jury la possibilité de s’exprimer : idéalement, chacun-e des membres devrait pouvoir poser une question, concrètement il faut en viser au moins six. Si l’on compte une moyenne de 10 minutes pour l’entretien, sachant que rien que poser une question peut facilement durer 30 secondes… on a vite fait le compte.
    • trouver l’équilibre parfait – mais si fragile – entre l’humilité et l’assurance. Dit comme ça, cela semble parfaitement contradictoire ou mystérieux. Mais cela a des applications concrètes :
      • avoir de l’assurance, cela veut dire bien occuper l’espace, parler d’un ton posé et au bon volume, sourire, ne jamais avoir l’air décontenancé, répondre aux questions du jury dans la foulée (sans temps de réflexion) et rapidement (1 minute), et ne jamais avouer une faiblesse donc une éventuelle possible difficulté (ou pire, une réticence) à faire un cours dans une langue/sur un sujet, une période, etc. qu’on ne maîtrise pas, diriger un Master, porter un projet ANR dès le mois de septembre prochain : sur le fond, impossible n’est pas vous. Mais il ne faut pas le dire comme ça, car il faut :
      • être humble : cela veut dire bien sûr ne pas être suffisant-e, ne pas laisser voir que les questions sont parfois à côté de la plaque ou que les membres du jury n’ont pas bien lu le CV analytique ou les articles envoyés. Mais c’est aussi ne pas donner l’impression que le travail va être facile (il ne l’est pas, même si le but du ou de la candidat-e pendant l’audition est de montrer qu’il ou elle peut et veut le faire ). En effet, les membres du jury qu’on a en face de soi ont beaucoup plus d’expérience que l’on n’en a, et eux, ils ne trouvent pas le boulot facile. Donc, s’ils pointent un manque dans le CV du ou de la candidat-e et lui demandent comment il ou elle réalisera telle ou telle tâche sans en avoir l’expérience préalable, il ne faut pas donner l’impression que ce n’est pas une vraie question. C’en est une. Le but est de montrer qu’on peut quand même accomplir la tâche en question :
        • en commençant éventuellement par une concessive (« il est vrai que je n’ai pas enseigné dans telle formation…. ce n’était pas offert… ayant obtenu une bourse de thèse immédiatement après mon Master 2, j’ai jugé trop risqué et peu légitime face à mon ED de me présenter à l’agrégation »)
        • MAIS! et là il faut chercher dans son expérience antérieure quelque chose qui donne la compétence ou une compétence transposable pour faire le job (« j’ai enseigné à des publics non historiens / en dehors de ma spécialité / je n’ai pas l’agrégation mais j’ai passé plein de concours / j’ai tenu mon objectif de rédiger ma thèse en 4 ans et je sais comment organiser un travail au long cours et tenir des échéances, etc. »)
        • finir avec l’expression magique : « j’espère parvenir à me former rapidement [à la difficulté présentée] avec l’aide de mes futur-e-s collègues. »
      • avoir des propos nuancés est toujours plus sage et il faut surtout éviter d’avoir l’air docte ou donneur ou donneuse de leçons :
        • Par exemple : ne pas dire « il me semble inconcevable de séparer histoire sociale et culturelle » car peut-être un membre du jury n’est-il pas d’accord (préférer : « j’essaye dans mes travaux d’articuler de différentes manières l’histoire sociale et culturelle »), ni « je ne conçois pas d’enseigner à Strasbourg sans apprendre l’allemand » (car les internes n’ont peut-être pas tou-te-s fait cette démarche, donc mieux vaut ne rien dire mais préparer une réponse si la question est posée).
      • * pendant le discours, éviter de commencer toutes ses phrases par « je » et utiliser des tournures neutres et humbles (« cette expérience m’a appris à… »);
      • * toujours pendant le discours, ne pas donner l’impression qu’on met la charrue avant les boeufs et qu’on se voit déjà dans le poste, et ne pas oublier qu’à l’oral, on n’entend pas la différence entre un futur et un conditionnel (donc éviter les phrases du type : « au département de xxx de l’Université xxx, je pourrais… »);
      • pendant la discussion, et toujours dans le même esprit d’équilibre entre assurance et humilité, il peut être efficace de se mettre en scène face à une difficulté (par exemple, pédagogique) et de montrer sa démarche pour la résoudre, y compris en mentionnant les premiers essais non concluants.
        • Par exemple : J’avais utilisé cette technique pour répondre à une question sur mon utilisation pédagogique des outils numériques, en racontant comment, dans le cadre d’un séminaire de M1 Recherche à l’EHESS, j’avais voulu trouver un moyen de faire un cours qui soit dynamique et engageant sur la recherche en archives et en bibliothèques. J’avais expliqué comment, renonçant rapidement tant à la formule « magistrale » que « séminaire », j’avais peu à peu mis en place grâce à Moodle une séance en distanciel type « jeu sérieux » avec des énigmes et des mises en situation en bibliothèque, en archives, qui obligeaient à une prise en main pratique.
      • enfin, une volonté de prouver à tout crin qu’on est capable d’assurer les tâches du poste en question peut amener à des discours de type un peu électoral, du type : « je ferai », « je pourrai », « pour preuve », « atteste », etc. Bien sûr, il faut convaincre le jury, mais sans lui dire ni même le laisser se douter qu’on est en train d’essayer de le convaincre – car cela suggère en creux qu’il est possible qu’il ne soit pas d’emblée convaincu. Il faut donc expliquer plutôt qu’affirmer une compétence : c’est à la fois plus humble et plus convaincant. En somme, une grosse partie du travail d’un discours d’audition, c’est de faire du storytelling.
        • Par exemple : au lieu de dire « J’aime l’enseignement [évidemment, vous n’allez pas dire le contraire : donc, comment vous croire?]. Pour preuve, j’ai assuré dès le Master 2 le tutorat des étudiants de Licence 1 [ce n’est pas une preuve, car pouviez-vous refuser?] », mieux vaut écrire : « J’ai développé le goût de l’enseignement dès le Master 2, lorsque les directeurs du département d’histoire de XX m’ont confié la responsabilité du tutorat des étudiants de licence 1. J’ai ensuite décidé de me présenter au CAPES, etc. »
      • Limiter les mensonges. C’est dur d’être à la fois à l’aise, dynamique, synthétique, humble, assuré-e, etc… quand on doit inventer ce qu’on est en train de dire. Broder, enjoliver, c’est de bonne guerre. Mais pendant la période de préparation aux auditions, il faut anticiper les questions et réfléchir à comment on peut mettre en valeur des éléments vrais, de façon convaincante même si on ment un peu à la marge. Il faut avoir l’air convaincu-e et beaucoup d’entre nous ne savent pas le faire quand on ne s’est pas convaincu-e soi-même. C’est d’ailleurs vrai quand on doit préparer une audition pour un poste qui ne nous fait qu’à moitié envie, voire pas du tout : il faut vraiment s’interroger sur les aspects du poste (il y en a toujours) qui nous motivent (une fac à taille humaine, une équipe restreinte dans laquelle on peut faire des choses, pas d’étudiant-e-s dans la discipline mais une grande liberté dans les sujets abordés, etc.), en parler dans le discours, être prêt-e à développer pendant les questions et… y croire.

2. Faire de la recherche sur le poste et l’Université/l’Institution qui recrute

  • Commencer par explorer à fond le site du département et prendre des notes, voire faire des copier-coller dans le document qui servira à préparer les réponses aux questions (celui qui fait 30 pages à côté du texte d’audition, qui n’en fait que 6). Il faut donc trouver les maquettes des licences et des masters, regarder tous les cours qui sont dans ses cordes car le ou la candidat-e recruté-e n’aura pas seulement à faire le cours de l’intitulé du poste.
  • Il faut aussi chercher tous les parcours où sa discipline est enseignée, les éventuelles bi-licences, les Master professionnels où le ou la candidat-e recruté-e sera susceptible d’intervenir.
  • Si c’est accessible, il faut aussi noter la liste des mémoires soutenus dans la discipline concernée et réfléchir à des possibles sujets de Master avec des sources disponibles localement ou en ligne.
  • Enfin, un outil très utile pour se familiariser avec le département (cela vaut aussi pour le laboratoire) est le dernier rapport de l’AERES/HCERES : ce rapport expose les caractéristiques, les points forts, les difficultés, les défis et la politique actuelle du département et du laboratoire dans lesquels le ou la candidat-e postule.
    • Questions-type : vous devez préparer un cours de licence 2 d’histoire de l’Europe / licence 1 de méthodologie/ vous devez intervenir dans le Master Patrimoine, Archives / dans le Master Communication scientifique (piège : ce Master est proposé par un autre département que le vôtre) etc. : quel manuel utilisez-vous? Quel plan de cours? Comment vous y prenez-vous du point de vue pédagogique? Comment utilisez-vous les outils numériques?
    • Questions-type : Vous n’avez jamais enseigné dans une université/fait un cours magistral/ vous n’avez pas passé les concours de l’enseignement : comment pensez-vous faire face à des étudiants de licence 1 dans mon université de grande banlieue ? / un amphithéâtre de 200 étudiants ? / un cours de préparation au CAPES? / à l’agrégation?
    • Questions-type : Quels sujets de mémoire pourriez-vous proposer dans le cadre du Master Recherche / Pro [intitulé] ?
  • Même travail sur le site du laboratoire : regarder les axes du plan quadriennal, les sous-axes, passer en revue tous les chercheurs et noter les noms des gens avec qui il serait possible de travailler, à cause de la zone, du thème, etc. Noter les derniers colloques importants, les séminaires en cours, et lire le rapport de l’AERES/HCERES.
    • Questions-type : quel projet ANR pourriez-vous lancer en collaboration avec des membres du département ? Quelle idée de séminaire de recherche ? de colloque ? Avec qui pourriez-vous travailler, sur quoi ? Comment définiriez-vous le terme « [l’un des mots du profil ou l’un des axes du laboratoire que vous avez mentionné »? [fait réel pour un poste en histoire sur « Production et productivité sociale de la norme » : « qu’entendez-vous par “norme” ? » ]
  • Comprendre les spécificités de l’endroit où l’on postule du point de vue des enjeux pédagogiques et de recherche : s’agit-il d’un IEP avec des étudiants choisis, mais dont aucun ne fait des études dans votre discipline spécifique ? Une Université de banlieue ? dans une région socialement défavorisée ? Le laboratoire cherche-t-il à se spécialiser, au fil de recrutements successifs, dans un domaine particulier et à la mode (histoire transnationale, par exemple) dont le nouveau ou la nouvelle collègue fera office de figure de proue – ou au contraire, le département souhaite-t-il remédier à un manque dans son équipe enseignante?
  • * Enfin, pour tous les postes où il faut participer à la préparation de concours qu’on n’a pas soi-même passés (CAPES, agrégation, CRPE, concours administratifs) et pour répondre au mieux aux questions que le jury ne manquera pas de vous poser à ce sujet, il faut faire des recherches spécifiques et poussées sur ces concours (sur les sites ministériels, on trouve toutes les informations nécessaires : les rapports de jury et les notes d’orientation). Cela permet de montrer au comité de sélection, et notamment aux internes, que l’on sait de quoi il s’agit, que l’on comprend leurs préocccupations, que l’on n’est pas venu-e les mains dans les poches, et – encore une fois – que l’on parle la même langue qu’eux et elles, qu’on partage le même vocabulaire, les mêmes référents : bref, une fois encore, qu’on leur parle d’eux, et d’elles. Pour cela, on peut mentionner les intitulés précis des épreuves (« pour la préparation de l’épreuve de mise en situation pédagogique / de synthèse de documents, par exemple, j’imaginais de proposer tel type d’exercice »), et mieux, reprendre les termes techniques autochtones (en casant à tout prix l’expression « transposition pédagogique » pour une audition en ÉSPÉ, par exemple : excellent conseil que m’avait donné une amie ATER en ÉSPÉ et qui connaissait bien cet univers). Par là, on montre qu’on est déjà un-e collègue et qu’on est un-e vrai-e professionnel-le.

3. Faire des recherches sur les membres du jury

  • Il faut d’abord télécharger leurs photographies, se faire un trombinoscope pour les reconnaître le jour de l’audition et savoir à qui l’on s’adresse.
  • Il faut ensuite les profiler en notant leurs livres, leurs intérêts de recherche, etc. Cela peut être utile pour :
    • glisser dans le discours des petits appels du pied, surtout à destination des membres internes d’un jury (voir le développement : « il faut leur parler d’eux et d’elles »).
      • Par exemple : si on travaille sur les hommes politiques et qu’un-e membre du jury travaille sur le genre, on peut parler « des hommes et des femmes politiques », voire lancer une perche (pour une question « vous avez parlé de…. pouvez-vous développer? » dont on aura préparé la réponse) en parlant de « manières sexuées de faire de la politique » ou des « rapports genrés à la politique ».
    • Ne pas être étonné-e par une question qui peut sembler hors-sujet par rapport à ses recherches, voire totalement à côté de la plaque, mais qui est liée aux objets du chercheur ou de la chercheuse en question, et comprendre ce que ce ou cette membre de jury a en tête et envie d’entendre ;
      • Par exemple : j’ai fait ma thèse d’histoire sur l’évacuation d’enfants espagnols en France pendant la guerre civile. Une fois, un membre d’un jury spécialiste des organisations de jeunesse m’a demandé si des « jeunes » (et pas juste des « enfants ») espagnols avaient été évacués en France pendant la guerre civile. Connaître le domaine de spécialité du chercheur en question m’a permis de ne pas être étonnée de cette question a priori un peu bizarre et qui n’avait rien à voir avec le profil du poste (« histoire politique ») pour lequel j’auditionnais, de comprendre ce que ce membre du jury avait en tête et donc, de confirmer par ma réponse la validité de la question (les membres du jury veulent qu’on leur parle d’eux). J’ai donc répondu que, quand bien même ces évacuations sont vraiment destinées à des enfants de 6 à 14 ans et ne concernent donc pas de « jeunes », en revanche, des organisations de jeunesse françaises ont contribué à l’accueil de ces enfants espagnols en offrant par exemple leur aide bénévole ou des terrains et infrastructures leur appartenant – quitte à « sublimer » un peu (mais pas trop) la vérité historique. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas rabrouer un-e membre du jury ou lui faire deviner que sa question n’est pas pertinente. En somme, au long de l’audition, il faut éviter de dire « non ».
    • éviter des impairs (par exemple, citer un-e auteur-e qu’un-e des membres de jury déteste et a détruit-e dans une recension) dans le discours et les réponses et, à l’inverse (j’insiste), disséminer des petits éléments susceptibles de plaire.
    • Enfin, cela peut aider à savoir qui sera un-e allié-e, mais aussi quel-le membre du comité soutient probablement un-e autre candidat-e (soit parce qu’il ou elle l’a dirigé-e en thèse, parce qu’ils sont sur les mêmes thématiques ou membres de la même chapelle, ou encore – très important mais moins visible – parce que ce membre de jury fait ou a fait son HDR sous la supervision du directeur ou de la directrice de thèse du ou de la concurrent-e en question). Le travail de profilage permet donc d’anticiper qui risque de glisser une peau de banane en posant une question sur un domaine dont le ou la concurrent-e est spécialiste et nécessairement plus compétent-e que vous (voir aussi ci-dessous les conseils concernant les postes à moustache). Dans ce cas, soit on a anticipé la question-piège et on a eu le temps de la préparer, soit, on peut faire une réponse simple et courte pour éviter de patiner, voire obliger ledit membre de jury à insister, dévoilant ainsi à ses collègues une forme d’acharnement qui peut susciter la réprobation.
      • * Par exemple : Un membre de jury qui coordonnait une ANR avec le directeur de thèse d’un concurrent (manifestement favori sur le poste) me pose une question sur la spécificité des archives numériques (domaine de spécialité du favori en question). J’avais anticipé une question de ce genre mais pas eu le temps de faire de la bibliographie sur le sujet pour préparer des réponses sur cette thématique. J’ai donc répondu à côté. Cela a été l’argument officiellement mis en avant lors des délibérations pour écarter mon dossier de la première place (une fois n’est pas coutume, j’ai reçu du président de ce comité un compte rendu des délibérations).

4. Faire des recherches sur les concurrent-e-s

  • Connaître ses concurrent-e-s permet d’un point de vue général de percevoir ce que le jury attend et recherche et de mettre en avant (sans le dire de cette façon) ses points forts par rapport aux autres.
    • Par exemple : si on est auditionné sur un poste « guerres coloniales ou mondiales », ce sera un point fort de montrer que (contrairement aux autres) on a un projet de recherche qui articule les deux.
  • Contrairement à ce que l’on croit, profiler un-e candidat-e en profondeur, regarder ses classements passés peut permettre de dégonfler la baudruche et de lutter contre l’angoisse : si l’autre était si fort-e, alors il ou elle aurait déjà été recruté-e (bien sûr ça ne marche pas comme ça mais ce n’est pas non plus tout à fait faux).
  • Dans le cas (trop fréquent) d’un poste à moustache (poste déjà attribué officieusement avant publication, et pour lequel le profil a été rédigé en fonction du ou de la candidat-e favori-te – qui porte la moustache, donc), ce travail permet non seulement d’identifier la moustache en question, mais surtout de mieux préparer l’audition : au lieu de décortiquer le profil du poste, il devient plus efficace de faire comme si le profil, c’était tout simplement le CV de la moustache. C’est d’autant plus efficace que les profils moustachus sont souvent mal rédigés et difficiles à comprendre, pour brouiller les pistes ou inclure des compétences qu’on trouve rarement chez une seule et même personne (par exemple, être spécialiste de la guerre d’Algérie et de la désindustrialisation, d’histoire sociale et d’humanités numériques, etc.). Une fois qu’on a identifié la moustache, il est beaucoup plus facile de préparer l’audition, et de se préparer aux questions-pièges (voir l’exemple donné précédemment).

5. Préparer un discours ultra-peaufiné et minuté

  • Le discours est la première clé de la réussite. Il faut l’écrire, le réécrire, le faire relire, le tester en audition blanche puis quand on a la version finale, l’apprendre par cœur *en le répétant. Apprenez vos intonations, souvenez-vous des moments (obligatoires dans un discours) de pause, de respiration.
  • Classiquement, le discours est organisé de la sorte : brève entrée en matière, rappel rapide du parcours, expérience d’enseignement, recherche, expérience en matière d’administration ou de projet collectif. Il s’agit d’éléments présents dans le CV analytique mais présentés sous une forme nouvelle, plus synthétique, et (encore) plus adaptée au profil du poste. Le mieux est de récolter plusieurs discours autour de soi pour voir à quoi un tel discours peut ressembler et ensuite en faire un qui soit adapté à son propre parcours, à sa personnalité et… au poste.
  • * En effet, l’une des clés d’un bon discours d’audition, c’est de le considérer comme la réponse à une dissertation dont le sujet serait : « en quoi correspondez-vous au profil et aux attentes du poste et du jury ? Vous répondrez en revenant sur votre parcours, votre expérience d’enseignement, vos recherches passées et futures et votre expérience en matière d’administration ». Pour le dire autrement : le profil, c’est le fil directeur de tout le discours.
    • * C’est le cas dès la présentation du parcours académique et professionnel. On a souvent tendance à minorer l’importance de ce premier moment du discours (surtout quand on a le modèle des auditions CNRS en tête). Or, il ne s’agit pas seulement de présenter un projet de recherche, mais un-e futur-e collègue. Le début du discours (environ 1 minute, voire 2) doit être pensé comme un moment où l’on décline son identité d’enseignant-chercheur ou d’enseignante-chercheuse, en l’adaptant au profil. Il ne s’agit donc pas seulement de balancer tous ses diplômes, mais de montrer comment, d’une certain manière, dès la licence ou le Master, on a toujours eu en ligne de mire un poste comme celui pour lequel on candidate aujourd’hui (l’histoire religieuse du Moyen Âge, c’est moi !!! Un poste de sociologie économique en IEP, c’est moi ! L’histoire sociale du politique, c’est moi !).
    • * Pour l’enseignement et la recherche, il est inutile d’aller dans le détail. Mieux vaut montrer les grandes thématiques des recherches et les approches utilisées (qui sont évidemment liées au profil) que de revenir sur les conclusions de la thèse. L’important est 1) de faire comprendre le type d’histoire (ou de sociologie / de science politique, etc.) qu’on fait, et 2) de montrer qu’on n’est pas juste un-e docteur-e qui a fait sa thèse dans son coin, mais un-e enseignant-e-chercheur-e complet ou complète : inséré-e dans des réseaux, qui participe au grand monde de la recherche, qui a publié des articles (voire des livres), qui a participé à la refonte des maquettes de la licence, qui a organisé des colloques, etc. L’idéal étant non pas de dire « je suis intégré-e dans plusieurs réseaux internationaux » mais de mentionner au bon moment et de manière naturelle ses réseaux, colloques et publications dans le cours d’un exposé dont le fil directeur secret reste « le profil du poste et moi ».
      • * Par exemple: si on candidate sur un poste d’histoire politique, on explique d’abord comment on a été amené-e très tôt à se spécialiser en histoire politique, puis les enseignements d’histoire politique qu’on a faits (tout en précisant les cours en dehors de ce domaine de spécialité), et enfin, en quoi les recherches passées, présentes et futures explorent différentes dimensions et thématiques (disons, deux ou trois) de l’histoire politique. En somme, l’expression « histoire politique » figure dans le chapeau de chaque partie du discours, qui la développe de différentes manières ;
      • * Par exemple : si on candidate en IEP ou dans un département d’une autre discipline que la sienne, on peut montrer au long du discours en quoi on a un profil pluridisciplinaire et polyvalent.
  • Sur la forme, il faut prendre garde à oraliser, à écrire des phrases simples, dynamiques. Il est conseillé d’annoncer un plan (« je reviendrai, tout d’abord, sur mon parcours, je développerai ensuite mes expériences et mes projets d’enseignement, et j’exposerai enfin mes recherches passées et présentes »), de signaler quand on passe d’un point à un autre, d’utiliser des outils du type « … pour deux raisons : premièrement… deuxièmement ». Bref, prenez vos auditeurs et auditrices par la main, ils et elles sont fatigué-e-s et vont entendre beaucoup de discours d’auditions aujourd’hui.
  • En plus du discours, il faut travailler sur un autre document dans lequel sont listées toutes les questions anticipées sur le poste en question et dans lequel on écrit au fur et à mesure de la préparation de l’audition des réponses, qui doivent toutes faire une minute. Outre que souvent ces questions tombent effectivement, cela aide à être et se sentir prêt-e pour le jour J.

6. Se préparer physiquement et mentalement  (à l’audition et à ses lendemains)

  • On peut faire de la sophrologie ou de la méditation, qu’importe. Mais il faut se préparer à la situation de l’audition comme on le ferait pour une pièce de théâtre ou un concours : * s’imaginer le lieu, visualiser les membres du jury à l’avance, penser à son langage corporel, tout cela pour se sentir (le plus) à l’aise (possible) en entrant dans la salle et en y prenant place.
  • * Enfin, n’oublions pas qu’une audition réussie, voire parfaite, n’aboutit pas toujours à un classement en première position (sinon, ça se saurait). On peut considérer qu’en moyenne, le ou la candidat-e n’a prise que sur la moitié (parfois, beaucoup moins) des facteurs de la prise de décision, par son dossier et la manière dont il ou elle l’a mis en valeur dans son CV analytique et pendant son audition. Le reste lui échappe. Donc, il ne faut pas s’en vouloir si on a fait le maximum et que ça n’a pas marché : la méritocratie, c’est (en grande partie) fini après la soutenance de thèse. On peut aussi avoir été invité-e à l’audition sur l’insistance d’un-e rapporteur-e qui a beaucoup aimé le dossier, et ne pas être classé-e à la fin parce que la majorité du jury le juge hors profil, donc hors compétition. Contre l’amertume que tout cela peut créer, pas de solution miracle – mais quelques conseils à titre purement personnel :
    • * ne pas hésiter à aller chercher du réconfort auprès de ses ami-e-s (avec pot de glace à la vanille et chocolat à l’appui : après tout, vous souffrez), et à se plaindre auprès d’eux et elles au maximum. Cela aidera à avoir la force de continuer à arborer un sourire et une sérénité parfaits auprès des collègues (qui peuvent être demain dans un comité ou vous recommander) pour éviter à tout prix de se construire une réputation de râleur ou de râleuse. Bref, faire contre mauvaise fortune bon cœur, sans se laisser envahir par la mélancolie des marécages, comme le disait Atreyu dans mon enfance.
    • * éviter d’en vouloir à l’heureux ou à l’heureuse élu-e, même s’il ou elle a eu le poste « grâce à son directeur ou à sa directrice », parce qu’il ou elle était candidat-e local-e, etc. Que celui qui a refusé un coup de pouce de son directeur ou un poste dans le département où il ou elle a été vacataire pendant cinq ans jette la première pierre aux autres.
    • * Enfin, en dehors du facteur psychologique (et des somatisations diverses et variées que des auditions malheureuses peuvent susciter), ne pas oublier qu’il n’y a que du bon à avoir été auditionné-e : cela valorise le dossier (grâce aux wikis des auditions qui publient souvent les noms des auditionné-e-s, et parce qu’une audition et un classement peuvent être portés sur le CV), c’est un entraînement, et cela fait connaître et circuler le dossier. Il arrive par exemple d’être invité-e à intervenir en séminaire après une audition par un-e membre du comité, et ce même si on n’a pas été classé-e. Il est aussi courant de retrouver les mêmes têtes de comité en comité, qui finiront par se dire que, maintenant, c’est votre tour. J’ai même vu des membres de comité sur des postes moustachus se racheter une conscience en recommandant un-e candidat-e malheureux ou malheureuse auprès des membres de son prochain comité de sélection. Bref, même si ça n’a pas marché, il faut se souvenir que dans la situation actuelle, être auditionné-e est déjà un exploit.

LIen:


Ce contenu a été publié dans Conseils aux candidats par Célia Keren, et marqué avec , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Célia Keren

Célia Keren est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à Sciences Po Toulouse. Elle s'intéresse aux mobilisations qui se situent à l’interface du politique et de l’humanitaire, en particulier autour de l’aide à l’enfance. Après plusieurs travaux sur la guerre d’Espagne, ses projets futurs portent sur le monde syndical de la Belle Époque.

2 réflexions au sujet de « Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire