« Je ne me sens pas modeste ou petite fille en présence de votre grandeur »: lettre d’Hélène Metzger à Emile Meyerson

Metzger-Helen-smallFemme et universitaire, vous avez déjà été surprise de la réaction de certains collègues, plus âgés, et souvent masculins, vous réprimandant comme une enfant, ou jugeant vos initiatives immatures, naïves, à corriger. Academia vous livre une lettre de la grande historienne de la chimie, Helène Metzger, envoyée au philosophe Emile Meyerson en 1933.

 Bruxelles, le 6 mai 1933
11, Rue d’Egmont

Cher Monsieur,
J’ai appris par mon oncle que vous aviez dû subir une opération douloureuse et pénible; je pense bien à` vous, j’espère que vous irez mieux… S’il vous reste encore un peu d’amitié pour moi, faites-moi signe et j’irai vous distraire en reprenant nos vieilles et animées conversations philosophiques.
En ce qui me concerne, j’ai eu occasion hier soir au cours d’une conférence que je ne vous demande pas d’approuver entièrement, de vous rendre un hommage public et de dire à quel point j’admirais votre œuvre. Et non seulement votre œuvre; vous-même qui avez su avec une ténacité inlassable résoudre le problème qui a été toute votre vie l’objet de votre méditation……
Bien que vous ayez eu, je ne sais quelle déception sur moi, j’espère que vous serez sensible à ce témoignage d’absolue sincérité, d’affection profonde, de dévouement et de respect.
Mais, je vous en prie, n’essayez pas de me modifier, de me changer, de me former, de me [p. 2] de ́former ou dans un sens purement scolaire d’être mon “maître”. j’ai toujours considéré comme un ennemi “en puissance” tout individu (parent, professeur, médecin etc.) qui possède une parcelle d’autorité et qui veut se servir de son prestige pour m’imposer ses idées ou sa manière de voir. …je suis démocrate née, et en ce qui concerne l’usage de l’intelligence et de la volonté que le Ciel a départies à chacun de nous, je voudrais que nous ne soyons responsable que de nos fautes, non de celles que les autres nous imposent; que de nos erreurs, aussi; si je me trompe montrez-le moi, mais ne vous servez pas de votre supériorité, du fait que vous êtes un grand philosophe, comme argument….
Dans la République des esprits nous sommes tous égaux et vous devez démontrer que vous avez la raison pour vous, non l’imposer par la force ou l’intimidation.
La seule vue d’une belle œuvre excite mon émulation non un besoin de soumission envers elle ou son auteur. Quand je vous lis, je ne me sens pas modeste ou petite fille en présence de votre grandeur; j’ai envie de plus et de mieux travailler. Comme de Corrège ou [p. 3] Montesquieu j’ai envie de m’écrier “Et moi aussi je suis peintre”.

Ne me prenez plus pour une enfant, une étudiante, mais pour une femme d’âge mûr qui a beaucoup souffert par des deuils épouvantables et une maladie fort grave. A certains égards,vous me trouveriez vieillie avant l’âge . . . mais au fait j’ai 43 ans; je pourrais être grand-mère comme quelques-unes de mes amies. C’est un fait que je ne suis pas une jeune femme; c’est un fait aussi que je souffre de crises cardiaques, et que par un excès de sensibilité que je reconnais exagérée mais qui résulte de ma tachycardie que l’émotion aggrave, après avoir entendu certaines choses, je suis malade pendant toute une journée et je ne puis travailler…
Vous savez que toute ma vie, toute la joie et tout l’effort de ma vie est méditation philosophique; il est abusif de me demander sans motif valable de me remettre à l’école, de ré-apprendre ce qu’on m’a refusé de m’enseigner étant enfant…du moins, je veux être le seul juge de l’effort à fournir dont je n’ai à rendre compte à personne et mener à bien suivant mes propres directions l’œuvre que je veux accomplir et que j’ai commencée. Les confidences que je vous ai faites sur mes insuffisances, sur certaines défaillances et fatigues, sur mon éducation défectueuse prouvent mon amitié ́ pour vous, ma confiance aussi.—Ne vous en servez jamais pour m’écraser ou me diminuer …je ne dois au public que mon œuvre; la préparation de cette œuvre ne regarde que moi.
Et maintenant, je trouve en relisant ma lettre que je ne vous ai pas témoigné assez toute mon admiration qui a d’autant plus de valeur qu’elle ne provient d’aucune subordination ou esclavage ou soumission envers plus grand que moi! Je vous laisse; je rentrerai à Paris mardi et espère que vous irez mieux et pourrez reprendre votre labeur.
Hélène Metzger
Bibliographie
Chimisso, Cristina and Freudenthal, Gad (2003). « A Mind of her Own: Helene Metzger to Emile Meyerson, 1933 ». Isis, 94-3 (2003), pp. 477–491. Lien: http://oro.open.ac.uk/3315/1/01435458.pdf

Une réflexion au sujet de « « Je ne me sens pas modeste ou petite fille en présence de votre grandeur »: lettre d’Hélène Metzger à Emile Meyerson »

Laisser un commentaire