Les vacataires précaires de l’Université Lyon 2 en lutte

Alors que la mobilisation de Sciences en marche attire l’attention sur les enjeux de l’emploi scientifique, les vacataires précaires de Lyon 2 se mobilisent pour leur conditions de travail. Ils remettent aussi en cause la précarisation et l’exploitation croissantes qui font des membres les plus vulnérables de l’enseignement supérieur et de la recherche les premières cibles des logiques libérales qui détruisent l’université et la recherche publique au nom de « l’excellence ».

Leurs témoignages sont éloquents sur la réalité du travail des vacataires à Lyon 2 comme ailleurs – à Strasbourg, à Tours, à Toulouse, etc. Les précaires, au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche, rassemblaient un quart des personnels en 20101. Ils représenteraient désormais plus du tiers, selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche2.

Leurs revendications, qui visent simplement à ce que le droit du travail ne s’arrête pas aux portes de l’Université, méritent d’être relayées :

– La signature d’un véritable contrat de travail à durée déterminée avant le début des cours qui engage sur un volume horaire ferme et un emploi du temps un mois avant le premier cours.
– L’exonération des frais d’inscription pour les vacataires employés par l’université.
– Le Paiement mensualisé des heures effectuées dans le mois à la fin du mois.
– La prise en charge d’une couverture maladie par l’employeur et le paiement par l’université des cotisations sociales associées afin d’être couvert en cas d’arrêt maladie.

Ces mesures sont indissociables les unes des autres et c’est leur mise en place dans leur totalité que nous réclamons, faute de quoi l’enseignement à l’université serait largement compromis. Dans un avenir proche nous demandons :
– L’augmentation massive du nombre de contrats statutaires (Contrats doctoraux, ATER, MCF)
– La Transparence sur les critères de recrutement et la publicité des offres.
– Une Rémunération prenant en compte les heures réelles de travail effectuées (surveillance, corrections, etc.)3

Pour les soutenir, on peut, entre autre, signer la pétition qu’ils/elles ont initié.

Et sur le « statut » de vacataire, on peut se reporter à la synthèse du collectif Papera.

Autres liens sur le sujet:

  1. PECRES, Recherche précarisée, recherche atomisée, Raisons d’Agir 2011, p.25. []
  2. D’après Claudine Kahane, co-secrétaire géné­rale du SNESUP-FSU. []
  3. Voir le blog qu’ils/elles ont ouvert pour relayer leur action : http://mobprecvaclyon2.wordpress.com. []

Laisser un commentaire