La LRU va me tuer: le cas de Montpellier-III et de Béziers

linteau st charlesPour éviter une troisième année de déficit consécutive, l’université Paul Valéry – Montpellier III annonce, par la voix de sa présidente et sur la recommandation du CA, plusieurs mesures d’économies, parmi lesquelles la fermeture de son antenne de Béziers constitue un coup d’éclat médiatique. La nouvelle, d’abord annoncée par mail à tous les personnels et étudiants de l’université, s’est rapidement propagée.

Le texte de l’annonce est ici: http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6272
La situation est présentée telle qu’elle était jeudi 26 septembre 2013. Si elle devait évoluer répidement, cela donnerait lieu à un autre billet.

La situation budgétaire de l’université s’est brutalement dégradée depuis 2011 quand Montpellier III est passée à la LRU. Ici comme ailleurs, la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités a mis en grande difficulté l’établissement public. L’université doit verser les traitements de ses employés sans bénéficier en retour de dotations équivalentes. Le déficit annuel était de 1,8 millions d’euros en 2012. Il est d’environ 3 millions  en 2013. Il devrait être de 3,6 millions en 2014. En 2012, le budget global était de 98 millions d’euros (115 en intégrant la Bibliothèque interuniversitaire) dont 83 % pour la seule masse salariale. Montpellier III fait aujourd’hui partie des universités en “double déficit” (deux années consécutives), une troisième année pouvant impliquer sa mise sous tutelle par le recteur et chancellier des universités.

Le discours, pour le moins confus, du ministère et de la ministre qui annonce successivement en quelques semaines 16 cas de déficit pour l’année 2013, 4 cas de double déficit à Paris puis 3 cas sur toute la France, ou bien 3 cas de triple déficit à Paris etc. mériterait des vérifications approfondies (http://academia.hypotheses.org/1228). D’après le Monde, il semblerait que sur environ 76 universités, 36 d’entre elles ont fini 2012 avec un fonds de roulement inférieur au seuil prudentiel de 30 jours et que pour 2013, elles seront 50 (Le Monde, 16/07/2013). La situation serait ainsi très inquiétante pour la moitié des universités françaises.

Depuis plusieurs années, des “ajustements” – évidemment toujours à la baisse – ont bien eu lieu à Montpellier III non sans sévérité. Le coup de rabot a d’abord concerné les personnels qui l’ont parfois mal vécu: transformation des CM en TD, non paiement d’heures complémentaires, diminution des allocations doctorales et des financements des laboratoires, choix des équipements les moins coûteux, etc. etc. Dans toutes ces mesures d’économie une faute a d’ailleurs été commise : l’invention par le CA de postes d’ATER avec service de PRAG, autrement dit 384 HETD – au lieu de 192 –  pour un traitement net de 1 650 euros par mois. Ce nouveau “statut” précaire a été dénoncé ici-même, ce qui avait fait du bruit bien au delà de Montpellier III (http://academia.hypotheses.org/1077)

Les mesures envisagées pour 2014 et annoncées le 18 septembre vont plus loin que celles prises les années passées et touchent cette fois directement les étudiants. Au delà du symbole de Béziers, antenne de Montpellier III, dont la fermeture a été proposée pour 2014, d’autres mesures sont examinées, également lourdes de conséquences :
- limitation des inscriptions en première année de licence dans les filières Arts du spectacle, Arts plastiques, Information – Communication (Info-Com), Psychologie, Administration Économique et Sociale (AES): les étudiants seront inscrits par tirage au sort dans la limite des places disponibles
- réduction des volumes d’enseignement dans certaines filières à petits effectifs dont les masters,
- diminution du financement de la formation continue et de la formation au français pour les étudiants étrangers,
- diminution des contrats doctoraux et des durées d’accueil des professeurs étrangers,
- gel total ou partiel des postes administratifs et d’enseignement.

Le lendemain 19 septembre, les organisations étudiantes ont réagi vigoureusement à ces annonces lors de l’AG tenue sur le site de Béziers en présence de la présidente et du vice-président du CA. À Montpellier, les étudiants s’inquiétaient aussi de la sélection aléatoire – la seule légale – dans certaines filières très demandées. C’est pourtant de Béziers et seulement de Béziers dont parlera la ministre. Rétrospectivement, c’est une manière de donner raison à la stratégie médiatique d’A. Fraïsse : l’arrêt du financement de la recherche à l’Université de Montpellier III aurait un coût comparable, bien qu’inférieur, à la fermeture de Béziers (entre 1,8 millions d’euros) mais pour une visibilité et un effet sans doute presque nul auprès de la ministre peu réputée pour son souci des SHS… sauf peut-être de l’anglais pour ingénieurs. En avril 2013, dans un entretien aux Échos, elle s’indignait après avoir décrit les “secteurs prioritaires au niveau national” : “Mais il ne faut surtout pas oublier les sciences humaines et sociales, sinon on oublie le marché. Ce sont quand même les chercheurs de ces disciplines qui savent le mieux décrypter les usages et ont les outils nécessaires. Vous pouvez avoir le meilleur objet technologique du monde, s’il ne correspond pas à une demande du marché, il ne trouvera aucun débouché. Donc il faut à la fois pousser la technologie et être tiré par le marché” (Les Échos, 18/04/2013). Les chercheurs en SHS apprécieront.

L’annonce de la possible fermeture du site de Béziers met aussi face à ses responsablilités les gouvernements successifs qui ont instrumentalisé les universités en leur conférant une double mission à la fois sociale (la “réussite pour tous”) et territoriale (l’aménagement du territoire régional) sans leur donner les moyens d’y réussir. Or, dans un courrier au recteur du 2 septembre, la présidente rappelle que cette implantation à Béziers avait “été un geste social fort à destination de 700 étudiants, environ, dont la plupart ne se rendraient sur aucun autre site en raison de situations sociales qui ne le leur permettent pas” (CR réunion http://www.univ-montp3.fr/filemanager/actualites/doc5.pdf). En cette rentrée 2013, les journaux annoncent également l’ouverture à Béziers d’une université portugaise privée en odontologie (dentaire) et physiothérapie (kinésithérapie) délivrant, au bout de quelques années, un diplôme portugais valable sur l’ensemble du territoire européen (Le Midi libre, le 13/09/2013). Cette ouverture d’un établissement privé jouant sur les failles entre les législations française et européenne en matière de diplôme renforce évidemment le poids symbolique d’une possible fermeture d’une antenne universitaire publique.

Le 21 septembre, dans le Midi libre, Geneviève Fioraso tente de rassurer les étudiants de Béziers, leurs familles et les édiles, en déclarant que le site de Béziers “marche bien” et ne fermera pas à la rentrée 2014 (Midi libre, 21/09/2013). Il faut rappeler que Béziers est aussi à la veille d’élections municipales importantes avec en embuscade Robert Ménard soutenu par le Front national. Dans la foulée, elle regrette de ne pas avoir été alertée à temps de la situation de l’université et annonce la commande d’un audit sur la gestion de sa direction. De l’audit “flash”, elle livre d’ailleurs sans plus attendre les conclusions : il “y a donc eu manifestement un problème au niveau de l’université”. L’université serait  mal gérée. À n’en pas douter, ce discours – très prévisible – sur la “mauvaise gestion” des universités sera mobilisé à chaque fois que l’une d’entre elles sera en déficit ou en failite à cause de la LRU. À ces discours, il faudrait systématiquement répondre en rendant publics les budgets des universités.

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche déplore également qu’il y ait eu à Montpellier III “trop de recrutements trop rapidement”. L’université n’est pourtant pas trop encadrée. Avec ses 19 000 étudiants (chiffres 2012/3) et ses 647 enseignants-chercheurs (chiffres 2011/2) le taux d’encadrement – ratio du nombre d’enseignant par rapport au nombre d’étudiants – est de 3, 5%… à comparer au taux moyen français de 5,6% pour les universités et de 14,8 % dans les grandes écoles et instituts (KPMG, Observatoire des Univesités & Écoles, 2012). D’ailleurs, à Montpellier III certaines formations sont assurées à 70 % par des contractuels depuis le passage, imposé, à la licence de 1 500 h.

La ministre dénonce enfin une “offre de formation trop foisonnante” notamment en master. En 2012/3, le nombre d’étudiants de master est de 4 825 pour, d’après la ministre, 160 parcours de master, soit une moyenne 30 étudiant par parcours. Mais comment faire fonctionner un parcours de master bien au delà de 30 étudiants ? Or les masters sont globalement une des rares choses qui fonctionnent plutôt bien dans les universités françaises – du moins si on compare la situation du master avec celle du doctorat ou, bien pire, de la licence. Cela est également vrai à Montpellier III.

Le même 21 septembre, Anne Fraïsse répond avec vigueur aux accusations de la ministre – le silence coupable sur la situation et la mauvaise gestion de l’université – dans un message diffusé, cette fois encore, à tous les personnels et aux étudiants et repris dans les médias (France 3 Languedoc-Roussillon, le 21 septembre). Elle indique notamment que le ministère était tenu informé des difficultés budgétaires structurelles de l’université. Deux hauts fonctionnaires du ministère, dont l’un est aujourd’hui député UMP du Bas-Rhin et l’autre promu sous le gouvernement Ayrault ont pris connaissance de ces informations. À l’appui de ses dires, A. Fraïsse renvoie aux pièces à conviction librement téléchargeables sur le site Internet de l’université (Site UPV, le 21 septembre). Cette manière de rendre publiques des informations sensibles dans le cadre d’une polémique avec le ministère est, quoiqu’il advienne, une excellente nouvelle pour tous ceux qui rêveraient de davantage de transparence dans la gestion des universités et pour ceux qui souhaiteraient  pouvoir confronter la parole de la ministre aux pratiques de son administration.

Liens

2012, Étude Observatoire 2012 de KPMG
http://www.kpmg.com/FR/fr/IssuesAndInsights/ArticlesPublications/Press-releases/Pages/Un-etudiant-universite-coute-en-moyenne-8000-euros-par-an-a-Etat.aspx

2012, Université de Montpellier III en chiffres
http://www.univ-montp3.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=20:luniversitn-chiffres&catid=153&Itemid=38

18/04/2013, Entretien de Geneviève Fioraso aux Échos
http://www.lesechos.fr/18/04/2013/LesEchos/21420-105-ECH_genevieve-fioraso—–il-faut-favoriser-le-transfert-de-la-recherche-publique–.htm

16/07/2013, Aricle du Monde sur la situation des universités
http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2013/07/16/les-universites-multiplient-les-plans-de-rigueur_3448166_1473692.html

13/09/2013, Article du Midi libre sur l’université privé Fernando Pessoa à Béziers
http://www.midilibre.fr/2013/09/12/l-universite-portugaise-decale-sa-rentree,756339.php

17/09/2013, Message d’Anne Fraïsse, présidente de Montpellier III, annonçant les mesures d’économie projetées pour le budget 2014 envoyé  par les listes de diffusion à tous le personnel de l’université et aux étudiants.
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6272

21/09/2013, Entretien de Geneviève Fioraso dans le Midi libre
http://www.midilibre.fr/2013/09/20/genevieve-fioraso-ministre-de-l-enseignement-le-site-universitaire-de-beziers-ne-fermera-pas,759762.php

21/09/2013, Les pièces justificatives du dialogue entre Anne Fraïsse et le ministère
http://www.univ-montp3.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=17:la-prdente-lipe-de-direction&catid=153&Itemid=38

23/09/2013, Déclaration d’Anne Fraïsse en réponse à la ministre Geneviève Fioraso
http://languedoc-roussillon.france3.fr/2013/09/21/la-presidente-de-l-universite-de-montpellier-3-contre-attaque-apres-les-propos-de-genevieve-fioraso-322859.html

25/09/2013. Article d’un blog du Monde sur l’Université portugaise Fernando Pessoa
http://enseignementsup.blog.lemonde.fr/2013/09/25/faut-il-fermer-autoritairement-les-antennes-francaises-de-luniversite-privee-fernando-pessoa/


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News, Politique de la recherche, Pratiques de l'emploi en SHS and tagged . Bookmark the permalink.

4 Responses to La LRU va me tuer: le cas de Montpellier-III et de Béziers

  1. POP says:

    @michel griffe
    A mon tour, je ne comprends pas votre réaction. Vous écrivez que les budgets sont publics. Vous avez bien sûr raison d’un point de vue légal mais tout aussi évidemment tort dans les faits car les budgets ne sont jamais librement accessibles en ligne comme ils devraient l’être. Et les administrations sont rarement favorables à cette ouverture, je pèse mes mots… Dans le cas contraire, indiquez nous le lien vers le budget de Montpellier 3 ou d’autres universités d’ailleurs…
    Quant aux primes, il ne s’agit pas ici des primes d’excellence mais des primes offertes aux présidences universitaires. Elles avaient été décidées pour rendre les administrations plus dociles lors de la LRU – cela n’aura visiblement pas suffi avec Mme Fraïsse –et sont en effet importantes, entre 20.000 et 40.000 euros par an pour le président. Moi je trouve que c’est beaucoup mais c’est très personnel comme point de vue.
    Quant aux fameuses primes d’excellence, vous écrivez qu’elles sont attribuées “sur des critères précis (nombre de doctorants, encadrement de filières…) par des commissions pluralistes”… Oui, enfin, ces primes ont souvent fait beaucoup rigoler dans les labos où on découvre beaucoup “d’excellents” professeurs dont l’excellence était jusqu’alors ignorée par tous, à commencer par les étudiants et les collègues. Et ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on songe à faire attribuer ces primes par le CNU et non par les établissements, du moins c’est dans les tuyaux…

  2. Michel GRIFFE says:

    Toutes ces demandes de transparence pour les budgets des université ont de quoi surprendre : comme les budgets de tous les établissements publics, ceux des universités sont publics, ainsi que les compte-rendus des débats dans les conseils, ainsi que le relevé de leurs décisions. Encore faut-il se donner la peine d’aller les lire ! Inutile non plus de fantasmer sur les primes : elles sont modestes et attribuées sur des critères précis (nombre de doctorants, encadrement de filières…) par des commissions pluralistes et les noms des bénéficiaires sont publiés. A Montpellier III du moins personne n’a jamais crié au scandale !

  3. WhyNot! says:

    Demander plus de transparence sur les budgets, c’est un voeu pieux car beaucoup de président(e)s gardent jalousement leurs informations sur la masse salariale (en particulier sur les primes généreusement offertes aux dirigeants comme dans les entreprises…).

  4. POP says:

    Sur Mediapart, demande de transparence sur les budgets:
    http://blogs.mediapart.fr/blog/pascal-maillard/021013/appel-une-operation-verite-sur-les-budgets-des-universites

    Pourquoi pas une pétition? Ce serait au moins l’occasion de nous compter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">