Des docteur-e-s sous-employé-e-s: passer des discours aux actes

logo-liberation-311x113Chargé fin janvier d’une mission sur l’accroissement de la reconnaissance du doctorat hors emploi scientifique public par le ministère, mission d’appui à l’application des articles 78, 79 et 82 sur le sujet qui font partie de la loi sur l’enseignement supérieur de 2013, Patrick Fridenson, ancien directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, explicite son analyse dans le quotidien Libération daté du 23 octobre, dont nous reproduisons ici le texte.

La France diplôme chaque année plus de 12 000 docteurs, dont 42 % d’étrangers. C’est une richesse pour le potentiel du pays et pour sa position internationale. Or la proportion de docteurs employés dans les trois fonctions publiques comme dans les entreprises est inférieure à celle des plus grands pays occidentaux, auxquels la France ne cesse de se comparer. Pourtant pour les fonctions publiques un avis du Conseil d’Etat au gouvernement émis le 4 septembre souligne qu’il y a lieu de prendre « en considération ce que les docteurs peuvent apporter au bénéfice de l’administration en termes non seulement de compétences, mais aussi de méthodologie et de savoir-faire découlant de leur formation ». La raison d’accroître le nombre de docteurs dans les entreprises comme dans les fonctions publiques est bien celle-là : diversifier ainsi les compétences et les profils de l’encadrement et des métiers les plus qualifiés.
Il s’agit donc là d’un enjeu majeur dans la phase que traverse la France. Aussi en 2013 des députés de tous les bords ont-ils réécrit en ce sens deux articles de la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche, et celle-ci a pour la première fois traité de l’insertion des docteurs à la fois dans le privé et le public. Reste à passer de la loi aux actes. Il faut ici distinguer le public et le privé. Dans le public, au vu des consultations menées et après l’avis du Conseil d’Etat, il est temps que le gouvernement énonce les mesures qu’il compte prendre pour appliquer la loi en ce qui concerne l’ouverture des corps de catégorie A aux docteurs. La diffusion du doctorat parmi les responsables participera de la volonté de modernisation de l’Etat affirmée par les plus hautes autorités. Le moment est venu d’adapter (par la négociation) les statuts de différents corps pour permettre le recrutement de docteurs par la voie de concours externes spécifiques ou, le cas échéant, de modifications des épreuves des concours actuels. De toute évidence il appartient au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche d’être exemplaire en ouvrant, lorsque ce n’est pas encore le cas, l’accès des docteurs aux corps qui relèvent de sa compétence. Les grandes collectivités territoriales peuvent elles aussi prendre des initiatives.
Dans les entreprises, où la décision de recruter relève des directions et les conventions collectives fixent un plancher pour les rémunérations, il serait décisif, au vu des premières consultations menées, que des entreprises de tailles différentes montrent l’exemple, et que de grandes fédérations professionnelles négocient avec les syndicats pour adapter les conventions collectives de branche.
Dans tous les cas il appartiendra à l’Etat en liaison avec les universités et écoles comme avec les employeurs de préciser par un référentiel en quoi la formation et les compétences des docteurs sont particulièrement utiles aujourd’hui. Reconnaître la valeur de la formation doctorale passe désormais par des actes, des administrations comme des entreprises.

Patrick Fridenson
historien, directeur d’études à l’EHESS


Laisser un commentaire