Recrutements universitaires : ne pas mélanger les torchons et les serviettes

conseil-dEtatLe clientélisme universitaire connaîtrait-il ses dernières heures? Une décision toute récente du  Conseil d’État (23 septembre 2013) pourrait laisser espérer que cette pratique, largement admise et régulièrement dénoncée, trouve quelques limites.

Rappel des faits: fin mai 2012, à l’issue d’un classement pour un poste de professeur des universités de “Littérature française du XVIème siècle” à l’Université de Strasbourg (article d’Academia du 11/06/2012), qui place en première position un candidat exerçant hors de l’Université de Strasbourg, le Conseil d’administration a décidé de ne transmettre aucune proposition de nomination au Ministère de l’Enseignement supérieur. À l’issue de cette décision, le candidat retenu en première place a fait un recours auprès de la juridiction concernée, soit, pour les professeurs des universités, le Conseil d’État.  Parmi les candidats, se trouvait un.e MCF spécialiste exerçant à l’Université de Strasbourg, qui n’avait donc pas été retenu.e en position éligible dans le classement. À lire la défense de l’Université de Strasbourg, le concours n’était qu’une promotion déguisée, qui permettait de faire d’une pierre deux coups, la suppression conjointe du support de MCF en limitant les coûts impliqués par un recrutement extérieur. L’interprétation donnée par les membres du Comité de sélection qui s’étaient élevés contre la décision du Conseil d’administration était autre : la décision visait à invalider le classement, défavorable au candidat local. Il n’y avait pas de contradiction en pratique ; sur le fond, c’est seulement la première motivation qui a intéressé la juridiction administrative.

Le Conseil d’État a décidé d’annuler la décision du Conseil d’administration du 30 juin 2012 au motif que cette décision était injustifiée et que les motifs économiques avancés n’étaient pas « au nombre de ceux pouvant légalement justifier l’interruption du concours qui avait été ouvert ». Ce faisant, elle limite considérablement le champ d’action des Conseils d’administration des Universités à l’issue des classements des comités de sélection, laissant à ceux-ci une plus grande autonomie dans le choix des candidats sur les seuls critères scientifiques. Un concours ouvert, s’il existe des candidats valables classés par le comité de sélection, doit être mené à bien et ne peut être clos sans avoir pourvu le poste, sur des motifs non scientifiques.

Les Universités sous pression financière, et héritières de pratiques de recrutement d’un autre âge, vont prendre au sérieux cette décision et faire évoluer leurs pratiques : soit utiliser la promotion effective de leurs meilleurs candidats, sans passer par des simulacres de concours – dans la mesure où cela est autorisé par la LRU ; soit jouer pleinement le jeu de l’ouverture et de la qualité, tant dans les comités de sélection et dans les recrutements, pour enrichir l’enseignement proposé aux étudiants. L’un n’empêche pas l’autre, à la limite budgétaire près : à voir si l’inflation mécanique de la masse salariale, comme les fortes contraintes budgétaires, ne voient pas purement et simplement délaisser les concours externes de professeurs des universités.

Liens:

- commentaire de Qualité de la Science Française sur la décision du Conseil d’Etat (23/09)/2013):
http://www.qsf.fr/2013/09/29/communique-sur-larret-du-conseil-detat-concernant-un-cas-de-localisme-a-luniversite-de-strasbourg/

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">