Le 8 mars dans les universités argentines

Natalia La Valle Torres, qui continue par ce billet la série « Ailleurs dans le monde« , est linguiste, sociologue et traductrice en sciences sociales. Chercheuse associée au laboratoire Printemps, à titre bénévole aujourd’hui, elle a obtenu un doctorat en sciences du langage en 2011 (Université de Lyon2) et travaille aujourd’hui comme indépendante, après plusieurs contrats post-doctoraux à l’université et en école d’ingénieurs. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Tracés. Revue de sciences humaines.

Le 8 mars 2017, les enseignantes, chercheuses, administratives et étudiantes de plusieurs universités argentines ont appelé à la grève féminine globale. Certaines universités l’ont fait de manière institutionnelle, avec des communiqués de soutien à la grève et à la mobilisation et des appels à la réflexion sur l’importance de la date. La direction de l’UBA (Universidad de Buenos Aires) a souligné que « dans le milieu universitaire, nous avons l’obligation de débattre et participer à la défense des droits des femmes ».Pour sa part, l’UNC (Universidad Nacional de Córdoba), via l’Honorable Conseil Supérieur, a déclaré d’intérêt institutionnel l’appel à la grève internationale des femmes « avec le but de promouvoir la participation citoyenne à la manifestation organisée par le collectif Ni Una Menos le jour même, au centre-ville de Córdoba ».

Dans cette optique, le Conseil a suggéré à toutes les unités académiques de ne pas comptabiliser les absences des étudiants ni du personnel ayant exprimé leur volonté d’assister aux initiatives du 8 mars. Même chose du coté de la Présidence de l’Universidad Nacional de La Plata (UNLP).

Par ailleurs, des syndicats universitaires d’enseignants et chercheurs ont appelé à la grève. Dans le cas de la COAD (Asociación Gremial de Docentes e Investigadores de la Universidad Nacional de Rosario-UNR), par exemple, c’est son Aire des femmes, genres et diversité sexuelle qui a « convoqué toutes les femmes de l’UNR à se joindre à la grève de 12h à 15h, rappelant que le projet de mener une grève exclusivement de femmes trouve son origine dans le mouvement #NiUnaMenos (PasUneEnMoins).

Nous élevons nos voix, écrivent ces militantes syndicales, pour dénoncer la violence machiste qui tous les jours nous tue, nous viole et nous soumet. Cela fait des décennies que nous, féministes, sommes présentes dans les universités publiques (…) et contribuons à la transformation d’une institution éducative dont les fondations patriarcales ont naturalisé, en son sein, inégalités, discriminations et violences que nous avons toujours dénoncées. Pour ces raisons, nous, femmes de l’UNR, nous nous associons aux manifestations du 8 mars, avec des revendications spécifiques : l’approbation immédiate d’une procédure de sanction des cas de violence dans l’UNR ; un budget spécifique destiné à prévenir et à éradiquer la violence dans l’UNR ; des crèches et espaces de soin destinés à nos enfants dans les lieux de travail ; la mise ne place de programmes qui développent les analyses de genre dans l’ensemble des cursus ».

On mentionnera également les initiatives de l’Asociación de Docentes Universitarios de Entre Ríos (AGDU) et du Sindicato de Trabajadores Docentes Universitarios de Entre Ríos (Sitradu), la participation active

Les femmes universitaires argentines s’associent ainsi pleinement à un mouvement civique de grande ampleur  dans la société civile argentine – que le 8 mars rend manifeste. Des dizaines de milliers de femmes ont cessé de travailler pendant quelques heures, à leur poste de travail et/ou au foyer, puis ont défilé (avec des hommes) à travers plus de 50 pays de tous les continents. Au-delà des spécificités locales, les principales exigences étaient, et sont : égalité salariale, arrêt des violences faites aux femmes, droits reproductifs.

En Amérique latine cette journée de lutte, particulièrement suivie, a son histoire : en 2015 nait le mouvement argentin Ni Una Menos (Pas une en moins) en réponse à une énième série de féminicides dans le pays. Des mobilisations massives sont organisées par les féministes, jointes par de nombreuses organisations sociales, culturelles et syndicales. Comme le souligne la journaliste argentine Luciana Peker c’est « Ni una menos [qui] a redynamisé le mouvement [féministe]. Aujourd’hui les jeunes filles ont trouvé le moyen de jouir du féminisme, de faire de la lutte une joie. Je suis convaincue que celles qui arrivent sont bien meilleures que nous ». Aujourd’hui, ce mouvement déborde largement les frontières argentines, gagnant jusqu’à l’Espagne. 

L’année dernière est organisée une grève des femmes, en coordination avec d’autres pays latino-américains, donnant forme à une alliance régionale, puis internationale, des femmes. Les centaines de manifestations du 8 mars dernier, tissées par une myriade d’actions préparatoires, ont encore renforcé ces coordinations. Dans une allégresse de combat.

Nous, les femmes, nous élevons par-dessus la mort, l’oppression et la violence. Continuons de lutter pour l’égalité et la liberté, occupons l’espace public de nos corps, voix, mots.

Appuyées les unes contre les autres, organisées, unies, les femmes faisons trembler la terre.

 

 Pour aller plus loin :

Appel à la grève internationale des femmes le 8 mars 2017

Ce 8 mars, la terre tremble. Nous, les femmes du monde entier, nous unissons et organisons un moyen d’action et un cri commun : Grève Internationale de Femmes. Nous arrêtons tout. Nous nous mettons en grève, nous nous organisons et nous retrouvons entre nous. Nous mettons en pratique le monde dans lequel nous voulons vivre. Nous arrêtons tout. Nous nous mettons en grève.

Nous nous mettons en grève pour dénoncer

  • le capital qui exploite nos économies informelles, précaires et intermittentes ;
  • les États nations et le marché qui nous exploitent en nous endettant toujours davantage ;
  • les États qui criminalisent nos mouvements migratoires ;
  • que nous gagnons moins que les hommes (écart de salaire moyen de 27%) ;
  • que les tâches domestiques et de soin représentent un travail non rémunéré et ajoutent 3 heures à nos journées de travail ;
  • que ces violences économiques nous rendent plus vulnérables face à la violence machiste, et son expression extrême la plus aberrante : les féminicides.

Nous nous mettons en grève pour réclamer le droit à l’avortement libre et gratuit et pour qu’aucune fille ne subisse une maternité imposée.

Nous nous mettons en grève pour rendre visible le fait que tant que les tâches de soin ne seront pas une responsabilité de la société dans son ensemble, nous serons obligées de reproduire l’exploitation de classe et de domination coloniale entre femmes. Nous dépendons d’autres femmes pour travailler, nous dépendons d’autres femmes pour migrer.

Nous nous mettons en grève pour valoriser le travail invisible que nous faisons, construisant réseaux, soutiens, et stratégies vitales dans des contextes difficiles ou de crise.

 

Nous ne sommes pas toutes là

Nous nous mettons en grève parce que parmi nous manquent les victimes des fémicides, ces voix violemment tues, au rythme effarant d’une morte par jour, rien qu’en Argentine.

Manquent parmi nous les lesbiennes et les travesties assassinées dans des crimes de haine.

Manquent parmi nous les prisonnières politiques, les femmes persécutées et assassinées sur notre territoire latino-américain pour défendre la terre et ses ressources.

Manquent parmi nous les femmes incarcérées pour délits mineurs, du fait de condamnations qui criminalisent des formes de survie, alors même que les crimes commis par les grandes entreprises, le système financier ou le narcotrafic restent impunis car ils bénéficient au capital.

Manquent parmi nous les femmes mortes ou incarcérées suite à des avortements clandestins dangereux.

Face aux foyers qui deviennent des enfers, nous nous organisons pour nous défendre et prendre soin de nous.

Face au crime machiste et à sa pédagogie de la cruauté, face à la tentative des médias de nous victimiser et nous terroriser, nous faisons du deuil individuel une consolation collective, et de la rage une lutte partagée. Face à la cruauté, encore plus de féminisme.

Nous nous organisons

Nous reprenons à notre compte l’outil de la grève parce que nos revendications sont urgentes. Nous faisons de la grève de femmes une mesure ample et actuelle, capable d’accueillir celles qui ont un emploi et les chômeuses, les salariées et celles qui touchent des allocations, les indépendantes et les étudiantes, parce que nous sommes toutes des travailleuses. Nous nous mettons en grève.

Nous nous organisons contre l’enfermement domestique, contre la maternité obligatoire et contre la compétition entre femmes, autant de formes favorisées par le marché et le modèle de famille patriarcale.

Nous nous organisons partout : dans les maisons, dans les rues, sur nos lieux de travail, dans les écoles, sur les marchés et dans les quartiers. La force de notre mouvement réside dans les liens que nous créons entre nous.

Nous nous organisons pour changer tout cela.

L’Internationale féministe

Nous tissons un nouvel internationalisme. A partir des situations concrètes qui sont les nôtres, nous interprétons la conjoncture.

Nous voyons comment face au virage néo-conservateur dans notre région et dans le monde, le mouvement de femmes émerge comme une puissance d’alternative.

Que la nouvelle « chasse aux sorcières » qui vise aujourd’hui ce qu’elle appelle « l’idéologie de genre » tente justement de combattre, de neutraliser notre force et de briser notre volonté.

Face aux multiples dépouillements, aux expropriations et aux guerres contemporaines qui prennent la terre et le corps des femmes comme territoires de prédilection pour leurs conquêtes, nous faisons corps politiquement et spirituellement.

Le désir nous met en mouvement

Parce que vivantes nous nous aimons, nous prenons le risque d’alliances insolites.

Parce que nous nous approprions du temps et nous rendons disponibles pour nous-mêmes, nous faisons de notre être ensemble un soulagement et une conversation entre alliées, des assemblées une manifestation, des manifestations une fête, de la fête un futur commun.

Parce que nous sommes là pour nous-mêmes, ce 8 mars est le premier jour de notre nouvelle vie.

 

Parce que le désir nous met en mouvement, 2017 est le moment de notre révolution.

#NiUnaMenos (PasUneEnMoins)

#VivasNosQueremos (VivantesNousNousAimons)


Laisser un commentaire