Incarcérations et purges en Turquie: résistances des Universitaires pour la paix

Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute: le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités.
Je suis en actuellement en année sabbatique à Londres mais j’ai passé les derniers jours à Istanbul pour participer à la mobilisation de Boğaziçi contre cette décision. Je vous envoie en pièce jointe trois traductions en anglais (réalisées par des étudiants et moi-même) d’interventions publiques s’étant tenu ces derniers jours:
– mon intervention devant des étudiants et collègues le 10 mars;
– la conférence de presse des enseignants et moi-même le 13 mars;
– un entretien publié sur le site internet « Diken ».
J’espère que ces documents vous permettront de mieux comprendre la situation et mon état d’esprit actuel, loin de la tristesse et de l’abattement que beaucoup d’entre vous ont supposés. […]
 Academia a obtenu l’autorisation de Noemi Lévy-Aksu, assistant professor à l’Université du Bosphore, de publier le courrier qu’elle a fait parvenir à ses collègues universitaires français, ainsi que les documents qui l’accompagnait. La situation de Noemi, citoyenne française, résidente en Turquie depuis longtemps qui a demandé la nationalité turque, ou de son collègue Abbas Vali, scandaleuse, doit être replacée au regard de ce que connaissent les universitaires nationaux en Turquie, à l’instar du mathématicien K* E* qui a récemment publié une tribune dans la Gazette des mathématiciens. Un collègue – qui a souhaité rester anonyme – nous a autorisé à publier un texte afin de permettre de comprendre aux lecteurs et aux lectrices d’Academia pourquoi la purge d’État orchestrée par Erdogan visent un ensemble d’universitaires précis, liés par leur opposition à la disparition de l’État de droit. Academia poursuit ainsi son exploration des situations des universitaires ailleurs dans le monde.
 *
*      *
2 mars 2017

« Il nous faut un Léviathan » : telle semble être l’idée qui anime le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, son entourage, et son parti, le Parti de la Justice et du Développement (AKP). L’épuration administrative massive s’accélère depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 ; l’objectif ne semble rien de moins que de refonder l’État turc sur de nouvelles bases idéologiques, fusionnant le nationalisme et l’islam politique. Frappant au nom de la lutte contre le « terrorisme », elles ne se sont pas limitées à la sphère d’influence de la confrérie Fethüllah Gülen incriminée pour le coup d’État : mises à pied, mises en examen et les incarcérations se sont multipliées à droite comme à gauche de l’échiquier politique.

Motifs d’une purge

La politique d’épuration accélérée qui touche aussi les universitaires turcs semble avoir une double dimension. Premièrement, elle permet au parti et au chef de l’État au pouvoir de régler leurs comptes respectifs avec leurs diverses oppositions et avec les défenseurs de l’État de droit. Et parmi les objets de rancune du gouvernement actuel, les universitaires d’opposition et surtout les signataires de la pétition des « Universitaires pour la paix », tels K* E* ou Noémie Levi-Aksu, figurent en bonne place. Deuxièmement, elle assied le régime sur une organisation étatique mise au service du camp de la « Nouvelle Turquie » de l’AKP : les fonctionnaires victimes d’épuration trouvent des remplaçants recrutés selon des critères idéologiques parfois affichés durant le recrutement même. Les grands groupes financiers qui bénéficient de contrats publics sont placés sous le contrôle de kayyums (administrateurs publics). Pourquoi cette mise au pas ? Et pourquoi mettre en ligne de mire un mouvement d’universitaires défenseurs de l’État de droit comme les Universitaires pour la paix ?

En première analyse, on peut lire dans ces développements un cas d’école : cela représente, ni plus, ni moins, l’instauration d’un autoritarisme, par remplacement ou étouffement des diverses oppositions à l’intérieur de l’État. Cependant, cette idée se heurte à la pratique du pouvoir de Recep Tayyip Erdoğan : le chef de l’État n’impose pas un consensus ; il polarise constamment l’opinion, toujours à dessein. L’opinion publique turque est de fait profondément divisée, et la perspective d’un référendum sur l’instauration du régime présidentiel le 16 avril ne fait que renforcer cette configuration clivée.

La présidentialisation du régime est l’objectif martelé par l’actuel chef de l’État depuis que des poursuites pour corruption, initiées par des juges proches de la confrérie Fethüllah Gülen en décembre 2013, ont visé son proche entourage avant d’être étouffées. Le système présidentiel est affiché comme une garantie de stabilité face à plusieurs oppositions extra-parlementaires armées concomitantes, du Parti des Travailleurs Kurdes (PKK) à l’État islamique (EI), en passant par le mouvement Gülen désormais systématiquement décrit comme « l’Organisation Terroriste Fethüllah Gülen » (FETÖ). La présidentialisation de la vie politique est cependant largement perçue dans l’opinion comme un bouclier pour M. Erdoğan : face à une opposition très divisée, qui pourrait le battre dans un deuxième tour ? Le chef de l’État turc ne semble pas s’attacher à transformer l’opinion publique tant qu’à mobiliser un électorat lui permettant de rester majoritaire.

Confluence des oppositions: la crainte du régime

Tout ce qui montre la fragilité de cette majorité est du coup devenu l’objet de l’ire du pouvoir, et notamment, le rappel de la confluence des oppositions, pendant les élections législatives de juin 2015, canalisée par le refus du système présidentiel. Aux oppositions parlementaires kémaliste (CHP, Parti Républicain du Peuple) et nationaliste de droite (MHP, Parti de l’Action Nationale, droite nationaliste culturellement musulmane, mais pour partie laïque militante), se sont alors adjoints divers mouvements qui avaient fleuri lors du mouvement de Gezi, en mai-juin 2015, réunis sous la bannière du Parti démocratique des peuples (HDP). Ce dernier a réuni l’ancien parti kurde et plusieurs mouvements minoritaires dans la proposition d’un État anatolien multiculturel, féministe, et ouvert à la différence nationale, linguistique, religieuse ou sexuelle.

C’est de ce dernier milieu qu’est issue la pétition des Universitaires pour la paix lancée au début de 2016. Le mouvement de Gezi avait fédéré les oppositions à l’AKP autour de la place Taksim à Istambul. Prendre l’aménagement urbain, en l’occurrence un projet de centre commercial et de vaste mosquée dans le quartier emblématique de la modernité kémaliste, la place Taksim d’Istanbul, comme point d’entrée, s’est avéré particulièrement intéressant pour critiquer le mode de décision autoritaire et affairiste du gouvernement et la coloration religieuse des grands investissements publics. Très rapidement, le mouvement a fédéré la revendication d’une pluralisation de la Turquie, revendication captée par le HDP, mais également par le CHP. Les élections législative de juin 2015, ont manifesté les effets de cet état d’esprit oppositionnel et pluraliste, ainsi du reste que le lâchage de l’AKP par une fraction conservatrice de la population kurde, tout en focalisant le débat sur la question du régime présidentiel. L’AKP se retrouve en majorité relative – configuration ordinaire dans le système parlementaire turc – mais que le président Erdoğan dénonce en invoquant le besoin de stabilité du pays, tandis que ses lieutenants évoquent le spectre des assassinats politiques en série qu’a connus le pays dans les années 1990.

À partir des élections du 7 juin 2015, la séquence des événements s’est accélérée : le 20 juillet, un attentat attribué à l’État Islamique frappe à Suruç, dans le sud-est du pays, un convoi humanitaire emportant des jouets pour les enfants de la ville kurde de Syrie de Kobane, assiégée par les troupes de ce même État Islamique. En réaction, le PKK accuse le gouvernement turc de complicité dans l’attentat, et un certain nombre de municipalités du sud-est du pays se déclarent « communes autonomes », détachées de facto de l’autorité gouvernementale d’Ankara. M. Erdoğan décide en représailles de suspendre les négociations entamées depuis 2014 avec le PKK en vue de la fondation d’une région autonome au Kurdistan. Le retour à la confrontation armée prend des formes exceptionnellement violentes à l’endroit des populations civiles : plusieurs municipalités, à commencer par celle de Cizre, puis celle de Sur – qui fait partie de la vaste agglomération de Diarbakır – sont placées sous couvre-feu et hermétiquement fermées, en particulier à la presse, pour être soumises à une occupation systématique accompagnée de bombardements aériens ? Le refus du président Erdoğan de former un gouvernement de coalition – et ce, bien qu’aucune prérogative semblable, ni aucun droit de dissolution ne soit associé à la fonction présidentielle – place à la fin de l’été le pays dans une situation de campagne électorale et de guerre civile dans le sud-est. Étrange moment que les six mois entre les deux élections législatives ! Tout au long de ces six mois, l’AKP chapeaute une répression du mouvement armée kurde tout en s’affichant toujours symboliquement comme le parti ouvert aux Kurdes, à la différence du nationalisme kémaliste. Le pari est cependant gagné, du fait notamment de l’érosion de la droite nationaliste du MHP, et l’AKP remporte aux législatives de novembre 2015 49% des suffrages et une majorité absolue au parlement, insuffisante cependant pour faire passer une réforme constitutionnelle.

La pétition Academics for Peace (Universitaires pour la paix)

C’est dans ce nouveau contexte – celui de la confrontation au Kurdistan, celui de l’échec électoral de l’opposition dynamisée par le mouvement de Gezi, mais aussi celui de l’aspiration contrariée de M. Erdoğan au régime présidentiel – qu’est lancée début 2016 la pétition « Nous ne nous rendrons pas complice de ce crime » par les Universitaires pour la paix, un mouvement poussé en particulier par des enseignants des grandes facultés du pays, parmi lesquelles Université du Bosphore, Université Technique du Moyen-Orient, etc. Le texte, tout en évoquant les aspirations politiques et sociales de la population kurde de Turquie, met l’accent sur la violence étatique contre des populations civiles pour se désolidariser du gouvernement et de l’appareil d’État. La réponse officielle est prompte : les universités et le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK) engagent des enquêtes contre les signataires, que le gouvernement menace de poursuites judiciaires pour incitation au terrorisme. Quatre des initiateurs de la pétition, dont K* E*, sont poursuivis, avant que la justice n’abandonne la procédure faute de motifs d’inculpation.

L’affaire ne s’arrête cependant pas là. De manière paradoxale, la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 élargit le champ des possibles pour le gouvernement turc. Très rapidement, l’analyse de la population des principaux leaders du mouvement et de la chronologie de leur recrutement confirme le gouvernement dans sa conviction et dans son désir de puissance. Les officiers qui ont piloté le mouvement sont pour une bonne part des membres de la confrérie Fethüllah Gülen. Ils ont été recrutés entre la purge du haut-commandement kémaliste laïc en 2010, et la rupture entre M. Erdoğan et le mouvement Gülen en décembre 2013, lorsque des procédures judiciaires pour corruption sont engagées contre le proche entourage de l’actuel président, alors Premier ministre. Nationalistes turcs laïcs et opportunistes constituent les autres composantes de la conjuration. Le mouvement Gülen devient l’objet et le prétexte de la répression. Elle frappe tous azimuts tous ceux qui, par la force des circonstances ou par amalgame, peuvent être présumés coupables de « terrorisme », qu’il soit güléniste, dans la mouvance du PKK, ou bien, secondairement, dans l’orbite de l’État Islamique. Elle frappe notamment la contestation audible des universitaires : parmi les récentes mises à pied de fonctionnaires, un décret-loi cible des figures intellectuelles de premier plan pour leur association avec la pétition des Universitaires pour la paix, alors que jusque-là, les signataires visés étaient surtout des maîtres-assistants et autres précaires supérieurs en attente de titularisation. Au-delà de faire taire les oppositions, il s’agit de former les générations futures en conformant les esprits : lors des entretiens organisés d’urgence pour recruter des enseignants du primaire et du secondaire – environ un million d’élèves s’étaient retrouvés déscolarisés après les congés de septembre 2016 – les impétrants se sont vus demander comment ils avaient considéré le mouvement de Gezi, et ce genre de question prévalait sur les éléments de compétence professionnelle.  Depuis juillet 2016, la Turquie met en place un Léviathan éducatif et un « appareil idéologique d’État », comme dirait Castoriadis, dans lequel la compétence pour le poste est secondaire par rapport à l’allégeance politique.

Il y a quelque chose de rationnel dans la traque des gülénistes, qui, grâce à leurs maisons de soutien scolaire et leur mobilisation lors du tremblement de terre de 1999 à Bursa et Istanbul, se sont assurés une autorité invisible, qui a favorisé le recrutement de nombreux fonctionnaires et officiers. Ces derniers sont suspects d’obéir aux ordres de la confrérie avant ceux de leurs supérieurs hiérarchiques au sein de l’État. Cependant, longtemps alliée de l‘AKP et toujours associée aux principaux relais du commerce extérieur turc en Afrique et en Asie, la confrérie Fethüllah Gülen s’avère capable de tenir en respect le gouvernement. La répression des oppositions ostensibles comme celle de l’HDP ou des Universitaires pour la paix, accusés d’être les fourriers ou au mieux les idiots utiles du nationalisme séparatiste kurde, semble dans cette mesure une forme de repli de la politique d’épuration sur des cibles aisément identifiables et faciles à criminaliser par association.

L’ironie est que les chefs de la conjuration de juillet 2015, souvent issus de l’armée de l’air et de la gendarmerie, sont ceux qui ont poussé à la radicalisation de la violence dans les municipalités du Kurdistan à partir de juillet 2015, et notamment ceux qui ont fait bombarder Cizre. Au lendemain du 16 juillet, nombre d’activistes kurdes se réjouissaient sur les réseaux sociaux de leur perte.

En frappant ostensiblement une opposition intellectuelle, M. Erdoğan fait montre d’une rancune tenace contre ceux qui sont accusés tout à la fois de l’avoir contesté durant Gezi, de l’avoir empêché de présidentialiser le régime en juin 2015 et d’avoir pris fait et cause pour le nationalisme kurde à partir de juillet de la même année. Cependant, est une rancune tristement rationnelle, qui permet de mobiliser un pouvoir d’État dont la fiabilité, dès lors qu’il s’agit de s’en prendre au mouvement Gülen, apparaît incertaine.

Faire taire la contestation ou hypothéquer l’avenir?

Par sa capacité à polariser l’opinion et l’impossibilité où il se trouve d’éliminer ses ennemis politiques les plus dangereux, M. Erdoğan s’éloigne de fait de la voie de l’autoritarisme, même si les conditions politiques – et notamment les critiques des pays occidentaux après juillet 2016 face à une répression qui amputait la capacité stratégique de l’armée – l’ont poussé à se rapprocher de M. Vladimir Poutine. S’il ne réussit pas à éliminer électoralement l’opposition, M. Erdoğan, qui peine au vu des sondages récents à populariser son projet d’instaurer le régime présidentiel, est en train de créer un État fait d’allégeance à l’AKP et à la « Nouvelle Turquie » réislamisée, et de cliver les espaces de débat public : tandis que les Universitaires pour la paix sont progressivement éloignés de l’université et du marché du travail, les représentants du parti au pouvoir fuient la contradiction dans les médias. À défaut de contrôler l’opinion publique par un État tout-puissant, le gouvernement turc rend la société turque sourde à la contestation.

 *
*      *
Concluons avec la fin de la correspondance de Noemi Levi-Aksu:

Je me contenterai d’insister ici sur deux points, pour répondre à vos questions et suggestions:

  • je ne suis pas à la recherche d’un poste, permanent ou temporaire. Ma priorité est de retrouver mon poste à Boğaziçi. Par ailleurs, je suis actuellement affiliée au département de droit de Birkbeck College (Londres), où je bénéficie d’un Newton International Fellowship, valable jusqu’en octobre 2018. Je complèterai mes revenus d’une manière ou d’une autre. La carrière universitaire n’a jamais été une fin en soi pour moi, si cet épisode me permet de toucher à d’autres activités, ce sera tant mieux.
  • je ne souhaite pas d’intervention diplomatique française en ma faveur, pour deux raisons. D’abord, vu les silences et la timidité de la France et de l’Europe sur les exactions bien documentées dans les régions kurdes  (cf. le rapport de l’ONU qui vient d’être publié: http://www.ohchr.org/Documents/Countries/TR/OHCHR_South-East_TurkeyReport_10March2017.pdf) et les autres atteintes multiples aux droits de l’homme et libertés, je trouverais indécent que la diplomatie se mobilise pour mon cas personnel. Ensuite (et surtout), je n’ai pas signé la pétition en tant que française et cela fait désormais bien longtemps que je ne me considère plus comme une étrangère en Turquie. Comme certains d’entre vous le savent, j’ai demandé la nationalité turque il y a plus d’un an, ce qui aurait fait de moi une bi-nationale. Cette demande n’a plus de chance d’aboutir dans un avenir proche mais je ne souhaite pas que mon sort soit distingué de celui des centaines de collègues qui subissent un sort similaire au mien (et souvent bien pire).

Si vous voulez témoigner votre soutien, voilà quelques suggestions qui sont susceptibles de changer, concrètement, la situation des universités ou celles des victimes des purges:

 

  1. Contribuer à la solidarité financière avec les enseignants victimes des purges. Le syndicat Eğitim-Sen, qui reverse un salaire minimum à ses membres licenciés, est au bord de la faillite devant l’ampleur des purges. La fédération Internationale de l’Education a ouvert un compte pour soutenir son effort, si vous souhaitez contribuer vous trouverez tous les détails à l’adresse suivante: https://www.ei-ie.org/en/uaas/uaa_details/68
  2. Accueillir des universitaires licenciés dans le cadre du programme PAUSE d’aide aux chercheurs en danger ou créér d’autres opportunités d’accueil.
  3. Accueillir des doctorants de Turquie touchés par la répression. Beaucoup ont vu leur allocation et/ou leur poste d’assistant supprimés et sont dans l’incapacité de continuer leur thèse dans leur université turque d’origine.
  4. Cesser toute collaboration avec le Conseil de l’Enseignement Supérieur d’Ankara , directement à l’origine de mon licenciement et impliqué dans toutes les purges qui se tiennent depuis des mois.
  5. Reconsidérer les partenariats avec TÜBİTAK, l’Agence de recherche turque qui reste un partenaire de l’ANR et d’autres agences de recherche en Europe. Depuis des mois, TÜBITAK n’a cessé de discriminer les signataires de la pétition et autres opposants, par des mesures telles que la suspension de bourses et le refus de projets.
  6. Si votre université est partenaire Erasmus de Boğaziçi, écrire au recteur (Mehmed Özkan), pour l’informer que vous suivez de près la situation et que vous attendez qu’il utilise tous les moyens à sa disposition, y compris le recours en justice, pour s’opposer à cette décision et empêcher de futures purges. Ce genre de démarches est encore plus nécessaire vis-à-vis des autres universités touchées par les purges où, contrairement à mon cas, les recteurs ont été à l’initiative des licenciements.

En vous remerciant à nouveau pour votre soutien,

Amitiés,  Noémi

 

Quelques liens:


Laisser un commentaire