Haro sur la liberté universitaire en Hongrie et en Russie

Une nouvelle législation vient d’être introduite à l’Assemblée nationale hongroise (Országgyűlés) qui vise la Central European University spécifiquement, une des plus prestigieuses universités d’Europe centrale et orientale.

CEU est une université privée « dédiée à l’enquête intellectuelle socialement et moralement responsable »: elle est accréditée à la fois en Hongrie et aux États-Unis, et reconnue par une loi hongroise spécifique éponyme ; elle est financée de façon indépendante par une fondation, auxquels s’ajoutent des donations philanthropiques, des partenariats, les frais de scolarité étudiante et les contrats de recherche. La CEU dispose d’une réputation élevée, et sert annuellement environ 1500 étudiants originaires de plus de 100 pays.

Des inquiétudes touchant à « l’influence étrangère potentielle » ont conduit le gouvernement populiste Orbán à s’attaquer à la CEU. Les propositions d’amendement à la loi CCIV de 2011 sur l’enseignement supérieur national, viennent d’être présentées le 28 mars 2017 au parlement, afin de :

      • D’interdire la Central European University de continuer ses activités sous son nom actuel, sauf si elle adopte un nouveau nom pour son organisation hongroise

      • D’imposer un permis de travail aux enseignants non originaires de l’Union européenne qui serait accordé par le gouvernement hongrois ;

      • D’interdire à la CEU de délivrer des diplômes américains à ses étudiants dans le cadre de son organisation hongroise même si la Hongrie et les États-Unis sont des membres OECD ;

      • D’exiger que la CEU ouvre un campus dans l’État de New York.

Début de la pétition Save Central European Université sur Change.org

L’inquiétude gagne les universités privées en Europe orientale, comme on peut l’apprendre sur le site de pétition Change.org ou par différentes tribunes dans la presse occidentale. Le modus operandi n’est pas si différent de celui qui s’est exercé contre la European University at St. Petersburg. Le 7 décembre 2016, Rosobrnadzor, le gendarme russe pour l’éducation, a suspendu l’autorisation de cet établissement d’enseignement supérieur de niveau Master et doctorat pour les sciences humaines et sociales. Le 20 mars 2017, la licence a été révoquée par décision judiciaire, ce qui prendra effet après l’examen de l’appel interjeté par la EUSP. Une autre université majeure pour les sciences humaines et sociales en Russie et en Europe orientale sera ainsi contrainte à arrêter ses enseignements. Il s’agit là d’un ultime avatar de la politique de Vlad1m1r Pout1ne vis-à-vis, notamment, des historien.ne.s dont les recherches viendraient entraver la politique de l’histoire que le président russe met en œuvre, grâce aux financements internationaux – ce qui les affuble du stigmate « agents de l’étranger ». La bataille, pourtant, se joue davantage au cœur de l’Europe, à Budapest.

Nous reproduisons ci-dessous, avec l’accord de son auteur, une traduction du courrier envoyé par László Kontler, professeur au Département d’histoire de la Central European University.

Budapest / Göttingen, 2 avril 2017

Cher, chère collègue,

Vous avez pu prendre connaissance, dans la presse internationale, que l’étape la plus récente prise par une Hongrie en dérive vers une « démocratie illibérale », alors que le premier ministre adopte progressivement un système à la façon Poutine, le maintien de l’existence de mon institution, Central European University, est en question. La raison tient au dépôt d’un amendement de la loi hongroise sur l’enseignement supérieur introduit par le gouvernement le 28 mars 2017 (sans aucune consultation des organisations concernées). Techniquement et officiellement, le but est d’organiser adéquatement l’exercice des institutions étrangères d’enseignement supérieur (soit environ une vingtaine). mais les mesures proposées, en substance, conduisent à remettre en cause le maintien en Hongrie des programmes d’enseignement de la CEU accrédités par les Américains – et, comme ceux-ci constituent l’essence de l’institution (la CEU dispose d’une accréditation double par les États-Unis et par la Hongrie), cela reviendrait à éliminer l’université du pays.

Parmi les différentes clauses du projet d’amendement législatif, intéressons-nous seulement à deux d’entre elles.

  1. La CEU, l’université hongroise la plus reconnue au plan international – qui a exercé légalement en Hongrie pendant 25 ans sur son campus unique de Budapest – se verrait désormais demander de commencer à poursuivre ses activités d’enseignement (soit de se dupliquer) dans son pays d’origine (les États-Unis), pour aucune raison apparente sinon que, aux yeux du gouvernement, cela ferait d’elle une « vraie » université étrangère.
  2. Elle exigerait que l’Université exerce, à l’avenir, selon les termes d’un accord international, signé entre le gouvernement de la Hongrie et une entité américaine (dans la mesure où l’État fédéral n’est pas concerné, il s’agirait vraisemblablement, dans notre cas de l’État de New York où la CEU est accréditée). (La date-limite pour remplir ces conditions est fixée le 15 février 2018. Tout échec à remplir ces conditions conduira à se voir retirer l’autorisation d’exercer (à une limite: les étudiant.e.s admis jusqu’à cette date seront autorisés à achever leur diplôme).

Plus généralement, le projet d’amendement soulève la question de la liberté universitaire. La première condition impliquerait des investissements inconsidérés, sans relation aucune avec la qualité académique de l’enseignement que procure la CEU (qui est très élevée selon les standards vérifiables – mais, ostensiblement, le principal souci des rédacteurs de l’amendement).   La deuxième soumettrait une université privée, gouvernée par un comité de gouverneurs constitué de plus de 20 experts et de gestionnaires d’enseignement supérieur largement respectés, au contrôle de décideurs politiques en matière de gouvernance, de curriculum, de recrutement et de licenciement, de sélection, etc. Nous jugeons que ceci est inacceptable.

Les jours qui ont suivi le 28 mars [2017] quand le projet d’amendement a vu le jour et la conférence de presse organisée par Michael Ignatieff, président et recteur de la CEU qui a suivi, ont vu naître un mouvement de solidarité au niveau national et international dont les dimension ont excédé nos vœux les plus chers.  De partout dans le monde, des dizaines d’organisations et d’associations académiques prestigieux (allant de départements d’université à des instituts de recherche et à des associations professionnelles) et des centaines de chercheurs et de chercheuses distinguées ont exprimé leur consternation devant ces événements, ainsi que leur soutien à la CEU et à la cause qu’elle défend. Les prises de position publiques – pour ne citer qu’un petit nombre d’entre elles – émanent de la British Academy et de la European Consortium for Political Research, ainsi que les lettres communes de 14 économistes lauréats Nobel, tous les Regius Professors of History passés et présents, et plus d’une centaine d’universitaires américains issus d’une grande diversité de disciplines. Des chercheurs comme Wolf Lepenies and Jan-Werner Müller ont publié des articles sur le sujet. Une pétition a rassemblé plus de 30 000 signatures dans les cinq premiers jours, et, alors que j’écris ces lignes, 10 000 manifestants se sont rassemblés devant le parlement hongrois pour protester contre l’interférence gouvernement avec la liberté universitaire – une foule impressionnante, si l’on considère la nature du propos.

Il faut admettre que, si l’on considère la nature de la politique hongroise aujourd’hui, il y a peu de doute que rien de tout cela ne va empêcher le gouvernement de faire valider de toute urgence le parlement dans les prochains jours.  Cela ne mettra pas, pour autant, un point final à l’histoire. Suivant les possibilités offertes par la loi pour interjeter appel ou/et influer sur les modalités de son application, il faut que le fort soutien qui s’est manifesté ces derniers jours se poursuive, avec l’espoir que, en lien avec d’autres facteurs, cela puisse faciliter ou imposer un modus vivendi. Au nom de la CEU, je vous invite à considérer toute forme d’expression de soutien, individuelle, collective, institutionnelle, que vous pouvez mobiliser. Je vous saurai gré de faire circuler largement cette information. Pour en savoir davantage, la page web principale de la CEU est continûment mise à jour. Pour ce qui touche aux marques de solidarité, vous pouvez vous rendre directement à https://www.ceu.edu/category/istandwithceu .

Votre coopération nous importe immensément. Merci.

László Kontler
Professor, History Department
Central European University
H-1051 Budapest, Nádor u. 9.
Hungary

Ce jour – 4 avril 2017 à 21h41 –  nous recevons un message de Michael  Werner sur tlm@ehess.fr.

En dépit des manifestations sur place et de l’énorme vague de protestation internationale, l’Assemblée nationale de Hongrie vient de voter, cet après-midi et en urgence, la modification de loi concernant les « universités étrangères ». Elle a même durci le projet, en réduisant le délai de « régularisation » dont le terme a été fixé au 1er janvier 2018. Le gouvernement Orban a donc choisi la politique du fait accompli.

Pour la CEU, la lutte pour la survie s’annonce très dure. Le recteur a annoncé, entre autres, qu’il saisira le président de la république de Hongrie, qui l’a nommé il y a à peine un an, ainsi que la Cour constitutionnelle. Dans ce combat, la solidarité académique internationale constituera à n’en pas douter un apport de poids.

Si cela vous intéresse, vous pouvez suivre la conférence de presse du recteur de cet après-midi sur YouTube.

En dessous, on pouvait lire jusqu’à vers 18 heures des commentaires ultra-nationalistes d’une violence inouïe qui ont été rendu invisibles depuis.

Bien cordialement,

Michael Werner

 


Laisser un commentaire